29 avril 2018

Issy - la rue Aristide Briand en pleine métamorphose

Cette rue Aristide Briand opère une jonction entre deux quartiers : La Ferme/Les Îles /Les Chartreux et Val de Seine/Les Arches. C’est d’ailleurs aussi le cas de la rue Jean-Jacques Rousseau et de l’avenue de Verdun. La rue Aristide Briand débute place Léon Blum et finit 6oo mètres plus loin place Jules Gévelot, en suivant une légère pente. Au début du XXe siècle, elle s'appelait Chemin de Grande Communication N°2, ; ensuite elle fut nommée rue de Boulogne.

Qui est Aristide Briand ?
Cet axe rend hommage à l’homme politique Aristide Briand (1862-1933). Cet avocat de formation (ci-contre) fut ministre à de multiples reprises et plus d’une dizaine de fois président du Conseil sous la Troisième République. En 1926, il reçut à Oslo le prix Nobel de la Paix, conjointement avec l’Allemand Streseman en gage de réconciliation franco-allemande (celle-ci ne dura qu’un temps !). 
Briand était aussi célèbre pour son esprit de répartie. Un seul exemple suffira. Au Britannique Lloyd George qui affirmait à propos des Français « entre la vanité et le ridicule, il n’y a qu’un pas ! », Briand rétorque : « Oui, le Pas-de-Calais ! ». No comment…

Un chantier colossal

Immeuble vétuste au carrefour de l'avenue de Verdun
et de la rue Aristide Briand. En cours de démolition. 
La rue Aristide Briand est en plein chantier depuis plusieurs mois et pour quelques années encore. En effet, elle se trouve à proximité immédiate d’une gare souterraine de la future Ligne 15 du métro. Plusieurs immeubles vétustes ont déjà été démolis à l’angle de la rue avec l’avenue de Verdun (ci-dessus) afin de permettre la construction de la gare souterraine qui sera surmontée d’un immeuble. D’autre part, des logements HLM qui n’ont que quatre étages commencent eux aussi à disparaître (ci-dessous) et leurs habitants relogés. La circulation automobile est provisoirement perturbée en raison des travaux autour de la place Léon Blum. 

Au premier plan, un terrain en friche remplace le premier HLM
détruit pour faire place aux futures constructions.

Plusieurs équipements collectifs se trouvent dans la rue. Les plus anciens sont une ancienne école intégrée au collège Victor Hugo et, au 27, l’école élémentaire Paul Bert. Ces bâtiments sont construits en pierre meulière, caractéristique au tournant du XXe siècle. Cette carte postale (ci-dessous) montre l'ancienne école à l'architecture typique de la IIIe République.  

Les Écoles de la rue de Boulogne, devenue rue Aristide Briand, à l'angle de la rue Paul Bert.

Désormais intégrée au collège Victor Hugo, l'entrée de cette école est condamnée. A l'entrée du collège Victor Hugo, au n°24, le mur peint latéral représente le grand écrivain (ci-dessous). Dans sa jeunesse, celui-ci venait voir Adèle Foucher, sa future femme, dans la maison familiale, rue Auguste Gervais.

Entrée du collège Victor Hugo.
Victor Hugo sur le mur. © A. Bétry

















Nettement plus récents : le gymnase L’Agora et l’ALIM (Association de Liaison d’Issy-les-Moulineaux) au 18 de la rue et qui regroupe des dizaines d’associations. Texte et illustrations : P.Maestracci



25 avril 2018

Par Issy, les jeux de mots !

Le nom d’Issy permet de jouer sur l’homophonie. De nombreux commerces et associations isséens utilisent le nom de la commune pour y ancrer leur activité mais certains s’amusent avec les mots. Il n’est pas anodin d’ailleurs que le maire, André Santini, soit réputé pour son humour !

Jeux de mots culturels
Le choix a été fait de privilégier les rapprochements intentionnels. Commençons par le Ciné d’Issy (www.cinedissy.com) qui ne pourrait être que là. Certaines associations se sont prises au jeu : Les Chemins d’Issy et d’Ailleurs pour les randonnées, l’ACIA (Association des Créateurs d’Issy et d’Ailleurs - http://createursissy.canalblog.com) ainsi que le Théâtre des Am’d’Issy et d’Ailleurs (4 rue Paul Bert, Issy).

