29 septembre 2022

Regard-Dez - les Arches exposent au Musée d'Issy

Regardez, Voir…  les œuvres de ces 23 artistes des Arches exposées jusqu'au 28 octobre 2022 au Musée français de la carte à jouer. 

Un visage au regard profond, tout en clous. © PCB

Vous ne serez pas déçus car "c'est sans doute la part la plus constante de l'art de nous réapprendre à contempler le monde, sur toutes les coutures et dans ses plis les plus dissimulés", nous explique Agathe Anglionin, architecte-curatrice, commissaire de l'exposition.

Alors laissez-vous emporter : par ce cercle aux couleurs changeantes, à admirer de haut… 


Ça bouge, ça change de couleur… où sommes-nous ? © PCB

… par cet empilement qui suggère une sensation de déséquilibre, mais il s'agit juste d'une impression…

Tout en équilibre… © PCB

… ou par ce paysage, à la fois photographie-peinture, dans lequel on plonge avec délice !

Une nature reposante… © PCB

Alors, allez découvrir cette exposition d'art contemporain et, en sortant, vous regarderez le monde qui vous entoure différemment. PCB

PS. Parmi les artistes exposés, Philippe Fabian qui avait ouvert les portes de son atelier à nos Historimiens en janvier 2021. http://www.historim.fr/search?q=Philippe+Fabian

25 septembre 2022

Histoire des rues d'Issy - l'avenue de la Paix

La paix… un concept de calme et tranquillité, d'absence de perturbation, trouble, guerre et conflit qui correspond bien à cette avenue située dans le quartier des Hauts d'Issy.
 
Avenue de la paix, à mi-pente.  Les numéros pairs sont à droite. 

La première partie de l’avenue s’appelait route du Fort d’Issy. Un prolongement vers l’ouest a été tracé au XXe siècle au travers d’une zone de champs sur les lieux-dits Les Marcettes, Le Trou du Cœur et les Longues Raies. L’avenue actuelle, qui porte ce nom depuis 1930, part de la place Bachala Boualem et mène au boulevard du Général-de-Gaulle, 750 mètres plus loin. Un peu avant le croisement avec la rue du Fort, on note l'éclectisme des bâtiments mais aussi l'ombrage d'arbres majestueux (ci-dessus).

Le collège de la Paix, en briques rouges ; aujourd'hui démoli.

Le collège de la Paix, qui portait le même nom que l’avenue, se situait au numéro 66 (ci-dessus). Il, a été transféré dans de nouveaux locaux rue du Fort en face de l’école Justin-Oudin. 

En contournant le Fort d’Issy au nord et à l’est, l'avenue décrit une courbe qui monte doucement jusqu’au carrefour des rues Barbès et Gabriel-Péri avant de redescendre vers la commune voisine de Vanves (ci-dessous). Comme toute avenue digne de ce nom, elle est large et ombragée de part et d’autre de la chaussée.

Avenue de la Paix, carrefour avec la rue Gabriel-Péri (à g.) et la rue Barbès (à dr.).

L’avenue de la Paix se trouve dans une zone résidentielle. Elle bordée de nombreux pavillons de styles très variés sans compter des immeubles d’habitation dont ceux qui se trouvent en zone militaire près du Fort.  Photos et texte de P. Maestracci.


En 1981, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 21 septembre Journée internationale de la Paix. À noter que la colombe - si chère à Picasso - est devenue le symbole de la paix depuis 1949, lorsqu'un des dessins de l'artiste fut choisi pour illustrer l'affiche du Congrès mondial des Partisans de la Paix qui eut lieu à Paris en avril 1949.  

22 septembre 2022

Issy-Hounslow : 40 ans de jumelage

 Ce samedi 24 septembre 2022, pour fêter les quarante ans de jumelage d'Issy-les-Moulineaux et de Hounslow - une ville de la banlieue ouest de Londres, l'Esplanade de l'Hôtel de Ville se met à l'heure anglaise, dès 11h 30 et jusqu'en fin de journée.

Station de métro Mairie d'Issy, ligne 12, sur l'Esplanade de l'Hôtel de ville © PCB

Alors, venez savourer des pâtisseries anglaises, accompagnées d'une petite bière isséenne (avec modération bien sûr), prendre quelques photos, faire un mini-golf… et bien d'autres choses encore comme, par exemple, se promener en taxis britanniques, les Caocao !

