26 juin 2017

Visite entre Seine et Héliport

Ce samedi 24 juin 2017, notre fidèle Historimienne Pascale nous avait donné rendez-vous pour une visite privée entre la place La Fayette et la place Maréchal de Rochambeau.


"Issy, c'est ici" ; "Ici, c'est Issy"… Panneaux lumineux sous le pont du RER.
Ce quartier a connu une métamorphose spectaculaire pas encore achevée. La promenade permet de comprendre la transformation radicale de cette zone industrielle polluante aux XIXe et XXe siècles en quartier de bureaux et d’immeubles depuis les années 1980. Les transports eux-mêmes ont évolué depuis la première ligne ferroviaire électrifiée en 1900. Ironie de l’Histoire : le ballet d’hélicoptères au-dessus de nos têtes est incessant en raison du Salon aéronautique du Bourget ! L’Héliport de Paris se trouve d’ailleurs sur un ancien terrain isséen récupéré par l’Armée selon une loi de 1890.

Carrefour des rues Desmoulins et Rouget de Lisle. L'hôtel,
de couleur cuivre, est encadré par des immeubles résidentiels.
À droite, la place La Fayette.
Le nom des rues et des places relève très largement de deux registres. Les références les plus nombreuses sont celles concernant l’aviation qu’il s’agisse des aviateurs ou des constructeurs, certains étant les deux ! Le second thème oppose la guerre à la paix. Premier exemple : La Fayette se bat au côté des Insurgents américains tandis que le maréchal de Rochambeau commande l’armée royale et conseille Washington. Pour le XXe siècle, Gallieni et Roosevelt symbolisent les deux Guerres mondiales.

La visite qui commence place La Fayette permet d’appréhender les transformations radicales de la ZAC du Pont d’Issy. Sur le quai, il y avait de nombreuses usines comme la Fabrique de Produits de Chimie Organique De Laire ou celle de l’Eau de Javelle [sic] en 1886 dirigée par M. Foucher Lepelletier. De nos jours, elles sont remplacées par l’usine végétalisée Isséane ou le bâtiment EOS à la limite de la capitale. 

Rue Rouget de Lisle. A gauche, derrière l'immeuble, se profilent
les bâtiments de la Blanchisserie de Grenelle. Carte postale ancienne.
Rue Rouget de Lisle, les usines Mazda et la Blanchisserie de Grenelle ont disparu au profit d’immeubles et de bureaux comme l’ensemble Amiral abritant des sociétés de services et de médias telles RFI, Eurosport etc. Deux squares retirés évoquent la mémoire de Blériot et de Santos-Dumont. Non loin, les Arcades (Atelier de Recherche, de Création artistique et d’Enseignement Supérieur ) sont boulevard Gallieni.

La rue Desmoulins est bordée par des bureaux d’entreprises connues, ne serait-ce que Safran ou le siège français de Cisco dont le logo sinusoïdal évoque le courant électrique monophasé.

Rue Desmoulins  et ses bureaux. Au loin, la tour Sequana
et le logo d'Accor Hotels, depuis 2016.

L’École Française du Barreau dessinée par Jean-Michel Wilmotte est inaugurée en 2013. Son adresse est judicieusement rue Berryer, du nom d’un avocat réputé du XIXème siècle.

Tout près, un autre architecte renommé, Christian de Portzamparc, est l’auteur du splendide immeuble vitré Galeo à l’angle du boulevard Gallieni et la rue Bara. Deux autres ensembles se trouvent à la limite de Paris : EOS qui abrite le siège européen de Microsoft entre le quai du Président Roosevelt et la place du Maréchal de Rochambeau et la tour Sequana rue Farman.
La visite qui a duré deux heures environ s’achève dans cette zone isséenne la plus septentrionale.

Un grand merci aux Historimiens présents qui ont déambulé vaillamment dans ce quartier qui mérite d’être découvert. Merci à ceux qui ont complété le commentaire de leur savoir et de leurs souvenirs : Odile et Odile, Monique, Anne-Marie, Didier et Michel pour n’en citer que quelques uns. P. Maestracci (texte et photographies)

24 juin 2017

1342 - Vaugirard fait sécession

Il y a 675 ans, Issy perdit une grande partie de son territoire, ce qui correspond à l’actuel 15e arrondissement de Paris.