Jeux de mots commerciaux
Pour les commerces d’alimentation, il est loisible de fréquenter les restaurants Le 7 à ISSY au rond-point Victor Hugo ou PARIS’SY, au Fort, ainsi que chez le maraîcher O MARCHÉ d’ICI, dans le même éco-quartier sans oublier PAR’ISSY rue Auguste Gervais.
Il y a deux autres exemples dans d’autres domaines avec l’opticien VUE d’ISSY, avenue de Verdun et le magasin, sorte de bazar, ISSY PAS CHER, boulevard Voltaire.  

© XDR
Quant au panneau lumineux à l’entrée de la ville boulevard Gallieni sous le pont du Tram T2 (ci-dessus), difficile d’être plus clair ! Deux courtes affirmations alternent : « Issy, c’est ici » et « Ici, c’est Issy ». P. Maestracci



20 avril 2018

Issy - transformation du bâtiment de la CPAM

La CPAM ( Caisse Primaire de l’Assurance Maladie ) autrement appelée familièrement la « Sécu », était installée dans un bâtiment des années 1950 au début de la rue Telles de la Poterie. Il surplombait le square de Weiden.

La Sécurité Sociale est créée en octobre 1945, quelques mois seulement après la fin de la guerre. La France est alors en pleine reconstruction et quelques années s’écoulent avant la construction de ce bâtiment isséen (ci-dessous). L’entrée se situe au 16, rue Telles de la Poterie. L’entrée en arc de cercle est vitrée. Le symbole de l’Assurance primaire est dessiné sur le panneau latéral et au-dessus de l’entrée.
Fonctionnel, il avait plusieurs niveaux pour l’accueil des assurés et les bureaux. Pourtant, il y avait des marches ; en particulier les médecins vérificateurs travaillaient à l’étage inférieur ce qui ne facilitait pas les démarches des personnes handicapées. 

L'immeuble de la CPAM avant.
Au début du XXIe siècle, sa destruction est envisagée mais, heureusement, la solution d’une réhabilitation de cet immeuble caractéristique de l’architecture des Trente Glorieuses a été privilégiée. Le bâtiment originel a été surélevé (ci-dessous) et les façades recrépies sans parler des aménagements intérieurs. Il comprend désormais plusieurs logements. 

L'immeuble après, vu du square Weiden.

Quant à la Sécurité Sociale, les bureaux ont été transférés à Meudon ou à Boulogne-Billancourt pour ceux qui n’ont pas recours à internet. Texte et photographies P. Maestracci.

15 avril 2018

Issy… à Deauville !

Vive les vacances… de Pâques ! Si certains d'entre vous partent sur la côte Normande, savez-vous que Deauville, une chanson écrite par Antoine Essertier et François Welgryn, évoque Issy… PCB


Les serviettes au fond du sac
On ne sait jamais
Une jolie décapotable
Que j'ai louée exprès
L'A 13 me porte chance
Un samedi ensemble

Je te prends porte dIssy
La mer c'est par là
Tu verras
Je suis de bonne compagnie
A Deauville sous les parasols
Je suis un peu moins seul
Avec toi, avec toi
Sous les parasols
Je suis un peu moins seul
Avec toi.

On fait craquer les planches
Et moi je craque encore
A regarder tes jambes
Que le sable décore
Fais juste un peu semblant
Petit pêcher gourmand
J'te laiss'rai porte d'Issy
Sous les nuages bas

T'en fais pas
Juste le temps d'un sam'di
A Deauville sous les parasols
Je suis un peu moins seul
Avec toi, avec toi
Sous les parasols
Je suis un peu moins seul

Avec toi.

11 avril 2018

Le Japon musical à Issy


Satoshi Kubo au piano, Kazuko Matsumoto soprano, le 8 avril 2018, à Issy. 

