31 janvier 2014

L’église Saint Benoît d’Issy… et le cimetière mérovingien

En 1645, les bénédictines de Magny-en-Vexin fondent l’abbaye royale de Sainte-Anne sur un terrain du village d’Issy, correspondant aujourd’hui au secteur compris entre la rue Ernest Renan (ancien chemin antique), la rue Séverine, la rue Parmentier et la rue Foucher Pelletier. En 1753, l’abbaye est occupée par une communauté de prêtres âgés qui seront, en 1792, emmenées aux Carmes et massacrés.
Au cours de ce  XVIIIe siècle, sur ce même site, est déjà découvert un sarcophage comme l’écrit, en 1754, l’abbée Lebeuf (1687-1760) : « … il y a environ dix ans l’on trouva dans un champ, à la sortie du village d’Issy, à main gauche en allant vers Vaugirard, à 3 ou 4 pieds dans terre, un cercueil de pierre, d’une grosseur prodigieuse, dans lequel était un squelette dont la tête seule paraissait plus consommée que le reste ».

Coll. privée
Institution Sainte-Philomène, Issy. 1902
En 1821, les Sœurs de la Doctrine chrétienne font des bâtiments de l’abbaye un pensionnat pour jeunes filles : l'institution Sainte-Philomène (à droite). Elles y font construire en 1859 une chapelle qui, agrandie au fil des années, existera jusqu’en 1967 (ci-dessous). A la suite du départ des religieuses, la chapelle sera fermée, en 1903… puis réouverte au culte en 1921 come chapelle complémentaire de la paroisse Saint-Étienne. Elle prend alors le nom de chapelle Saint-Benoit. En 1958, elle est érigée en « paroisse » Saint-Benoit.
Ph. XDR
Porche de la paroisse Saint-Benoît. Années 1960. Ph. XDR
En 1965-66, la construction d’immeubles et d’une nouvelle église Saint-Benoit est décidée… et débute, le 14 décembre 1966, par l’abattage des acacias centenaires, qui seront brûlés sur place. C’est lors des travaux de terrassement que vont être découverts des vestiges d’un cimetière gallo-romain du Ve siècle. 

Ph. XDR
L'ancienne église Saint-Benoît vue de dos (à droite). En cours de destruction (à gauche).
L’archéologue Bernard Madelenat, chargé de procéder à une « fouille sauvetage » du site, va constater l’existence de 38 sépultures dont 7  feront l’objet d’une fouille complète et d’une description.
Ph. XDR
Squelette mérovingien, retrouvé sur le site.
Ph. XDR
Ph. XDR
Objets dans une sépulture.
Ph. XDR.
 « Exceptés un sarcophage d’enfant, un fragment d’un autre sarcophage et une urne funéraire carrée, les sépultures sont constituées essentiellement par des cercueils de bois reposant à une profondeur variable de 1,50 m à 3 m. Les squelettes sont couchés sur le dos, les bras en position variable (à gauche). Dans ces sépultures est découvert un ensemble mobilier (ci-dessus) constitué d’un bracelet, d’un bol en verre, d’une fibule en bronze, d’écuelles en céramique, de monnaies, d’une poignée en bronze et de quelques poteries ».

Malheureusement l’avancement des travaux sur le site empêchera de déterminer les limites de ce cimetière… mais le nombre de sépultures détruites fut estimé à une centaine, dont on ne connaît pas le devenir.
La nouvelle église Saint-Benoît est inaugurée en 1970. Denis Hussenot

28 janvier 2014

L'escapade du tsar Pierre le Grand de Russie à Issy

Et oui, Pierre Le Grand (1672-1725), l'héritier des Romanov, le champion des relations franco-russes profite de son séjour en France en 1717 pour rendre visite au maréchal d'Estrées, à Issy.

