28 avril 2020

Maître Jean-Luc Leguay - un Isséen de lumière. Épisode 1

"Et la lumière fut"…  avec Gutenberg. Et, depuis septembre 2019, avec Maître Jean-Luc Leguay, qui donne des cours d'enluminure au Musée Français de la Carte à Jouer, aujourd'hui suspendus, bien entendu. Certains d'entre vous le connaissent certainement. Mais qui est donc ce personnage hors du commun qui a plusieurs cordes à son arc ?

Jean-Luc Leguay. © P. Maestracci
Son enfance
Jean-Luc Leguay est né en novembre 1952 à Cannes ; est  isséen depuis 1980. Il est le fils de Jeannine Gelati, première danseuse connue sous le nom de Nina Diamar et professeur de danse,
et de Joseph Lazzini, professeur de danse et célèbre chorégraphe, connu internationalement (à l‘origine du ballet national de Marseille et fondateur du Théâtre Français de la danse) , un avant-gardiste considéré comme un visionnaire fantasque et génial, hors normes. Ses œuvres (Ecce Homo, La fille mal gardée, La troisième fenêtre), d’une grande originalité, ont marqué son époque.

Jean-Luc grandira dans un monde de femmes : sa mère, sa grand-mère et sa tante. Ensuite sa mère se mariera avec Bob Leguay, dessinateur de bandes dessinées ; auprès de lui, il a cherché et a trouvé son trait.

Danseur, puis chorégraphe
A 17 ans, sa mère lui demande de l’aider car elle est débordée par ses différentes activités. Sans se poser de question, sa carrière s’oriente autour de la danse. Il décroche un contrat de danseur au théâtre Graslin à Nantes dans le corps de ballet de Jean Zierat

En 1973, habité par de grandes ambitions, il envisage de monter ses propres créations : la première, Le rêvesur une musique de Béla Bartók. Une route ardue commence, faite de hauts et de bas. Mû par une énergie colossale et une passion sans retenue pour la danse, il enfonce les portes, avance, crée, bouillonne d’idées et, petit à petit, le succès arrive. Il monte Le journal de Claire, puis La jeune fille et la mort de Franz Schubert. Il créera une cinquantaine de ballets qui seront interprétés par les étoiles du monde entier (Opéra de Paris, Ballet de New York de Dennis Wayne, Ballet de Roland Petit, Scala de Milan, Ballet du XXe siècle de Maurice Béjart, Ballet de Stuttgart, London Festival Ballet, Bolchoï, …).

Hormis la danse, la musique et la bande dessinée, il n’avait aucune curiosité et, à 15 ans, découvre le pouvoir de la lecture, grâce à sa mère qui lui offre La Divine Comédie de Dante. Ensuite le père de sa compagne lui ouvre sa bibliothèque, (ce sera son premier maitre). Pendant cinq ans, il dévore tout ce qui se rapporte aux textes sacrés, à l’ethnologie, aux traditions… et qui, quelque part, approfondit son illumination intérieure. Ses lectures enrichissent ses ballets et font progresser son art.

Directeur artistique
En 1985, il est nommé directeur artistique du ballet du théâtre Regio à Turin ; il réorganise la compagnie qui devient l’une des premières d’Italie. Il crée un nouveau répertoire en invitant de nombreux chorégraphes et professeurs (Oscar Araiz, Hans van Manen, Fernando Bujones,..) ainsi que des interprètes de renom (Jean Guizerix, Vladimir Derevianko, Elisabeth Terabust…). Il organise des tournées en Europe (environ 80 représentations par saison). 

Teatro Regio de Turin. © XDR
Parallèlement, il devient conseiller artistique et collaborateur de l’impresario russe Boris Trailine (ancien danseur étoile au ballet de Monte Carlo, responsable artistique et technique d’un gala d’étoiles au théâtre Petruccelli de Bari). Par son intermédiaire, il devient impresario – il considère Boris comme son deuxième maitre qui lui a transmis le rationnel, le pragmatisme, l’organisation au cordeau, la persévérance sans perdre sa sensibilité indispensable au monde de la danse. Il intervient sur les tournées des ballets du Grand théâtre de Genève, du ballet de Monte-Carlo, du Dance Theater of Harlem, sans oublier les nombreuses représentations d’Antonio Gadès.