La plaine de Vaugirard, traversée par une antique voie romaine comme Issy, s’est d’abord appelée
Valboistron ou Vauboitron du latin vallis bostroniae, soit la « vallée aux étables ». Les terres depuis l'an 558 relèvent du fief d’Issy, lui-même sous domination de l’abbaye de Saint-Germain des Prés, qui fut aussi la nécropole mérovingienne.

En 1256, l’abbé Gérard ou Girard de Moret (mort en 1278) fait construire une maison de convalescence pour ses moines. Elle se trouvait entre les rues de Vaugirard, Dombasle et Olivier de Serres. Ce fut le siège de la seigneurie ecclésiastique de Vaugirard ou Val de Girard/Gérard en hommage à l’abbé du XIIIe siècle. En 1336, Jean de Précy fait entourer le clos de Vaugirard d’un haut mur d’enceinte et y incorpore un moulin.

En 1341, un seigneur laïque, le parlementaire Simon de Bucy mort en 1356, avait offert aux villageois une église dédiée à Saint-Lambert. Le village comptait environ 300 âmes. Auparavant, les paroissiens devaient parcourir un peu plus de deux kilomètres pour aller à l’église Saint-Étienne sur la hauteur d’Issy en empruntant les rues de Vaugirad et Renan, avant de grimper le long de la rue Minard. En 1342, la paroisse de Vaugirard ne dépend plus d’Issy.

Carte postale ancienne.

Alain Chartier, (1385-1435), dont une rue du quartier porte le nom, est un poète pas très connu (poème ci-dessous). Descendant de Simon de Bucy, il  fut le secrétaire du roi Charles VII. 

Riche d'espoir et povre d'autre bien

Riche d'espoir et povre d'autre bien, 
Comblé de dueil et vuidé de liesse, 
Je vous supply, ma loyalle maistresse, 
Ne me tollez ce que je tiens pour mien.

Si je le pers, je n'auray jamais bien :
C'est l'espargne de toute ma richesse, 
Riche d'espoir et povre d'autre bien.

Souffrir pour vous, hélas, je le vueil bien 
Je n'ay rien mieulx que le mal qui me blesse ; 
J'ayme trop mieulx l'endurer qu'il me laisse, 
Mais que Pitié me retiengne pour sien, 
Riche d'espoir et povre d'autre bien.


Il est à noter que la plaine de Grenelle qui dépendait de Vaugirard n’était pas encore habitée ; il y avait des champs et des pâtures pour les bovins. Le cahier de doléances d’Issy en 1789 y fait d’ailleurs référence pour s’en plaindre.
La maison de convalescence de Vaugirard fut démolie en 1704 et l’actuelle rue de la Convention passe à son emplacement.
Il faut compléter cette histoire de perte de territoire isséen au profit du 15e arrondissement avec celle du Champ de manœuvre en 1925 ! C’est l’actuel Héliport de Paris. P. Maestracci

Carte postale ancienne.

18 juin 2017

La Picardie, combats et mémoire


Grâce à la volonté de résistants et déportés de la Deuxième Guerre mondiale, un musée a été créé en 1986 sur la communauté de communes de Chauny-Tergnier, dans le département de l’Aisne. Un endroit qui mérite un détour certain par la richesse des pièces et documents présentés au public. Sous vitrines ou même en extérieur sous abri, par la diversité des collections, la surprise fut de taille.
Musée de Chauny-Tergnier. © A. Bétry
C’est le thème du voyage choisi par Michel Rossignol et Roger Fleury, tous deux acteurs de la vie associative d'Issy-les-Moulineaux. Proposé à divers membres, un autocar fut mis à leur disposition par la commune le 15 juin dernier.

Un autre moment a été proposé par un long arrêt au pied d’un monument du talentueux sculpteur Paul Landowski. Mort à Boulogne–Billancourt le 31 mars 1961 à 85 ans, il est l’auteur d’un grand nombre d’œuvres dont les plus connues, sont le Christ rédempteur de Rio au Brésil, le tombeau du Maréchal Foch aux Invalides, et bien d’autres.

Genève, le Monument de la Réformation de Paul Landowski. © A. Bétry
Celui qui nous concerne, les Fantômes se situant en Picardie sur la Butte de Chalmont, à la mémoire des disparus de la Première Guerre mondiale et de la deuxième victoire de la Marne de 1918, est particulièrement impressionnant. A. Bétry

Les Isséens à la Butte de Chalmont, le 15 juin 2017. ©A. Bétry




13 juin 2017

Suzanne, une petite Isséenne des années 1950

La « rue » de Suzanne correspond en réalité au tout début du boulevard Rodin compris entre la place Kennedy ( ex-place de la Source ) et son intersection avec la rue de la Défense. Ses souvenirs évoquent une vie de « village » dont elle a gardé des souvenirs aussi précis qu’émouvants.