Paul Delaroche. Ph. XDR
Pierre le Grand de Russie par Paul Delaroche.
Le tsar débarque à Dunkerque le 21 avril, sous la régence du duc d'Orléans, deux ans après la mort de Louis XIV. Pendant tout son séjour il cherchera à garder l'incognito. Il a à son service le sieur de Liboy, gentilhomme attaché à la chambre du roi qui nous relate quelques anecdotes : "Le Czar est de la plus grande taille, un peu courbé et la teste penchée à l'ordinaire. Il est noir et a quelque chose de farouche dans la physionomie… Il se lève matin, dîne vers dix heures, soupe vers les sept et se retire avant neuf. Il boit des liqueurs avant les repas, de la bière et du vin l'après-midi, soupe peu et quelquefois point du tout."
Son séjour parisien est bien rempli comme on peut le noter sur cet empli du temps : "Le 12 mai on le conduisit à l’Observatoire, aux Gobelins, au Jardin du Roi ; le 14 à la grande galerie du Louvre où on lui montra le plan des villes fortifiées ; le 16 aux Invalides où il goûta la soupe des soldats, but à leur santé, et, après avoir tâté le pouls à l’un d’eux qu’on tenait pour perdu, lui prédit qu’il en reviendrait  ; le 17 à Saint-Cloud ; le 18 à Issy ; le 21 au Luxembourg ; le 23 à Meudon ; le 24 aux Tuileries ; le 25 à Versailles ; le 26 à Marly. "


Nicolas de Largillières
Le maréchal d'Estrées
par Nicolas de Largillières
Donc le 18 mai, le tsar est à Issy. Il se rend chez Victor Marie d'Estrées (1660-1737), un militaire à la retraite, savant et collectionneur.
Le duc de Saint-Simon (1675-1755) raconte dans ses Mémoires : "Le czar Pierre parcourant l'Europe pour s'instruire fut très empressé lorsqu'il arriva à Paris de voir le maréchal d'Estrée, eut avec lui plusieurs entretiens, voulut même passer, loin des courtisans et curieux, une journée entière avec lui, dans sa maison d'Issy, et dit que dans un jour d'entretien il en avait plus appris que dans ses voyages, ses lectures et ses réflexions". A son tour le marquis Dangeau (1638-1720), diplomate et mémorialiste, relate dans son Journal : "Mardi 18 [mai 1717].  Le tsar alla à huit heures du matin à Issy, chez le maréchal d’Estrées, qui le vint prendre dans son carrosse ; il y dina et y demeura fort longtemps. L’après-dinée, ce maréchal lui fit voir beaucoup de choses qui ont rapport à la marine, qui est la grande passion du tsar. »

L'archéologue et historien français Jacques Antoine Dulaure dans son Histoire des environs de Paris (1838) pense que la propriété du maréchal d'Estrées est celle de la reine Margot, dans laquelle le cardinal Fleury s'éteindra plus tard, et qui est devenu le Grand Séminaire (ci-dessous) qu'un certain nombre d'entre vous ont eu la chance de visiter http://www.historim.fr/2011/12/visite-privee-dissy-grand-seminaire-et.html. PCB

© Alain Bétry
Le Grand Séminaire d'Issy, ancienne propriété du maréchal d'Estrées © Alain Bétry

25 janvier 2014

Jacques Orset-Prelet, la vie d'artiste

Depuis bientôt trois décennies, Jacques Orset-Prelet (ci-dessous) est Isséen. Il nous parle de sa famille, de sa jeunesse, de ses rencontres, de sa vie professionnelle et de sa retraite. Intarissable !

Sa famille
Ses parents sont savoyards. Son père Joseph, « un homme exceptionnel » combattit lors de la Première Guerre mondiale. Il fut décoré de la Croix de guerre avec palme et de la Légion d’Honneur car il allait rechercher ses camarades blessés entre les deux lignes de front. En 1917, il fut blessé à la hanche par une balle explosive sur le canal de l’Yser. Sa blessure fut sommairement traitée à la teinture d’iode avant qu’il parte en convalescence à Dunkerque puis en Bretagne. Son frère, l’oncle de Jacques, fut tué le jour de l’armistice du 11 novembre « au son du clairon » qui annonçait la fin des combats. Après la guerre, Joseph suivit un apprentissage de joaillier, métier qu’il exerça rue du Quatre Septembre (Paris 2ème) jusqu’à la crise de 1929. Avec son épouse Marguerite et son fils Jacques, il s’installe alors dans une loge de concierge dans le 20e arrondissement. Jacques va alors à l’école rue Sorbier. En 1940, la famille part lors de l’exode et s’arrête dans l’Yonne avant de pouvoir rentrer. 