Station de métro de la Piccadilly Line à Hounslow.© XDR

Et redécouvrir ce faubourg londonien sur notre site : http://www.historim.fr/2013/04/hounslow-fete-le-saint-patron-des.html
Une belle journée en perspective, isn'it ! PCB

19 septembre 2022

Journées du patrimoine 2022- Molière à l'honneur

Quel beau week-end ensoleillé… axé, une nouvelle fois, sur la découverte de notre Issy patrimonial. 

Samedi 17 septembre

© PCB
Historim a transporté les Isséens, comme l'an passé, au Centre national des Archives de l'Église de France (ci-contre) - CNAEF - avec cette année une nouveauté : une exposition de photos, de lettres de prisonniers et divers autres documents issus de l'aumônerie générale des prisonnier de guerre 1939-45. 

Un des 7 km d'archives classées. © PCB

Rappelons que ce Centre national est installé dans un bâtiment du Séminaire Saint-Sulpice, à Issy, depuis 1998, et compte 7 km d'archives (ci-contre)

Valentin Favre, le responsable des Archives, en pleine explication. © PCB 

Et puis notre Historimienne Pascale, profitant de cette matinée fraîche et ensoleillée, est partie, accompagnée d'un groupe d'Isséens (ci-dessous), dans les rues du Centre ville à la découverte des immeubles Belle Époque. Un parcours plein de surprises !

Pascale en Centre Ville. © PCB

Enfin, l'Espace Icare ouvrait ses portes pour admirer le reportage photo "Naissance du Cœur de ville", le regard de plusieurs photographes - dont notre Historimien Michel (ci-dessous), sur ce nouveau quartier plein de promesses, depuis sa destruction, lorsqu'il abritait le CNET puis Orange, à sa création actuelle.

Michel devant ses photos, à l'Espace Icare.© PCB

Le groupe devant le Séminaire
Saint-Sulpice. © PCB

Dimanche 18 septembre

La journée fut tout aussi réussie, à commencer, dans la matinée, par un parcours totalement inédit : "la statuaire religieuse du Centre ville", animé par notre Historimien Denis (ci-contre). Près de 15 statues à découvrir, même dans des lieux habituellement fermés au public. Magnifique !

Quant à l'après-midi, au Musée français de la carte à jouer, Molière - dont on célèbre cette année les 400 ans de la naissance -  était à la fête (ci-dessous). 

70 personnes environ au Musée. © PCB






Gérard, notre maître de cérémonie, gérait les spectateurs, les acteurs et actrices des troupes de l'Intime et du Lézard bleu, notre Historimienne conférencière Pascale, Aurélien et son accordéon, l'autre Pascale, la chanteuse, et Hervé l'éditeur de "La fabuleuse histoire de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière" (ci-dessus)…


Le Bourgeois gentilhomme revisité par la troupe de l'Intime. © PCB
Les Précieuses ridicules par la troupe du Lézard bleu. © PCB

Gérard, le maître de cérémonie,
et Pascale, la chanteuse. © PCB

Mais pourquoi Molière à Issy ? Bien sûr, pour ceux qui étaient présents, vous l'avez découvert grâce à Pascale (ci-dessous). Pour les autres, je vous le dis. 

Pascale, la conférencière. © PCB

En 1699, l'envoyé du sultan turc Soliman Aga Mustapha Raca et sa suite, composée d'une trentaine de personnes, habitent la grande propriété de la famille de La Haye, à Issy, en espérant être reçus par Louis XIV. Il leur faudra attendre plusieurs mois, au cours desquels Molière, qui habitait Auteuil, prenait le bateau, traversait la Seine et allait leur rendre visite… 

Et ce fut ainsi que le Bourgeois gentilhomme fut créé avec, en introduction, la célèbre Marche de la cérémonie des Turcs de Lully, interprété cet après-midi-là par Aurélien à l'accordéon ! 

Un grand bravo à tous. Mille mercis à tous les participants et au Musée français de la carte à jouer qui nous ouvre ses portes tous les ans pour célébrer ces Journées du patrimoine.  PCB 

Pascale et Aurélien à l'accordéon. © PCB

15 septembre 2022

Jean-Luc Godard à Issy

Jean-Luc Godard en 1968. © XDR
Le 13 septembre 2022, disparaissait Jean-Luc Godard (ci-contre) dans sa quatre-vingt-onzième année. Ce Franco-Suisse, ancien critique de cinéma a été l’un des piliers de la Nouvelle Vague bien qu’il soit arrivé un peu tardivement. Il fut à la fois, réalisateur, scénariste, dialoguiste et, parfois, figurant. Il voulait avoir la main mise sur son film au prix, quelquefois, de bien des déboires. Il était assez engagé politiquement comme on a pu le voir au Festival de Cannes 1968 qui a vu l’annulation de celui-ci.