Dans le cadre des "dimanches en mélodie", la Médiathèque du centre-ville avait convié ce dimanche 8 avril 2018 ces deux artistes japonais que certains connaissent déjà. Souvenez-vous… il y a trois ans, ils participaient à la "résurrection" de la Pastorale d'Issy, premier opéra en langue française de l'Histoire.
Kazuko habite les Alpes de Hautes Provence où elle enseigne le chant. Satoshi travaille à Londres au National Opera Studio où il accompagne de jeunes chanteurs d'opéra.
Le public était venu nombreux découvrir ces mélodies japonaises totalement méconnues des Isséens. Au programme, par exemple, trois morceaux du compositeur Ikuma Dan : Solitude - ou l'histoire d'un poisson rouge tout seul qui tourne en rond dans son bocal ; Cigale - elle crie à la tombée du jour ; Hortensia - en fleurs… La fleur, toujours si présente et si importante pour les Japonais, surtout lorsque vient la saison des cerisiers en fleurs, si joliment chantée à la fin du spectacle par Kazuko. PCB


7 avril 2018

Issy - histoire de la rue Minard

Rue Minard, vue de la place de la Fontaine, zone piétonnière.
On aperçoit sur la droite, en arrière plan, une partie de l'abside
de la chapelle du Séminaire.
Antérieurement, la rue Minard s’appelait rue de la Glaisière en référence à l’argile pour les « briques de Vaugirard » exploitée à l’emplacement du Parc des Expositions (Paris XVe). Elle porte désormais le nom de Georges-Christ Minard qui fut maire d’Issy sous Louis-Philippe de 1846 à 1848 puis en 1870-1871, lors des débuts difficiles de la Troisième République. Le village originel se trouvait sur la hauteur. C’était le chemin obligatoire pour les paroissiens de Vaugirard qui fréquentaient l’église Saint-Étienne jusqu’à la création de leur propre paroisse en 1342.
Aux Temps Modernes, de grandes propriétés comme celles des de La Haye et de Marguerite de Valois furent créées en contrebas et sur la pente. Au XIXe siècle, le centre de la ville se situe entre les deux intersections de la rue Renan (Général Leclerc de nos jours) avec la rue de Vanves et les boulevards Voltaire et Gambetta. La première mairie en 1857 se trouvait place Vaillant-Couturier. La rue Minard reliait ainsi les deux quartiers.

A mi-pente. A droite, la nouvelle aile de l'Hôpital suisse,
inaugurée en 2017. A gauche, la grille du parc Saint Jean-Paul II.
Cette rue part de la place de La Fontaine et monte sur 450 mètres vers le parvis de l’église Saint-Étienne. Son parcours sinueux dessine un S très étiré afin d’avoir une pente pas trop abrupte. Elle croise en bas la rue Vaudétard (du nom des possesseurs d’un fief médiéval) et ensuite elle coupe en deux une belle propriété qui appartint au début du XVIIe siècle à la reine Marguerite de Valois, dite la reine Margot, puis revint définitivement à la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Un tunnel à mi-pente passe d’ailleurs encore sous la rue Minard pour relier les jardins du Grand Séminaire au parc de l’autre côté de la rue. La portion supérieure du parc est louée par bail emphytéotique à la commune qui y a aménagé le parc Saint Jean-Paul II.

Vue sur Paris. A gauche, l'aile de l'Hôpital Suisse. Au loin,
la Tour Eiffel et la tour arrondie du ministère des Armées.
Deux immeubles d’habitation se trouvent aux angles avec une façade sur la rue et l’autre place de la Fontaine. D’autres bâtiments leur font suite jusqu’à la rue Vaudétard. Ensuite, la montée se fait entre deux hauts murs de pierre protégeant les deux parties de la propriété sulpicienne. On longe à droite la chapelle du Séminaire reconstruite après les ravages datant de la Guerre de 1870/71 et de la Commune. 
Plus haut à droite, l’Hôpital Suisse de Paris s’est agrandi en 2017. 

Mur latéral de la Solitude.
En face à gauche, le parc Saint Jean-Paul II précède l’ensemble de la Solitude dont le mur latéral épouse la sinuosité de la rue (ci-contre). Cela correspond à l’achat au XVIIIe siècle de ce terrain par la Compagnie des prêtres de Saint- Sulpice. Jusqu’alors, les futurs professeurs de l’Ordre devaient, lors de leur formation, faire une retraite dans la propriété isséenne dont l’entrée est toujours rue du Général Leclerc. Celle-ci est occupée sans discontinuer depuis par le Séminaire de Paris. Le nouveau bâtiment en haut de la rue Minard permit aux futurs enseignants d’accomplir leur retraite dans un lieu judicieusement nommé : La Solitude. 
Le bâtiment (ci-dessous) fut construit au XVIIIe siècle pour les futurs professeurs de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice.