Sa jeunesse
L'Athénée. Ph. HaguardDuNord
Au retour, Jacques ne retrouve pas sa place à l’école et commence à travailler à l’âge de 14 ans. Il est dessinateur industriel débutant et suit les cours deux soirs par semaine aux Arts & Métiers. Il vient pour la première fois à Issy-les-Moulineaux comme « pion », surveillant d’internat au Petit Collège. Ce bâtiment majestueux rue Lasserre servit par la suite de mairie provisoire pendant la rénovation de l’hôtel de ville. C’est ainsi qu’il eut à surveiller le fier Emilien Bouglione. Par la suite, il grimpa les échelons jusqu’à diriger la bibliothèque technique de Thomson.
Dans les années 1950, Jacques  fait de la figuration au théâtre de l’Athénée avec Louis Jouvet (à droite) ; il rencontre Edwige Feuillère et Jean Marais, grand seigneur avec le personnel. Il participe même à un casting avec un inconnu qui s’appelait…Gérard Philipe !

Sa vie professionnelle
Jacques Orset-Prelet finit sa vie professionnelle chez Proteg, entreprise spécialisée dans les systèmes de protection de 1975 à 1986. Lors des visites sur le terrain pour faire les devis, il rencontra entre autres les artistes Claude Lelouch et Léonor Fini et découvrit les tableaux de Bernard Buffet chez un galériste du 8e arrondissement.

Sa retraite
Lors de sa retraite en 1986, il s’installe à Issy-les-Moulineaux dans une résidence en « pleine verdure » et devient conseiller municipal de 1989 à 2001 car il voulait « voir comment ça se passe à l’intérieur ». Ses responsabilités portent successivement sur le logement, la voirie les services techniques etc. De plus, il distribue l’aide alimentaire aux Serres municipales proches de sa résidence. Il parle des usines disparues : une brasserie, l’usine Chausson remplacée par un concessionnaire automobile. Il évoque au bout de l’avenue de Verdun, le Bistrot Chez Mimi où venaient les ouvriers de Gévelot à « toute heure ».
Sa femme Monique fut dessinatrice industrielle chez Alcatel d’abord dans le 15e arrondissement puis à Vélizy (78) ; elle fut la première femme dans un bureau d’études. Après son licenciement, elle exerça plusieurs métiers et finit sa carrière dans une entreprise industrielle spécialisée dans la réparation des moteurs d’avion à Magny-les-Hameaux (78).

Que tous deux soient vivement remerciés pour leur accueil cordial. M. Meyniel et P. Maestracci



22 janvier 2014

Allégories dans les Hauts d'Issy-les-Moulineaux


Ph. P. Maestracci

Un immeuble de style classique sobre fut construit 2 rue Jules Guesde. Sous un fronton triangulaire central, quatre têtes ornent une corniche entre les deuxième et troisième étages (ci-dessus). Elles sont groupées deux par deux et symbolisent deux secteurs économiques et deux pouvoirs. Tous les visages ont des traits marqués, des yeux enfoncés et la bouche ouverte. Il s’agit d’hommes d’un certain âge qui semblent vociférer, du moins s’exprimer vigoureusement.

Photo P. Maestracci
Tout à gauche, une tête d’homme est placée au-dessus d’un flambeau ; deux mains dont on distingue que les pouces posent une couronne de laurier. On peut imaginer que cela symbolise l’industrie triomphante (ci-contre). A l’époque de la construction de l’immeuble, c’est la Révolution industrielle dominée par la métallurgie. En vis-à-vis, une tête couronnée de feuilles de vigne avec une serpe en guise de collier. C’est évidemment une allégorie de l’agriculture sous forme d’un dieu champêtre.

PH. P. Maestracci

Sur la droite de l'immeuble, ce sont deux allégories des pouvoirs politique et religieux. Le roi couronné et, à sa droite, un religieux sous sa capuche de bure avec un rosaire et une croix latine.


L’intention du sculpteur et de son commanditaire n’est pas limpide. Est-ce une dénonciation ou une célébration des puissances économiques, politiques et religieuses de la France de la fin XIXe-début du XXe siècle ? Photos et texte P. Maestracci.

19 janvier 2014

Conférence - les patois d'Ile de France

Herbé Luxardo était très en verve ce jeudi 14 janvier à la Résidence du Parc devant un public conquis. Qui, très vite, se remémorait le parler de leurs parents alsaciens, ou des grands-parents bretons.