Par ses nouvelles fonctions, il programme la venue du ballet de l’Opéra national de Vienne (Wiener Staatsoper) et de nombreux galas d’étoiles internationales dans les plus grands théâtres et festivals européens (Venise place Saint Marc, Barcelone, Genève,…). Il crée également des chorégraphies d’opéras : AÏda, La Traviata et la Damnation de Faust.
Conjointement à ses différentes activités, il réalise tout ce qui se rapporte à la lumière sur de nombreux spectacles internationaux.
Micheline Meyniel 

Mais quels sont donc ces cours de reliure donnés au Musée ? Vous le saurez le 1er mai à 18 h.

25 avril 2020

La reine Margot… à son bureau

Encore de la lecture… mais quelques dizaines d'années avant Jean de La Fontaine. Marguerite de Valois, la célèbre reine Margot, propriétaire d'une magnifique propriété à Issy, non seulement était "aux fourneaux", comme on l'a vu il y a quelques jours, mais aussi à son bureau !


Marguerite vers 1590. © XDR
Intellectuelle, auteur, mécène, elle fréquente dans les années 1570 l'Académie du Palais créée par son frère Henri III. Puis, elle fait de Nérac (dans l'actuel Lot-et-Garonne) un foyer artistique et littéraire. On y croise même Montaigne. C'est, comme le racontera plus tard le duc de Sully, ministre d'Henri IV, « un temps douce et plaisante ; car on n’y parlait que d’amour, et des plaisirs et passe-temps qui en dépendent ».

Ses années de confinement à Usson
Confinée à Usson, en Auvergne, pendant près de vingt ans, de 1586 à 1605, sur ordre d'abord de sa mère et de son frère Henri III, puis de son époux Henri IV (pour des questions d'ordre politique), elle en profite pour lire… comme vous, qui êtes aujourd'hui, confiné :
« Ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençay lors à me plaire ; n’ayant cette obligation à la fortune, mais plustost à la providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remede pour le soulagement des ennuis qui m’estoient preparez à l’advenir ».

Elle se met aussi à écrire ses Mémoires, avec l'aide de l'écrivain-abbé Brantôme (ci-dessous), qui en parle ainsi : « elle estoit fort curieuse de recouvrer tous les beaux livres nouveaux qui se composoient tant en lettres sainctes qu’humaines "; il ajoute : "elle sçait bien parler, elle sçait autant bien escripre… ».

L'abbé Brantôme. © XDR

Ces Mémoires aristocratiques, publié en 1628, auront un succès fou. Elle y raconte entre autres son mariage le 28 août 1572 avec le roi de Navarre, futur Henri IV : "Lui et sa troupe en habits très riches et beaux… et moi habillée à la royale avec la couronne et le corset moucheté d'hermines… "

Paris-Issy
Rentrée à Paris en 1605, elle s'installe à Issy l'année suivante, fuyant l'épidémie de peste parisienne. Dans cette grande propriété (à l'emplacement du Séminaire Saint-Sulpice), elle dessine le parc, fait installer des statues, se fait construire une nymphée (toujours en l'état). Elle reçoit beaucoup, organise des ballets, tient des salons champêtres et passe du temps à lire.

Nul doute qu'il devait y avoir dans sa demeure, comme dans toutes celles qu'elle a occupées, une bibliothèque. Ce meuble apparaît au XVIIe siècle et, surtout se développe au XVIIIe. Avec l'invention de l'imprimerie par Johan Gutenberg, vers 1440, le nombre de livres, en effet, se multiplie. Il faut donc prévoir un endroit pour les ranger, facile d'accès. A l'origine les ouvrages précieux étaient conservés dans des coffres.