Le père Haïg, la mère Zepur,
 les frèresBernard et André.
Origines familiales

Les parents de Suzanne des deux côtés sont arméniens. La famille paternelle vient de la province de Sebastia [Sivas en Turquie] . C’est une dynastie de commerçants. Le grand-père a été décapité par les Turcs et la famille fuit et se réfugie en France. Haïg, le père de Suzanne, est bottier et travaille d’abord dans une boutique rue Blomet dans le 15e arrondissement à Paris. Il occupe un petit appartement au-dessus de la boutique « avec son épouse, ses deux fils et sa belle-mère ». Mais pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier de guerre et torturé. En raison de graves problèmes cardiaques au stalag IV B en Allemagne, il est rapatrié mais sa santé est définitivement ruinée. Il s’installe en 1948 avec sa famille au 6 bis boulevard Rodin.

La famille maternelle de la petite Suzanne est aussi arménienne mais de la province de Bardizag. C’est une famille d’intellectuels. Le grand-père était l’instituteur du village mais aussi le secrétaire du gouverneur turc. C’est lui qui reçut le télégramme en 1915 ordonnant la déportation des Arméniens. Avant d’informer le gouverneur analphabète, il prévint ceux qui pouvaient s’enfuir tandis que lui-même et les siens furent déplacés à Konya, au sud d’Ankara.
Zepur, la mère de Suzanne arriva ainsi en France à l’âge de quatre ans avec ses parents et ses sœurs pour rejoindre le frère aîné qui était venu grâce à un contrat de travail. Elle fut la seule de sa fratrie à être vraiment scolarisée à l’école Jules Ferry et entra ensuite dans un centre d’apprentissage pour y apprendre la couture.


Vie isséenne

Les parents de Suzanne se rencontrent à l’association de la Croix-Bleue et se marient.

L'ancienne maison familiale du 6bis Bld Rodin. Elle a été transformée
avec l'ajout d'un étage mansardé et la transformation de la boutique
du rez-de-chaussée en appartement.
La famille s’installe dans la maison du 6 bis boulevard Rodin (ci-dessus) où un café occupait le rez-de-chaussée. Haïg « transforme le café en cordonnerie où il travaille jusqu’au début des années cinquante puis cesse ses activités professionnelles ». Zepur, sa femme, est couturière à domicile. Elle fait ses patrons en toile dans de vieux draps ; ses clientes aisées se font faire des vêtements inspirés de la haute couture. Ensuite lorsque la santé de son mari se détériore, elle travaille toujours à domicile mais pour un atelier du Sentier à Paris. Suzanne se remémore les nombreux chemisiers en nylon à fleurs payés à l’unité. 

Suzanne, son oncle et sa tante, dans leur maison,
 27 Bld GaribaldI. Elle venait y regarder la télévision.
Le père de Suzanne cuisinait le lundi pour la famille y compris « la tata et le tonton cordonnier » (ci-dessus) qui ne travaillait pas ce jour-là. Ses recettes fétiches sont au nombre de deux. La bomba (ichli keufté), boule de boulgour mouillée creusée pour y déposer une farce de viande (bœuf ou mouton haché ) et d’oignons. La boule était ébouillantée. Le beureg est un chausson de pâte à pain acheté chez le boulanger, fourré à la viande avant d’être frit.


Le « village » du boulevard Rodin

Le boulevard Rodin dans les années 1950 était pavé et bordé de platanes. De nombreuses familles qui y habitaient avaient une vie de « village » dans cette « rue » ! L’entraide était normale : les voisins profitaient d’un plat quand la famille en avait trop préparé, le boulanger mettait son four à disposition le dimanche pour le poulet rôti familial. 

Certains dimanches d’été, l’épicier Baptiste emmenait les familles dans son camion à Gif-sur-Yvette (Essonne) pour un pique-nique en plein air (photo ci-contre). Les personnes âgées s’installaient dans la rue et grignotaient des pépins de courge ou de tournesol tout en se racontant des histoires. Certaines grands-mères ne parlaient que le turc car parler arménien leur avait été interdit autrefois par les autorités ottomanes. La source qui donnait son nom à la place se situait au débouché de la rue Tariel. Les habitants du quartier venaient y faire rafraîchir les pastèques et les bouteilles de vin s’ils n’avaient pas de glacière. De nos jours, la source est canalisée sous des immeubles résidentiels. 