© Alain Bétry
Hervé Luxardo. © Alain Bétry
Notre conférencier débuta par une citation de la harangue des gens d'Issy à l'archevêque de Paris rédigée entre 1728 et 1743. Où l'on découvre que le patois isséen était celui du Hurepoix, région située dans le sud-ouest de l'Ile-de-France, dont la capitale était Dourdan.

Hervé nous donne quelques exemples, parfois très imagés.
câlin = bois de chauffage : et oui, on se câline pour se réchauffer !
draguer = faire attendre : pas besoin d'explication !
pinter = boire : passer dans le langage argotique ; mais à l'origine il s'agit de boire une pinte, une unité de mesure parisienne équivalent à 952,146 millilitres. 
faire cul blanc = faire cul sec : bizarre !
passer le rameau = passer le balai : dans les campagnes, une branche suffisait pour balayer…
rentrer au tabernacle - rentrer à la maison : pas très surprenant lorsque l'on sait l'emprise de la religion sous l'Ancien Régime.

Il nous explique aussi que les sons se sont modifiés et, donc, qu'un certain nombre de mots qui étaient en ouè se sont transformés en oi : exemples - le roué est devenu le roi - même si Louis-Philippe continuait à se dire "rouè" ; la foué est devenue la foi ; voué, voix. Mais d'autres mots ont résisté : on continue de dire harnais,  monnaie et  français. En revanche si Rennais (les habitants de Rennes) a survécu, on parle des Lillois (habitants de Lille) !!!!
Des mots ou se sont transformés en o, par exemple : la pourte est devenue la porte. Mais on continue de prononcer : douleur, moulin ou pourceau.

Bref, toutes ces exemples étaient fort amusants. Il faut savoir que c'est sous Louis XIV que les gens de la cour commencent à changer le langage, à le codifier pour en faire le bon français. Les patois devenant un mauvais langage.

L'abbé Grégoire (1750-1831), à gauche, à qui l'on a donné le nom d'une rue dans les hauts d'Issy,  mène une enquête en 1790 concluant que sur 28 millions de Français (à l'époque), 3,5 millions seulement parlent le français. Il fait abolir pendant la Terreur de 1794 tous les patois, après avoir déclaré  que "le français est la langue de la liberté" ;  à l'inverse, "le patois est accessible au fanatisme". Hervé insiste sur le fait que l'Ile-de-France conservait encore différents patois dans les années 1980. Ils disparurent en même temps que l'urbanisation de cette région.
    
Dernière chose avant de se quitter, la traduction du petit texte publié au bas de l'affichette annonçant la conférence :
J'espère que vous ne serez pas acalanché et que j'allons vous voir à la conférence. Le temps est un peu allumé, ne soyez pas améchantis. A revoir… qui signifie :
J'espère que vous ne serez pas mort et que je vais vous voir à la conférence. Le temps est un peu chaud, ne soyez pas énervés. Au revoir…
PCB

16 janvier 2014

L'Arménie, terre vivante au cœur du Caucase

Voici, pour nos concitoyens d'origine arménienne, mais pas que…, un livre rédigé par deux universitaires travaillant sur le terrain mais aussi sur les archives que des familles leur ont ouvert. Il s'agit de Françoise Adillier-Carras et Olivier Balbanian qui viennent de publier, sous l'égide de la Société de Géographie dont ils sont membres  : L'Arménie. Terre vivante au cœur du Caucase (320 pages, une quarantaine de photos, Glénat, 19,50 €).

Il n'y est pas question que de géographie et d'économie. Un chapitre est consacré à l'histoire  du pays, première nation chrétienne, qui conserve des églises de toute beauté et des manuscrits enluminés dont les plus anciens remontent au VIIe siècle. Le génocide de 1915-1916 et ses conséquences sont étudiés. Les réalités économiques et politiques d'aujourd'hui avec, notamment, l'intégration du Karabagh.
A signaler, la préface de Charles Aznavour, écrite en arménien (ci-dessous) !  Et des photos noir et blanc sorties des albums familiaux, comparées à des clichés couleur d'aujourd'hui.  PCB



11 janvier 2014

Les "chouettes" du FFIssy : du Pérou à Issy

Après la trêve de Noël, retour sur les pelouses pour le club de football féminin isséen : le FFIssy. L'occasion de raconter son histoire, des plus singulière.