Godard et Issy se résume en une courte séquence dans Pierrot le Fou http://www.historim.fr/search/label/Issy%20en%20films.
En juillet 1965, il était venu tourner, quai de la Bataille-de-Stalingrad, une scène censée se passer dans une petite ville de province lors du « road movie » de Jean-Paul Belmondo et Anna Karina vers le Sud dans une 404 rouge (ci-dessous).

La 404 rouge, quai de la Bataille-de-Stalingrad, à Issy. ©XDR

C’est un petit café au 287 du quai qui a servi de cadre au tournage, comme on peut s'en rendre compte sur cette feuille de service. Ce petit café, "chez Arabi", n’existe plus ainsi que toutes les constructions qui se trouvaient entre la place de la Résistance et la rue de Vaugirard, limitrophe avec Meudon. Le tramway T3 longe cette voie.


On retrouve, dans cette séquence, Jean-Paul Belmondo qui nous a quittés, il y a un an. Celui-ci est accompagné d’Anna Karina que l’on retrouvera dans plusieurs films de Godard (ci-dessous). Nous pouvons y voir une façon assez étrange et efficace pour se dégager d’une place de stationnement.

Tournage de Pierrot le Fou, à Issy. © XDR

Jean-Luc Godard a marqué le cinéma français car il a été le premier à tourner son film caméra à l’épaule et en lumière naturelle grâce à son chef opérateur Raoul Coutard qui l’a suivi dans de nombreux films. Il se contentait de peu, avec des moyens dérisoires, en pleine rue et dans des décors naturels. Ce qui le caractérisait, ce sont ses dialogues qui pouvaient être écrits au fur et à mesure, suivant son humeur.

Il n’y a pas de demi-mesure, on aime ou on n’aime pas !
Merci M. Godard.         
                                                                      Michel Julien

PS. On peut trouver le DVD de Pierrot le Fou à la Médiathèque du Centre Ville.

11 septembre 2022

Artefacts : exposition des photos de René Barrière à la Manufacture


Cette exposition du photographe René Barrière, que vous connaissez déjà, invite à l'évasion. Les photographies, que vous découvrirez à l'Espace Manufacture, ne sollicitent pas la raison mais l'imagination. Ne vous demandez pas ce que vous voyez, qu'est ce que cette photo-là représente… non,  libérez vous de la réalité et partez à l'aventure dans l'infini de l'abstraction. Vous ne serez pas déçu ! PCB

Vernissage : mardi 13 septembre, 18 h ;
Heures d'ouverture : les mardis de 17 h30 à 19 h30 ; les mercredis de 13 h30 à 19 h30 ; les jeudis  de 17 h à 19 h ; les vendredis de 18 h à 19 h30 ; les samedis de 9 h30 à 17 h30. 

8 septembre 2022

Pompiers à l'honneur : les dix ans du GELD, septembre 2022

© XDR
Cet été 2022 fut redoutable de chaleur, de sécheresse et d'incendies : plus de 250 départs de feu, près de 51 000 hectares de végétations partis en fumée : les pompiers ont été mobilisés des jours et des jours. Un grand merci à eux ! En ce 1er septembre 2022, les pompiers fêtaient les dix ans de la création du GELD (Groupe d'exploration longue durée), basé à Issy-les-Moulineaux. On vous dit tout.


Entrée de la caserne,
boulevard Gallieni à Issy. © PCB
Les pompiers à Issy
Depuis 1969, les pompiers occupent la caserne du n° 75, boulevard Gallieni, à Issy (ci-contre). Quelques années plus tard, en 1976, pour répondre aux nouvelles menaces, est créé le GREP (Groupe de recherche et d'exploration profonde), une des unités les plus en pointe de la BSSP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris). L’on a pu voir, lors de reportages, leurs exercices sur la tour Eiffel et lors d’interventions urbaines. Un de leurs derniers entraînements fut un exercice de sauvetage sur l’ex-tour EDF avant que celle-ci ne fut démolie. 
Rappelons que le premier bataillon militaire de sapeurs-pompiers, l'ancêtre de la BSSP, fut créé par Napoléon Ier le 18 septembre 1811, suite au terrible incendie de l'ambassade d'Autriche à Paris le 10 juillet de cette même année, lors d'un grand bal célébrant le mariage de l'Empereur avec Marie-Louise… qui fit une centaine de morts.