Façade sur jardin du bâtiment de la Solitude.
Cet endroit servit ensuite jusqu’à une période très récente de maison de retraite pour les prêtres les plus âgés. En 2016, grâce à la signature d’un nouveau bail emphytéotique, l’ensemble doit être métamorphosé en hôtel de luxe et annexe de la prestigieuse École Ferrandi. L’opération est menée par le groupe Accor Hôtels et le grand architecte Jean-Michel Wilmotte. Le palace va s’appeler "Le domaine de la Reine Margot", en hommage à la reine Marguerite première épouse de Henri IV et propriétaire du domaine sis en contrebas.
statue d'ange.

Tout en haut de la rue, sur ce côté les bâtiments rénovés de la paroisse Saint-Étienne précèdent l’église du XVIIe siècle. De l’autre, ce sont différentes ailes de la Maison de Retraite Repotel dont l’entrée est avenue Jean Jaurès. Cette maison existait dès les années 1930. Elle était tenue par les Dames de la congrégation de Saint-Thomas de Villeneuve. Sur ce cliché des années 1950 (ci-dessous), on voit les jardins disposés en terrasse pour des convalescentes. Ensuite, la maison fut transformée en Maison Suisse de retraite puis, de nos jours, c'est la Maison de Retraite Repotel. Au n°16 de la rue, une petite statue d'ange (à droite) marque l'une des entrées de l'ancienne maison de Repos.

P. Maestracci (texte et photographies). Merci à Éliane Marchand dont le témoignage m’a permis de compléter l'explication sur la Maison de Retraite Repotel.

3 avril 2018

Issy - l'église Saint-Étienne restaurée

L'église Saint-Étienne, située entre le Centre Ville et les Hauts d'Issy, se refait un coup de jeune : les portes latérales ainsi que le portail central à deux vantaux ont été reposés le 20 mars 2018. Après trois mois de restauration dans les ateliers Perrault Frères, bois et parties métalliques sont entrés dans une nouvelles vie.

Réinstallation de l'un des vantaux de l'église Saint-Étienne. © A. Bétry

L'église actuelle date du XVIIe siècle ; peut-être le roi Louis XIII et son épouse Anne d'Autriche en ont-ils franchi le porche, sur lequel se remarquent trois fleurs de lys ? Historim vous propose de redécouvrir son passé en consultant les textes déjà publiés sur le site :
http://www.historim.fr/2016/03/visite-de-leglise-saint-etienne.html
http://www.historim.fr/2011/11/trois-fleurs-de-lys-reponse.html
http://www.historim.fr/2011/10/le-cardinal-de-fleury-meurt-issy.html


Vantail aux 3 fleurs de lys. ©A. Bétry
Les Ateliers Perrault, installés à Mauges-sur-Loire (Maine-et-Loire) ont plus de 250 ans d'existence. Ils sont spécialisés dans la restauration et la réfection de boiseries anciennes et la copie de toutes les sortes de ferronneries. Entreprise d'art, elle est agréée par les Monuments historiques et ses champs d'intervention sont immenses : Palais de l'Elysée, musée du Louvre, château de Versailles, Parlement de Bretagne font partie de ses clients. Les particuliers ne sont pas oubliés, les résidences ou châteaux privés apportant aux 160 employés et compagnons de l'entreprise le plaisir et la joie d'exercer leurs talents.


Exemple de crapodine, à gauche.
© A. Bétry

Une technique venue du Moyen Âge
Que ce soit pour la charpente, la ferronnerie et la serrurerie d'art, pour la menuiserie ou l'ébénisterie… les Ateliers respectent la tradition. Pour les travaux de l'église Saint-Étienne, un élément technique attire la curiosité de l'observateur : chaque vantail de porte s'articule grâce à deux parties métalliques (l'une en haut étant perforée, l'autre étant encastrée dans le sol). Cette pièce de métal, de forme pyramidale tronquée, est surmontée d'un axe dans lequel s'engage la partie femelle de la porte. Cette pièce scellée dans la pierre (photo ci-contre) s'appelle une crapodine, mot qui nous vient directement du Moyen Âge.

Les précédents grands travaux de rénovation de couverture de notre église remontent au 2 avril 2007 (photo ci-dessous).
  Texte et photos Alain Bétry.


Restauration de la toiture de l''église Saint-Étienne, en avril 2007. © A. Bétry