En 1997, trois sœurs d’origine péruvienne, Edith, Merlyne et Mercedes Boharquez, fans de foot, fondent l’association EuroPeru qui rassemble une vingtaine de jeunes femmes de la communauté péruvienne, en région parisienne… pour jouer au football. Elles s’entraînent et disputent des matchs au stade Jean Bouin d’Issy (ci-dessous).


EuroPeru : l'équipe d'origine. Ph. XDR 

En 2001, l’une d’entre elles, Corinne Mesas, prend en mains l’association EuroPeru à laquelle se joignent des Isséennes pour former le FFIssy (Foot Féminin d’Issy). Lors de l’arrêt de leur section foot féminin, des joueuses de Boulogne-Billancourt (ACBB) viennent grossir les rangs du FFIssy.
Le club va alors prendre son essor et gravir les échelons de la hiérarchie footballistique : du plus bas niveau régional à la division d’honneur régionale… jusqu’à atteindre, en 2012, la division 1 nationale ! Sans compter les succès en coupe des Hauts de Seine et même en coupe de France.

L'emblème du club, version 2013.
En 2004, le club choisit un emblème « la chouette », compagne d’Athena, déesse grecque de la Sagesse et de l’Intelligence, animal sympathique et utile, elle aime se longer dans les villes pierres (allusion aux moulins d’Issy). Dessiné par René Bouschet, l’emblème est agrémenté d’une devise latine « alti volans semper vigito » (je vole haut et demeure toujours en éveil). Les joueuses sont ainsi dénommées les « grandes » et les « mini » chouettes.

FFIssy : l'équipe actuelle.
En 2007, Christine Aubere, ancienne joueuse du PSG, qui avait créé à Paris le football club « Arc en Ciel » pour lutter par le sport contre les discriminations, vient prêter main forte au FFIssy. Elle en devient l’une des dirigeantes… puis la présidente en juin 2012. Les effectifs augmentent régulièrement : plus de 130 membres et 6 équipes, aujourd’hui.

Le FFIssy a une philosophie : « être sérieux sans se prendre au sérieux », qu’elle applique à travers des principes fondamentaux : l’amitié, la convivialité et la compétence. Ainsi, un événement culturosportif est organisé en juin 2013 : le concours international de danses péruviennes au Palais des sports d’Issy-les-Moulineaux (ci-dessous), en présence du consul du Pérou.

Juin 2013,  concours international de danses péruviennes. Ph.XDR
Bonne chance pour les prochains matchs ! Denis Hussenot.

8 janvier 2014

L'exploit des aviateurs roumains à Issy-les-Moulineaux

Boulevard des frères Voisin, au n°12, en face du parc de la Girafe (anciennement terrain de manœuvres d'Issy, puis terrain d'aviation d'Issy, puis parc de la girafe et héliport de Paris), on peut voir, scellée sur le mur d'un immeuble, une plaque commémorative (ci-dessous).

Plaque boulevard Voisin © Michel Julien.
Cette plaque rappelle que des Roumains sont présents à Issy-les-Moulineaux il y a un siècle (1906 et 1910 en particulier) et qu'ils y ont inscrit de très grands exploits aéronautiques, concourant ainsi à faire d'Issy-les-Moulineaux « le berceau de l'aviation ». Cette présence coïncide, à l'époque, avec une politique d'ouverture et d'accueil avec la Roumanie (mais pas exclusivement!), pays où l'on disait que la France était « la grande sœur latine ». On y trouve mentionnées deux personnalités roumaines liées à l'aventure de l'aviation :  Trajan Vuia (1872/1950) et  Henri Coanda (1886/1972).

Trajan Vuia devant son avion, Issy, mai 1909.

Si Clément Ader avait réussi à décoller (en 1890) ainsi que les frères Wright, Trajan Vuia (ci-dessus) réalise le premier vol en avion propulsé par un moteur à combustion interne. Même si ce premier vol réalisé en mai 1909 à Issy-les-Moulineaux n'est que de 25 mètres, il n'en demeure pas moins vrai que ce type de moteur connaîtra le succès que l'on sait. En outre, son avion est équipé d'une hélice à 2 pales, ce qui est révolutionnaire à l'époque. Curieusement, l'Académie française avait doctement déclaré que « penser faire voler quelque chose plus lourd que l'air était une ineptie sans nom »!