Inventaire de sa bibliothèque

Deux inventaires ont été réalisés, l'un de son vivant en 1608, l’autre dressé le 27 mars 1615, après son décès, en vue de la vente aux enchères de ses livres. Ce dernier recense 281 ouvrages, d'une grande variété d'auteurs grecs, latins, français, italiens et espagnols (les auteurs antiques ou étrangers étant le plus souvent en traduction française). La majorité était reliée. Certains sont conservés à la Bibliothèque de Pau, à la Bibliothèque de la Sorbonne, d'autres à la Pierpont Morgan Library de New York, d'autres encore chez des particuliers.

Parmi les ouvrages de sa bibliothèque :
Dante, La comédie de l’Enfer, du Purgatoire, Paris, 1597 - maroquin havane (ci-dessus) ; Platon, La République, Paris 1600  ; Ovide ; Tite-Live…

Alors, en ces temps confinés, retournons dans les rayonnages de notre bibliothèque et relisons quelques-uns de nos livres préférés. Un grand merci à Gutenberg et son invention ! PCB 

Gutenberg, statue de P.-J. David, à Strasbourg. Sur
la plaquette qu'il tient, ces mots " Et la lumière fut"
© A. Bétry

22 avril 2020

La Fontaine et les Conti

Jean de La Fontaine.
© XDR
Après les jeux de société, les recettes de cuisine, les visites virtuelles et la musique, un peu de lecture en ces temps de confinement. Une bonne occasion de redécouvrir Jean de La Fontaine (1621-1695), ses 240 fables et autres contes. Vous connaissez déjà Le Renard et les raisins, une fable illustrée sur la façade du 31 rue Kléber, en Centre Ville.
Mais ce que l'on connaît moins ce sont les relations qu'entretient, dans les années 1680-1690, le fabuliste avec la famille Conti, à commencer par la jeune Marie-Anne de Bourbon (1666-1739), la fille illégitime mais reconnue de Louise de La Vallière et du roi Louis XIV.

Elle est belle, elle danse bien, elle plaît aux hommes… (ci-dessous) tant et si bien que Mme de Sévigné - encore elle - qui veut que sa fille soit la plus remarquée de la haute société, en est jalouse.
Quant à La Fontaine, après l'avoir vue au carnaval de l'an 1689, il en rêvera toute la nuit. Et, le lendemain, il lui écrit une petite pièce intitulée le Songe.

Marie-Anne de Bourbon. © XDR
"La déesse de Conti m'est en songe apparue :
Je la crus de l'Olympe ici-bas descendue.
Elle étalait aux yeux tout un monde d'attraits
Et menaçait les cœurs du moindre de ses attraits.
Fille de Jupiter, m'écriais-je à sa vue,
On reconnaît bientôt de quel sang vous sortez.
L'air, la taille, le port, un amas de beautés,
Tout excelle en Conti ; chacun lui rend les armes… ”

L'année précédente, en juin 1688, c'est en l'honneur du mariage de son beau-frère Louis de Bourbon-Conti, dit le Grand Conti (celui du château d'Issy), avec Marie-Thérèse de Bourbon que La Fontaine écrit Épithalame - L'Hyménée et l'amour :

"Hyménée et l'Amour vont conclure un traité
Qui les doit rendre amis pendant de longues années.
Bourbon, jeune divinité,
Conti, jeune héros, joignent leurs destinées…

Hyménée est vêtu de ses plus beaux atours.
Tout rit autour de lui, tout éclate de joie :
Il descend de l'Olympe environné d'Amours
Dont Conti doit être la proie :
Vénus à Bourbon les envoie……"

Les vers s'enchaînent. Le mariage se déroule le 28 juin à Versailles. Le couple aura sept enfants, dont quatre survivront : deux garçons et deux filles.

Le Grand Conti. © XDR
La Fontaine a une correspondance suivie avec le Grand Conti (ci-dessus). Et lorsque ce dernier tombe en disgrâce après avoir traité, dans une lette interceptée, le roi Louis XIV de "gentilhomme affainéanti auprès d'une vieille maîtresse", le fabuliste prend sa défense en lui dédiant le Milan, le roi et le chasseur.

