13 décembre 2018

Bruno Wartelle, du ring… à la Corrida d'Issy-les-Moulineaux

Bruno Wartelle, décembre 2018.
Coll. particulière.
Alors qu'Issy-les-Moulineaux prépare la 41e édition de sa célèbre Corrida de Noël, qui aura lieu le dimanche 16 décembre, partons à la découverte de celui qui, depuis plusieurs années, joue un rôle important dans la vie sportive de notre commune, le boxeur Bruno Wartelle (ci-contre).


Naissance d'une vocation
Bruno nous raconte d'abord comment, à l'âge de 13 ans, sa vocation est née. Il habitait à Villeurbanne
(Rhône), juste en face d'une salle de boxe, et voulait suivre son frère aîné Philippe « avec qui, il se chamaillait », qui participa aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.
À l'entraînement, en 1995, à Cuba.
Coll. particulière.
Bruno pratique la boxe 
d’abord en amateur. Il intègre à 16 ans l’équipe de France, y reste jusqu’à ses 25 ans. Pendant quatre années, il en est le capitaine, en particulier lors des Jeux Olympiques d’Atlanta (États-Unis) en 1996. Ce rôle de capitaine nécessite, dit-il, une « implication permanente avec les instances dirigeantes, les entraîneurs nationaux, les athlètes ». Chez les amateurs, Bruno a été sept fois champion de France, vice-champion du monde en 1995 (classé n°2 mondial) et capitaine de l’équipe de France de 1992 à 1996. Il a remporté quinze médailles d’or dans les tournois mondiaux : aux Philippines, en Égypte, en Italie, en Hongrie, en Bulgarie, etc. 


Boxeur professionnel
Après les Jeux Olympiques d’Atlanta (1996), il devient boxeur professionnel, dans la catégorie des poids légers (moins de 61,235 kg). Il cherche alors un club, contacte l’Avia Club isséen et le rejoint.

Bruno à Las Vegas en 1996. Coll. particulière.
Son premier combat professionnel se déroule le 9 novembre 1996 à Las Vegas, en lever de rideau du combat opposant Mike Tyson à Evander Holyfield. Bruno est fier de poser devant l'affiche (ci-contre).

Il combat 14 fois aux États-Unis (un record pour un Français) et remporte la ceinture WBC (World Boxing Council). Il poursuit sa carrière jusqu’en 2001, année durant laquelle il devient vice-champion d’Europe (classé n°4 mondial). 


1999, détenteur de la ceinture WBC.
Coll. particulière.
Ses titres sont nombreux, chez les amateurs comme on l'a vu, mais aussi chez les professionnels : il est vice-champion d’Europe en 2001 et défend trois fois sa ceinture internationale WBC, notamment en décembre 1999 à Sait-Juery dans le Tarn (ci-contre), lui permettant ainsi d’être classé n°4 mondial. 



Reconversion 
En parallèle, Bruno poursuit sa formation avec « volonté, abnégation ». Après le bac, malgré les difficultés pour mener à la fois une carrière sportive de haut niveau et suivre les cours à l’université, Bruno obtient le Brevet d’État d’Éducateur Sportif.
Dès 1998 et jusqu’en 2001, il intervient dès que possible pour l’OMS (Office Municipal des Sports) lors des activités de prévention : initiation au Noble Art pour des jeunes ne partant pas en vacances l’été, ou dans les écoles comme La Fontaine, à Issy. Cela lui permet « de redynamiser la boxe » à Issy-les-Moulineaux où il habite désormais. 
Son contrat de sportif de haut niveau lui procure la souplesse nécessaire pour assurer à la fois sa carrière et ses interventions auprès des jeunes Isséens. C’est « une relation de confiance » qui permet de garder « un pied dans la réalité car un sportif vit dans une bulle ». 

Combat victorieux au Parc municipal des sports Jean Bouin, Issy,
20 janvier 2000. Coll. particulière.
Son seul combat isséen (ci-dessus) se déroule le 20 janvier 2000 au Parc Municipal des Sports Jean Bouin dans le cadre d’un gala de boxe ; match victorieux ! Il met fin à sa carrière sportive après le championnat d’Europe à Trieste en Italie en octobre 2001. Il a livré au total 197 combats (168 chez les amateurs et 29 chez les professionnels ) dont 87,3 % victorieux…

Ancrage professionnel dans la commune
« Le sportif de haut niveau est un privilégié, c’est une chance de vivre de sa passion »… mais que faire quand on s'arrête ?  une carrière de commercial ou « s’installer dans la ville », Bruno hésite. Une annonce paraît dans le journal L’Équipe. L’assistante d’André Santini le contacte pour un rendez-vous. Le maire lors de leur rencontre est très clair : « Tu restes ! ».  Chargé de mission et du développement pour les différentes pratiques de la boxe, il suit de nouvelles formations : construction de bâtiments sportifs, management, etc.  Par la suite, il s’occupe de la communication, en lien avec Issy Média, en particulier pour la rituelle et célèbre Corrida de Noël (ci-dessous, en 2011). 