Henri Coanda. Ph.XDR.
La seconde concerne un autre aviateur roumain, Henri Coanda (à droite), pionnier de l'aviation mondiale, inventeur des moteurs à réaction, savant, académicien (en Roumanie). Son père était mathématicien, général, homme politique, et sa mère, qui était française, l'ont encouragé à faire des études qui le conduisirent à intégrer la nouvelle école d'ingénieurs « Suparéo » dont il sortit major de la première promotion en 1910.
Avec l'appui de Georges Eiffel et du savant (mathématicien et physicien) Paul Painlevé, il invente le premier avion à réaction (ci-dessous), présenté au 2e salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris-Le Bourget, en octobre 1910.


Le premier avion à réaction, à voler à Issy, décembre 1910. Ph. XDR.

Il en effectue le premier vol, en décembre 1910, sur le terrain d'Issy-les-Moulineaux. Pendant toute sa vie, il inventa aussi bien des avions de reconnaissance qui servirent, dès 1916, à l'armée, que des avions pour Bristol (en Grande-Bretagne), le premier train aérodynamique, des procédés de constructions de maisons préfabriquées, etc. Mais sa passion demeura l'aviation pour laquelle il construisit une usine à côté de Poitiers où il s'installa.

Si on connaissait la présence en France d'intellectuels roumains, d'artistes (allez voir le département des impressionnistes -roumains et français- au musée national de Bucarest!), d'hommes politiques d'origine roumaine, on connaissait peut-être moins celle de la grande école aéronautique roumaine, (d'où ce propos!!). Ils ont chacun donné leur nom à des aéroports en Roumanie : le premier à Timisoara ; le second à Bucarest. Paul Drezet.

Pour en savoir plus sur les stèles et autres plaques sur l'aéronautique, il existe un site très bien fait :
http://www.aerosteles.net/fiche.php?code=issylesmx-vuia

5 janvier 2014

Conférence - les patois de l'Île de France

On parlait des patois très spécifiques en Ile de France, et à Issy-les-Moulineaux en particulier, tous issus des langues d'oïl.


Hervé Luxardo


chargé de cours à Paris-III Sorbonne, en a fait le thème de sa thèse. Et va nous dévoiler quelques expressions bien de chez nous qui ont eu cours… jusque dans les années 1970.




le jeudi 16 janvier 18h30


à la résidence du Parc,
20 rue de l'abbé Derry
dans les Hauts d'Issy

Entrée libre


On vous attend toujours aussi nombreux
Boène Énée à Tertous ! Bloavez Mad ! Pace et Salute ! A l'an que ven que si seguen pas plus, seguen pas men !

2 janvier 2014

Un livre pour les fans d'aviation

Issy-les-Moulineaux, berceau de l'aviation (voir notre rubrique)… Historim ne pouvait passer sous silence l'abécédaire Les Trésors du Musée de l'Air et de l'Espace, publié aux éditions du Cherche-Midi (300 p., autant de photos, 28 €).



De "Alpha" à "Whisky", nous voici emportés dans un bric-à-brac d'objets, de maquettes, d'avions, de manuscrits, de portraits - insolites, parfois - tout droit sortis des collections du Musée de l'Air qui, rappelons-le, se trouve au Bourget. Au fil des pages, Issy est mentionné plusieurs fois. A la rubrique "Au ballon", on apprend ainsi que le tout premier musée de l'aviation est créé en 1919 dans un hangar du terrain d'aviation.
Revivez tous les grands moments de l'épopée aéronautique avec  les pionniers qui ont fait les beaux jours du champ de manœuvres d'Issy. À "Médaille", le premier vol en circuit fermé de Farman (le 13 janvier 1919) ; Roland Garros, les frères Voisin (que Bernard Marck nous avait fait revivre lors d'une conférence passionnante l'an passé), Jules Védrines ou la belle Marie Marvingt  !

Un peu ardu pour le commun des mortels, mais une mine pour les férus de tout ce qui vole ! Une bonne idée pour les étrennes. PCB.