"Comme les dieux sont bons, ils veulent que les rois
Le soient aussi : c'est l'indulgence
Qui fait le plus beau de leurs droits,
Non les douceurs de la vengeance :
Prince, c'est votre avis. On sait que le courroux
S'éteint en votre coeur sitôt qu'on l'y voit naître…

Un Milan, de son nid antique possesseur,
Etant pris vif par un Chasseur,
D'en faire au Prince un don cet homme se propose.
La rareté du fait donnait prix à la chose.
L'Oiseau, par le Chasseur humblement présenté,
Si ce conte n'est apocryphe,
Va tout droit imprimer sa griffe
Sur le nez de Sa Majesté.
Quoi! sur le nez du Roi ? Du Roi même en personne.
Il n'avait donc alors ni sceptre ni couronne ?
Quand il en aurait eu, ç'aurait été tout un :
Le nez royal fut pris comme un nez du commun.… ”

Pas de doute, Jean de La Fontaine, dans cette fable parue en 1693, se moque ouvertement du Roi-Soleil qui a exilé le Grand Conti à Chantilly. Quelques années plus tard, en 1699, le Grand Conti s'installe à Issy dans le château, dont il reste quelques vestiges au pied du Musée français de la carte à jouer. Mais Jean de La Fontaine ne lui rendra pas visite. Il est mort quatre ans plus tôt !
PCB
Fac similé d'un des très rares autographes de Jean de La Fontaine. © XDR

20 avril 2020

Mozart… en confinement


Issy, 2016 © A. Bétry.

Encore de la musique… mais classique cette fois ci.
Vous connaissez Aurélien, l'accordéoniste de nos Journées du patrimoine. Il sera présent à Issy d'ailleurs, le dimanche 20 septembre ! Comme les années passées… Ici avec Pascale, lors de la Journée consacrée à Roland Garros, en 2016 (ci-contre).

En attendant de le revoir, il a piloté ce concert virtuel avec Wolfgang Amadeus Mozart ;  et avec les 29 artistes-enseignants du Conservatoire classé de l’Agglo du Pays de Dreux. A découvrir sans plus tarder la Voie che sapete, un extrait des Noces de Figaro, opéra bouffe composé entre 1785 et 1786. Un grand bravo à tous… PCB

Deux liens possibles :
https://www.youtube.com/watch?v=QvKku8DSV9E

https://conservatoire.dreux-agglomeration.fr/2020/04/14/les-enseignants-artistes-vous-passent-le-bonjour-a-leur-facon/

17 avril 2020

La devise d'Issy : "évasion assurée"

La devise de la ville d'Issy-les-Moulineaux est, en latin, la suivante : Habeo Semper Alas, ce qui signifie, en français : De tous temps, j'ai des ailes. Vous avez deviné les ailes font référence d'une part aux ailes des avions, de l'autre aux ailes des moulins, à vent et à eau…

Écoutez ces trois chansons et laissez vous aller,
évadez-vous l'espace d'un instant, rêvez…

- Avec Michel Legrand et Nathalie Dessay, Les moulins de mon cœur
www.youtube.com/watch?v=_jQEnXFskqQ

- Avec les enfants, Tourne, tourne petit moulin
www.youtube.com/watch?v=n0INguuO9WM

- En compagnie de Michel Sardou et Céline Dion, Voler
www.youtube.com/watch?v=jpxcV99VBFg

Cela fait du bien de lâcher prise !   PCB

Henry Farman, à Issy, le 13 janvier 1908 à bord de son avion Voisin-Farman. Il vient d'effectuer le premier kilomètre
en circuit fermé. © XDR

13 avril 2020

La Cartomancie, visite virtuelle de l'exposition au Musée d'Issy

En attendant la réouverture du Musée français de la carte à jouer, fermé pour cause de coronavirus, voici une visite virtuelle de cette exposition.