Création du GELD
Le 1er septembre 2012, le GREP est transformé en deux entités distinctes, spécialisées, pour répondre aux nouvelles menaces. Ainsi naît le GRIMP (Groupe d'intervention en milieu périlleux), qui prend ses quartiers au nord de Paris, au fort de la Briche à Saint-Denis, et le GELD qui, lui, reste à Issy, Il est secondé par Ivry pour le Val-de-Marne et le Blanc-Mesnil pour la Seine-Saint-Denis. 
Le GRIMP est une unité qui s’occupe essentiellement des sauvetages en hauteur quant au GELD, lui, sa mission est d’intervenir en milieux difficiles (tunnels, parcs souterrains, métros et RER, etc.) et sauvetage des sauveteurs. Il est reconnaissable à sa tenue spécifique couleur beige sable.

Le robot Colossus du GELD, boulevard Gallieni, à Issy. © BSSP

L'incendie de Notre-Dame de Paris 

Un événement dramatique, mondialement médiatisé, allait mettre en « lumière » le GELD avec leur compagnon mécanique et électronique, digne d’un film de science-fiction. 
Le 15 septembre 2019, vers 21 heures, la caserne d’Issy est appelée en renfort sur l’incendie de Notre-Dame. Elle n’intervient pas en renfort humain mais avec son petit robot nommé Colossus (ci-dessus) en charge de rentrer dans la nef et de combattre les flammes au moyen de sa lance qui peut propulser 2 500 litres d’eau par minute. Celui-ci est dirigé par le chef d’agrès à l’aide d’un joystick. Malheureusement, on s’aperçoit qu’il ne pourra pas vaincre celles-ci car son jet n’atteint pas la voûte, trop haute, au grand désespoir des hommes qui comptaient sur lui. 
Aujourd'hui, la cathédrale est en pleine reconstruction et les travaux devraient être terminés pour les Jeux olympiques qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Et les pompiers, une fois encore, seront à n'en pas douter prêts à toute éventualité ! 
Colossus, toujours lui, a été appelé le 2 septembre 2022 dans le parking souterrain en feu d'un immeuble d'Argenteuil. Avec succès ! Michel Julien


PS. Si aujourd'hui, le GELD est équipé d'un robot super-connecté, savez-vous que c'est en 1699 que la première pompe à bras est inventée. Le roi Louis XIV fait en sorte que chaque quartier de Paris ait sa propre pompe, disposant d'une lance pivotante qui projette l'eau sur les flammes. Pour en savoir plus sur l'Histoire des pompiers, découvrez le petit livre publié par la maison d'édition Quelle Histoire (pour les 6-11 ans).  PCB

7 septembre 2022

Les médecins à l'honneur à Issy-les-Moulineaux

Cette année, pour le 400e anniversaire de la naissance de Molière, Historim organise une Journée du patrimoine exceptionnelle, le dimanche 18 septembre, au Musée français de la carte à jouer, de 14 h à 18 h. Molière, ce sont les Précieuses ridicules et le Bourgeois gentilhomme que vous découvrirez cet après-midi là, mais ce sont aussi le Médecin malgré lui et le Malade imaginaire, sa dernière œuvre.

Des médecins… Issy-les-Moulineaux en garde le souvenir d'un certain nombre que notre Historimien Denis, médecin, va évoquer ici. 

Nicolas Stenon. 
Né en 1638, Nicolas Stenon est un anatomiste et géologue danois. D’éducation luthérienne, il devient catholique en 1667. Mort en 1684, il fut déclaré, 
des siècles plus tard, « bienheureux » par le pape Jean-Paul II… le 23 octobre 1988 !

Nicolas Stenon. © XDR
En tant qu’anatomiste, il est célèbre d’une part pour ses travaux sur le cerveau et le système nerveux avec, en particulier, son discours sur l’anatomie du cerveau, prononcé en 1665 dans une propriété d’Issy (aujourd’hui Maison de retraite suisse). D’autre part, pour la mise en évidence du canal parotidien, dit de Stenon, menant la salive de la glande parotide à la cavité buccale.

Plaque de rue © PCB
En tant que géologue, Nicolas Stenon décrivit les diverses couches de terrain du Bassin parisien, à Issy, jetant les bases de la stratigraphie.
Il se posa de nombreuses questions quant à l’opposition entre les explications religieuses des phénomènes naturels et les découvertes scientifiques.
Nicolas Stenon habita Issy-les-Moulineaux, c’est pourquoi un passage porte son nom dans le quartier Centre Ville/Corentin Celton/Les Varennes.
 