Les Pères Noël de la Corrida, 2011. © A. Bétry
Puis, en 2012, Bruno  est nommé Directeur adjoint sur le Pôle Technique et Installations Sportives. Il veille tout particulièrement « à l’hygiène et à la sécurité » ; il s’occupe des marchés publics, des ressources humaines, du management et du suivi de l’enveloppe budgétaire. Ses actions sont efficaces :  ont été ouverts ou embellis le gymnase Jacques Goddet, les Casemates, les piscines Aquazena, dans le Fort, et Alferd Sevestre ainsi que le Boulodrome près de l’école Louise Michel avec gymnase intégré à l’école comme dans d’autres établissements scolaires.  Et, « pour rester sur le terrain », Bruno continue d'entraîner à le boxe, chaque mercredi, dans la salle Belmondo du gymnase de l’Agora, des jeunes de 6 à 18 ans. Il prend son rôle « d’entraîneur/éducateur très à cœur ». Un rôle important car il a le sentiment que… « chacun est le champion de son propre potentiel » 
Et lorsqu’il arrive à Bruno de signer encore un autographe, c’est toujours avec la mention « courage et persévérance ! ».  Ses deux enfants, James et Lisa, peuvent être fiers de leur papa ! 

Un grand merci à Bruno Wartelle pourtant très occupé mais qui a accepté de témoigner pour Historim et qui a eu la patience de répondre à des questions nombreuses portant sur un domaine qui m’était inconnu. Merci aussi à Florian Goutagneux qui m’a présenté cet homme au parcours impressionnant. P. Maestracci


9 décembre 2018

Zhu Xiao-Mei, une pianiste chinoise à Issy-les-Moulineaux


© XDR




Zhu Xiao-Mei
(ci-contre, en 2013) est une remarquable pianiste,  dont la destinée est extraordinaire. Au cours de sa vie riche en péripéties dont certaines tragiques, elle séjourne quelque temps dans notre commune. D'ailleurs, elle en parle dans ses mémoires, un ouvrage qui a pour titre La rivière et son secret. Sous-titré : "Des camps de Mao à Jean-Sébastien Bach : le destin d’une femme d’exception". (Robert Laffont, 2007 et 2013). encore une bonne idée de cadeau, pour les fêtes.




Dans sa jeunesse, Zhu Xiao-Mei vit à Pékin lorsque la Chine populaire est sous l’emprise de Mao Zedong. Elle décrit, outre sa passion pour le piano et la musique classique, à la fois ses illusions et l’horreur de cette époque. Devenue adulte, elle réussit à partir pour les États-Unis et, de là, vient en France dont sa maman évoquait le musée du Louvre avec envie. 
Le paragraphe ci-dessous évoque cette arrivée. Son amie Xiaoqin qui l’héberge avait épousé un Français et s’était installée dans la commune isséenne :

« À part Xiaoqin, je ne connais personne en France. Et évidemment, je ne connais pas un mot de français. Installée dans son appartement d’Issy-les-Moulineaux, je n’ose pas sortir seule de peur de me perdre si bien que, pendant un bon moment, tout Paris va se résumer pour moi 
à quelques rues de banlieue ». 

Simple coïncidence à l’époque, il y avait un consulat chinois au début de l’avenue Victor Cresson. Cet immeuble austère de béton existe toujours mais a changé d’affectation. De plus, Issy-les-Moulineaux est jumelée à Dongcheng, district central de Pékin depuis 1997/1998. Historim y a consacré un article : http://www.historim.fr/2013/09/dongcheng-district-de-pekin.html

Le sous-titre de son livre évoque Jean-Sébastien Bach, alors laissez vous bercer par cette sarabande interprétée par la talentueuse Zhu Xiao-Mei  https://www.youtube.com/watch?v=aHgd9obN8MM

Un grand merci à mon amie Jacqueline qui m’a fait découvrir cette artiste impressionnante à la fois pour son amour de la musique et les vicissitudes de sa vie. P. Maestracci.

6 décembre 2018

Bulletin d'adhésion Historim

Certains d'entre vous  désirent avoir sur le site un bulletin d'adhésion. Très bonne initiative ! Imprimez-le et renvoyez le, accompagné de votre chèque.