© XDR
La cartomancie, c'est l'art de lire l'avenir dans les cartes de tarot ou de plonger dans l'inconscient de son interlocuteur grâce aux cartes à jouer. Une pratique qui fait fureur à partir de la fin du XVIIIe siècle en France, comme le raconte le commissaire de l'exposition Gwenaël Beuchet,
https://www.youtube.com/watch?v=v8Ls1dKA0Ow

Et en attendant de pouvoir enfin découvrir ces étonnantes cartes, en voici un avant-gout visuel…
https://www.youtube.com/watch?v=KVK1f_TcW3A

Malheureusement ni Mademoiselle Lenormand, confidente intime de l'impératrice Joséphine, ni la gitane Sabrina n'ont pu nous donner une date de réouverture du Musée… les cartes n'ont pas parlé !
PCB

10 avril 2020

Madame de Sévigné et le chocolat

Pas de chasse aux œufs cette année dans les jardins et les parcs d'Issy-les-Moulineaux, mais rien ne vous empêche le dimanche de Pâques, le 12 avril, d'organiser un concours : décorer des œufs durs, les peindre comme on le faisait traditionnellement au Moyen Âge. Et puis ensuite distribuer et savourer de bons chocolats en racontant l'histoire de cette fève de cacao venue du bout du monde.

Cacaoyer. ©XDR


Origine du chocolat
Christophe Colomb, débarquant au Nouveau Monde en 1492, est le premier Européen à découvrir, par la même occasion, le cacaoyer et ses fèves qu'il prit, dit-on, pour des crottes de chèvre. Quelques années plus tard, Hernan Cortès, un autre navigateur, en fait connaître la boisson… parce que à l'époque le chocolat se boit : une boisson amère, poivrée que l'on rend plus agréable en y ajoutant de la vanille et du miel. Au XVIIe siècle, le chocolat devient très appréciée à la Cour de France.


Un remède, excellent… ou pas !
Les médecins, très vite, vont utiliser ce breuvage pour guérir certaines maladies, comme l'indique Nicolas de Blégny, chirurgien du roi, dans son ouvrage de 1662 sur Le bon usage du thé, du café et du chocolat pour la preservation & pour la guérison des maladies. 


Madame de Sévigné. ©XDR
Et Madame de Sévigné, qui apprécie se "promener… à Issy, où les rossignols, l’épine blanche, les lilas, les fontaines et le beau temps nous ont donné tous les plaisirs innocents qu’on peut avoir ; c’est un lieu où je vous ai vue, cela nourrit fort la tendresse. Nous y vîmes une fois un chat qui voulut arracher les deux yeux de madame de La Fayette, et pensa bien en passer son envie, si vous vous en souvenez, » n'est pas en reste.

Elle écrit ainsi à sa fille Mme de Grignan : « Vous ne vous portez pas bien, le chocolat vous remettra ». Même si, peu à peu, elle commence à émettre des doutes sur ce breuvage qu'elle a tant aimé : "J’ai aimé le chocolat, comme vous savez ; il me semble qu’il m’a brûlée, et depuis j’en ai bien entendu dire du mal ; mais vous dépeignez et vous dites si bien les merveilles qu’il fait en vous, que je ne sais plus qu’en penser »…  !

La marque "Marquise de Sévigné"
Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que le chocolat se déguste non plus en boisson mais en tablettes. Dès lors, les chocolatiers vont faire preuve d'imagination et produire des pralines, des bouchées, des gâteaux… mais aussi des œufs, des poules, des cloches pour célébrer Pâques.
Madame de Sévigné était tellement intéressée par le chocolat que c'est tout naturellement qu'en 1898 le couple Rouzeau crée une entreprise et, deux ans plus tard, lui donne le nom de "La Marquise de Sévigné". Une marque encore vendue aujourd'hui !

Publicité pour la marque "Marquise de Sévigné". ©XDR
Alors, joyeuses Pâques ! Attention aux indigestions… PCB

8 avril 2020

La Pastorale d'Issy - 5 ans déjà !

C'était le 9 avril 2015, à l'Auditorium d'Issy-les-Moulineaux. La Pastorale d'Issy ressuscitait. En avril 1659, en effet, ce premier opéra en langue française était donné à Issy, dans la propriété de M. de La Haye, maître d'hôtel de la régente Anne d'Autriche.