Le docteur Lombard.
Il vécut de 1795 à 1879. Il fut médecin généraliste de la ville d’Issy et il est surtout reconnu pour son action en faveur des pauvres. Une rue porte son nom.
 
Les docteurs Tariel, père et fils.
Paul Tariel fut à la fin du XIXe siècle un des rares médecins généralistes de la ville. A partir de novembre 1894, il assura avec son confrère le docteur Dercheu des consultations quotidiennes dans un local de la mairie. Il était réputé par sa grande générosité ; il aidait des familles pauvres en réduisant ses honoraires et, parfois même, en leur laissant de quoi acheter les remèdes prescrits. 

La maison d'Henri Tariel. © PCB
Sa grande maison existe toujours rue Hoche (ci-contre).

Son fils Henri, également médecin, contracta une maladie mortelle dans l’exercice de ses fonctions hospitalières. Une rue d’Issy (ci-dessus) perpétue sa mémoire dans le quartier parc Henri Barbusse.
D’autres médecins généralistes exercèrent à Issy tels que le Dr Boury dans les années 1890 et, surtout, le Dr Rimette qui exerça de 1919 à 1961, auquel succéda en 1962 son petit-fils le Dr P. qui mènera sa carrière à Issy jusqu’en 1997.
 
Corentin Celton.
Il est né le 18 juillet 1901 à Ploaré (Finistère). D’abord marin pêcheur, il est embauché à 23 ans, en 1924, par l’Assistance publique de Paris comme garçon de salle à l’hôpital Saint-Antoine. Il gravit les différents échelons et obtient son diplôme professionnel de soignant en 1926. Parallèlement, il adhère en 1925 à la section française de l’Internationale communiste.

Corentin Celton (1901-1943). © XDR
En novembre 1934, il est affecté à l’hospice des Petits-Ménages à Issy. Syndicaliste acharné de la CGT de 1935 à 1939.
En 1939, il est mobilisé comme infirmier dans la 7e Armée. Il obtiendra la Croix de guerre en 1940. Démobilisé an août 1940 et licencié par l’Assistance publique en tant que communiste, il entre clandestinement dans la Résistance. 
Arrêté en 1942, il est incarcéré à la prison de la Santé, puis à Clairvaux et, enfin, à Fresnes. Condamné à mort, il est fusillé au Mont-Valérien le 27 décembre 1943.
L’Hospice des Petits-Ménages portera son nom en février 1945… et fera l'objet d'un nouvel article consacré, cette fois-ci, aux établissements médicaux d'Issy-les-Moulineaux.  Denis Hussenot

4 septembre 2022

Historim au Forum des Associations

Nous revoilà au premier grand rendez-vous de la rentrée 2022 : le Forum des Associations, qui se tiendra, comme tous les ans, au Palais des Sports Robert Charpentier, 4-6, bd des Frères-Voisins. 

Pascale, Catherine, Béatrice, Jacqueline, Odile, Jean-Michel, Patrick, Denis… et Patricia seront là les vendredi 9 septembre (de 13 h à 20 h) et samedi 10 septembre (de 10 h à 18 h) pour répondre à toutes vos questions et vous faire part de nos projets. Vous pourrez renouveler votre adhésion ou vous inscrire pour la toute première fois. Attention, après décision prise à l'unanimité de l'Assemblée générale du 7 mai, l'adhésion est passée à 20 euros, la première augmentation depuis la date de création d'Historim en juin 2010 !

Bonne rentrée à vous… on a hâte de vous retrouver ! PCB

Forum des Associations, Issy, 9 et 10 septembre 2022. © XDR


28 août 2022

Issy - les chantiers de l'été

C'est bientôt la rentrée, avec les rendez-vous habituels que sont le Forum des Associations (9-10 septembre) et les Journées du Patrimoine (17-18 septembre). Mais, pendant que vous étiez en vacances, que vous lisiez, éventuellement, l'abécédaire sur le site d'Historim, Issy a continué de se transformer. 

L'aire des autobus, août 2022. © A. Bétry. 

Malgré les canicules successives, les ouvriers ont travaillé dur pour aménager l'aire des autobus près de la Mairie (ci-dessus)… et terminer le grand chantier du Cœur de ville (ci-dessous), un écoquartier végétalisé avec habitations, logements sociaux, commerces, école, crèche, commerces et cinéma… dont les immeubles modernes se heurtent aux anciennes boutiques de quartier, comme cette petite cordonnerie/clef de la mairie, avenue de la République.