Si vous êtes déjà membre, si vous voulez nous rejoindre, rendez-vous le samedi 8 décembre, 14h30, au Musée français de la Carte à jouer, 16 rue Auguste Gervais à Issy-les-Moulineaux, pour une réunion de fin d'année, uniquement pour les Historimiens… et futurs Historimiens
Nous vous attendons. PCB


1 décembre 2018

Issy-les-Moulineaux par Michel Larzillière

Décembre… voici venir le temps des cadeaux, des décorations, des fêtes de fin d'année. Alors, pourquoi ne pas commencer ce mois par cette magnifique estampe tout en bleu que nous offre Michel Larzillière, cet artiste isséen qui a témoigné pour Historim en juin 2013.
Le monochrome bleu choisi par Michel Larzillière pour sa linogravure Panorama d’Issy-les-Moulineaux met remarquablement en valeur onze bâtiments et perspectives isséennes. La composition est ordonnée avec trois images superposées de chaque côté et quatre vues centrales. Des lignes sinueuses, pouvant évoquer des nuages ou de l’eau, relient des lieux isséens aisément identifiables. Le talent de l’artiste magnifie l’ensemble.


Voici en détail la description de ce panorama qui se lit de gauche à droite et de haut en bas.


             Colonne de gauche

Dans l’angle supérieur, le Musée Français de la Carte à Jouer est représenté. Le bâtiment ancien, ce qui reste de l’entrée du château des Conti,  abrite la galerie d’histoire de la ville. La partie contemporaine est construite sur plusieurs niveaux le long de la rue Auguste Gervais qui est en pente. Elle conserve depuis 1997 de nombreuses collections de cartes à jouer dont le Chariot de Ferrare, magnifique tarot du XVe siècle.

Au centre, le Palais des Arts et des Congrès d’Issy, rebaptisé en octobre dernier "Charles Aznavour", 25 avenue Victor Cresson, est abrité dans un bâtiment Art déco des années Trente. Son architecte en est Chappey et les vitraux du maître verrier Barillet illuminent les deux halls superposés. Cette ancienne salle des Fêtes a été rénovée. Un certain nombre des spectacles et de réunions se tiennent chaque année dans la grande salle ou dans des salles plus intimes.

Dans l’angle inférieur, l’immeuble Eos, vitré, en forme de trident, occupe un emplacement particulièrement visible entre Seine, boulevard périphérique et boulevard Gallieni, le long de la place du Maréchal de Rochambeau. Il est entre autres le siège social de Microsoft Europe.



Colonne suivante



En haut, voici la célèbre Tour aux Figures de l’artiste Jean Dubuffet, érigée depuis 1988 sur la pointe amont de l’île Saint-Germain. Elle vient tout juste d’être restaurée.

En-dessous, le pont de l’ancienne ligne ferroviaire (ligne du RER C ) surmonte des ateliers d’artistes aménagés en-dessous et de ce fait, appelés Les Arches.






Avant-dernière colonne

En haut, la tour Sequana, à la silhouette elliptique et vitrée, est depuis peu le siège de l’entreprise Accordhotels entre Héliport et boulevard périphérique.

Juste en-dessous, l'on distingue l’Hôtel de Ville, somptueuse résidence au XVIIIe siècle du financier Beaujon. Le bâtiment communal fut inauguré en 1895.

En bas, une vue du pont d’Issy, vers le petit bras de la Seine en aval, permet d’observer, à gauche la promenade aménagée pour les piétons et les cyclistes et,à droite, une péniche le long de l’île Saint-Germain .



Colonne de droite

Trois bâtiments emblématiques de la commune sont superposés : deux religieux et un sportif. 

En haut, voici le Séminaire de Paris, rue du Général Leclerc. Il a été construit sur l’ancienne propriété de la Reine Margot devenue celle de l’ordre des prêtres de Saint-Sulpice. Les bâtiments, fort endommagés par la guerre de 1870/71 et la Commune, ont été reconstruits à la fin du XIXe siècle. 

Au centre, l’église Saint-Étienne dresse sa façade  à flanc de coteau, comme le village originel d'Issy. Elle date du XVIIe siècle.

Enfin, en bas, le Palais des Sports Robert Charpentier se situe à l’angle du boulevard des Frères Voisin et de la rue Charlot. L’avancée du toit forme un angle visible de loin et en protège l’entrée pour les visiteurs tandis que les sportifs disposent d’une entrée latérale.


Rappelons que Michel Larzillière :
- est l’auteur de plusieurs livres dont un carnet d'aquarelles sur l'histoire de la ville, Issy-les-Moulineaux (éd. Équinoxe, 2012) ; son dernier ouvrage est consacré à l’île de Groix
- participe activement 52/54 boulevard Gallieni à l’atelier d’impression aux Arcades (Atelier de Recherche, de Création artistique et d’Enseignement supérieur - www.issy.com/lesarcades). La technique est celle de la lithographie. Le thème retenu pour 2017/2018 porte sur la commune.

P. Maestracci