Benjamin Attahir. © A. Bétry
Après deux années de préparation, le projet fou de notre association était devenu réalité ! Le livret signé Pierre Perrin était retrouvé, mais la musique de Robert Cambert étant perdu, une nouvelle version - celle que vous allez découvrir ou redécouvrir - est celle de Benjamin Attahir (ci-contre), à la fois compositeur, chef d’orchestre et violoniste. A noter que l'année suivante, Benjamin devient pensionnaire de la célèbre Villa Médicis, à Rome (2016-2017).

Une représentation unique à retrouver en intégralité avec IssyTV -
https://www.youtube.com/watch?v=gTIhF9f9trQ
Un moment d'évasion et d'émotion en ces temps de confinement.  PCB



5 avril 2020

La reine Margot… aux fourneaux

Ce sont les vacances…mais, malheureusement, vous ne pourrez pas partir le "nez en l'air" dans les rues de la ville. En revanche, quelques articles, on l'espère, vous divertiront quand même !

Historim a déjà consacré un certain nombre d'articles à Marguerite de Valois (ci-dessous), cette reine hors du commun qui, rappelons-le, s'installa à Issy, fuyant… l'épidémie parisienne de peste noire de 1606 ! Elle y vécut jusqu'à sa mort en 1615.

Reine Margot. © XDR
On sait beaucoup de choses sur sa vie quotidienne. Elle faisait très attention à sa santé et prenait deux bains par jour, mélangeant du lait d'ânesse à l'eau… accentuant ainsi la blancheur de sa peau à laquelle elle tenait absolument. La baignoire est alors en bois, la baignoire en métal n'apparaissant que vers 1650, uniquement à la Cour ou chez les aristocrates ! Elle se parfume avec un mélange raffiné de jasmin, d'ambre et de musc.

Elle aime bien manger aussi, même si on doute fort qu'elle était aux fourneaux. On peut dire qu'elle a "un bon coup de fourchette"… un instrument qui apparaît sur les tables françaises en 1574, grâce à Henri III. Mais la fourchette aura du mal à s'implanter ! Le couteau et la cuillère complètent la table…  On déguste les mets dans une assiette en porcelaine ; en revanche pas de verre individuel avant le milieu du XVIIIe siècle ! Pas terrible en temps d'épidémie !

Bartolomeo Scappi (1500-1577). ©XDR

Mais que trouve-t-on au menu à cette époque ?
Du foie de volaille, des escalopes de veau, du poulet, parfois du poisson. Et puis aussi du gratin de champignons, un gâteau d'aubergines et des petits pois à la crème. Et bien d'autres mets encore !
Enfin en dessert, des beignets de vent, une crème fraîche en tarte et des poires confites au vin - dont voici la recette, extraite de l'Ouvrage sur l'Art de cuisiner (1570), du célèbre cuisinier italien Bartolomeo Scappi (ci-contre)



Les poires confites au vin

Ingrédients. Il faut 4 belles poires ; 160 g de sucre ; 120 g de beurre ; 1⁄2 verre de vin rouge ; 1⁄2 verre d'eau de rose (si vous en trouvez) ; 1 petit morceau d'écorce de cannelle.

Préparation. - Mélanger le vin, l'eau de rose, le beurre et le sucre. - Ajouter la cannelle et porter à ébullition. - Pendant ce temps, éplucher les poires, enlever le cœur et couper en 4 quartiers. - Plonger les fruits dans le sirop bouillant, baisser le feu au minimum et laisser pocher pendant 15 à 20 minutes jusqu'à ce que les poires deviennent roses et translucides. Et c'est fini ! 

Ouvrage sur l'Art de cuisiner. © XDR
Voici de quoi vous régaler ! Mais attention aux excès. Sachez que notre reine Margot aimait temps la bonne chair que les années passant, elle prit du poids… et pour cacher ses rondeurs, portait une grande robe bouffante, le vertugadin.  PCB