Lorsque deux quartiers se rencontrent. Issy, août 2022. © A.Bétry



Concernant le Cœur de Ville, vous pourrez découvrir à l'Espace Icare (31, bd Gambetta) à partir du 6 septembre et jusqu'au 24 septembre, une exposition de photos intitulée "Naissance du Cœur de Ville" (ci-contre).

Ce reportage est signé par le collectif 127 Bis, par Sophie Lanoë et Marie-Françoise Serra… mais aussi par notre Historimien Michel, qui représente notre Association (ci-dessous). Cet ancien typographe-correcteur, photographe, a adopté pour ce travail au Cœur de Ville, une approche patrimoniale, photographiant tous les stades de ce vaste chantier : de la démolition à la construction.

Un grand bravo à tous ! PCB

 Le Cœur de Ville, mai 2021. Un chantier hors norme. © M. Julien


21 août 2022

Abécédaire - C, comme carte à jouer

C, comme carte à jouer


Jeu de cartes. © XDR

Nom féminin ; vient du latin charta (papier, écrit, livre) ; 
carte à jouer : petit carton marqué d'une figure et d'une couleur

Musée français de la carte à jouer
Issy-les-Moulineaux. © PCB

Issy-les-Moulineaux est connue pour son Musée français de la carte à jouer (ci-contre), l’un des sept au monde (Japon, Belgique, deux en Allemagne, Espagne, États-Unis) et le seul en France. Cet édifice, imaginé par l’architecte Philippe Jean, mitoyen du château des Conti devenu la Galerie d’histoire de la ville, est inauguré en décembre 1997. 

Le Chariot. © PCB

Le Musée qui reçut, en 1999, le prix du Musée européen, rassemble plus de 7 000 jeux (de cartes, de tarot, etc.) dont les plus anciens datent du XVe siècle, une collection initiée en 1930 par une donation d'un particulier au profit de la Ville.

Parmi les chefs-d'œuvre de cette collection, la carte du Chariot (ci-contre), de la seconde moitié du XVe siècle : peinture à fond estampé d'or sur papier en plusieurs couches… 

Aujourd'hui, un jeu de cartes à jouer est composé de 52 cartes… Mais pourquoi ?  pour les 52 semaines de l’année ? Pourquoi 4 couleurs (on dit des enseignes) : pique, trèfle, carreau, cœur ? pour les 4 saisons ? Et pourquoi ces figures : roi, dame, valet ? 

Que de mystères autour de ces cartes avec lesquelles on joue à la crapette, à la belote, au bridge, à la bataille, au poker… et même, parfois, au solitaire ! PCB


Adresse du Musée, 16 rue Auguste-Gervais, Issy-les-Moulineaux. Et, pour une visite virtuelle, rendez-vous sur le site : https://www.museecarteajouer.com/le-musee/

C'est ainsi que se termine notre série estivale, en espérant que cet abécédaire vous aura permis de découvrir Issy-les-Moulineaux sous un nouveau jour.

14 août 2022

Abécédaire - B, comme Ballets russes

B, comme Ballets russes

Costumes dessinés par Derain pour les Ballets russes de Diaghilev © PCB.

Nom masculin, pluriel, désignant une compagnie de ballet et d'opéra.

Comment les Ballets russes, cette célèbre compagnie d'opéra et de ballet, créée par le Russe Serge de Diaghilev en 1907, sont-ils liés à Issy-les-Moulineaux ? On va tout vous raconter.

Un roi. © PCB
Le Musée français de la carte à jouer, rue Auguste Gervais à Issy-les-Moulineaux, possède quatre costumes, dessinés par André Derain pour la Boutique fantasque, un ballet conçu par Léonide Massine, et joué par les Ballets russes, en 1919. L'histoire se passe chez un fabricant d'automates qui présente au public ses dernières nouveautés.

Une reine. © PCB

André Derain (1880-1954) est l'un des fondateurs du fauvisme aux côtés d'Henri Matisse - qui habita longtemps dans notre ville. Passionné de cartes à jouer, il va s'inspirer de cartes des XVIIIe et XIXe siècles pour dessiner les tenues de ces rois et reines (ci-contre et ci-dessus) qui participent à ce célèbre ballet, des costumes originaux, totalement restaurés, que l'on peut toujours admirer dans les vitrines du Musée isséen. PCB