De part et d’autre du boulevard, des boutiques permettaient un ravitaillement quotidien. À l’angle du boulevard et de la place de la Source (J. F. Kennedy de nos jours), une épicerie faisait également office de bistrot et vendait des romans-photos achetés par les filles du coin. Dans le prolongement de ce trottoir aux numéros pairs, on trouvait un tailleur arménien, des maisons dont celle de Suzanne avec un jardin derrière, une épicerie arménienne, un garagiste une boucherie, un café puis un marchand de couleurs avant l’intersection de l’allée des Carrières. Le boucher, M. Malépart offrait une tranche de saucisson à l’ail à chaque enfant venant faire des achats. 

La petite Suzanne dans "le bois", remplacé aujourd'hui
par l'École Anatole France.
En face, où se trouve de nos jours l’école Anatole France, il y avait un terrain boisé surnommé « la colline » ou « le bois » (ci-dessus), une sorte de « terrain de jeu privé » où les mères et les tantes y faisaient les finitions de leurs ouvrages de couture tout en surveillant les enfants. Les garçons jouaient au ballon sur la plate-forme supérieure de cet espace laissé à l’état sauvage. Il y avait un accès discret à travers la grille pour accéder au parc Henri Barbusse.

Au-delà de cet espace en friche, du côté des numéros impairs, on trouvait un charbonnier puis une boulangerie, une mercerie où les enfants achetaient des tabliers lors de la Fête des mères. Les maisons étaient « suspendues »en raison de la déclivité du lieu (photo ci-dessous). La boucherie arménienne Manissian se situait à l’angle du boulevard et de la rue de la Défense.

Aux n°25 et 27, les maisons sont suspendues : les garages à l'étage inférieur,
les habitations au niveau supérieur, lui-même en contrebas de la rue de la Défense.

À l'école

Les filles allaient à l’école primaire Anatole France rue Tariel. L’école a été déplacée à l’emplacement de « la colline ». Les filles allaient ensuite au collège Voltaire (immeuble Savary actuel, 4 rue du Général Leclerc).

Suzanne raconte une attaque que « les filles allaient voir ». En effet, les bus à plate-forme arrière de la ligne 190 furent déviés par la rue de la Défense lorsque la partie supérieure du boulevard Rodin fut goudronnée. Des garçons munis de sarbacanes lançaient des fléchettes à l’arrière des bus pour « attaquer comme si c’était une diligence ».
Un personnage pittoresque était surnommé « la sorcière » par les enfants. C’était une dame âgée au nez crochu, aux joues creuses. Elle portait un foulard et plusieurs jupes les unes sur les autres. C’était la vendeuse de cacahouètes ou de graines de courge qu’elle faisait sécher au soleil sur une couverture sur le trottoir ».

La fête de l’Été était célébrée au parc Barbusse avec une fête foraine. On aménageait une salle de spectacle en plein air où Claude Nougaro se produisit à ses débuts.


Le cinéma

Haïg aimait aller avec sa femme et sa fille au cinéma, soit au Casino, 3 avenue Cresson, soit à l’Alambra, 4 avenue Jean Jaurès. Deux films par semaine étaient programmés dans chaque salle. Suzanne y allait le jeudi car le billet ne coûtait qu’1 franc ; en effet, la séance était réservée aux jeunes (enfants et adolescents). Quelques parents les accompagnaient dont le père de Suzanne.

Les garçons se plaçaient d’un côté de la salle et les filles de l’autre. Les jours suivants, Suzanne racontait avec force détails le film, péplum ou western, à ses deux amies Alice et Rosette. Le trio, bras dessus, bras dessous se promenait « en montant et en descendant la rue ».


Angle du Bld Rodin et de la rue de la Défense. A gauche du restaurant-traiteur,
se trouvait la boucherie Manissian, dans les années 1950

Je tiens à remercier très chaleureusement Suzanne qui a raconté avec sa verve habituelle ses souvenirs d’enfance ainsi que Monique, à l’initiative de ce précieux témoignage. Un grand merci à Bernard, frère aîné de Suzanne pour nous avoir confié les photos familiales.
Merci aussi à Sophie, rencontrée par hasard boulevard Rodin, et qui a confirmé que l’esprit de village perdure en 2017 ! T
exte et photos P. Maestracci ; et photographies familiales. 


7 juin 2017

Normandie-Niémen à Issy-les-Moulineaux

2017 marque le 75e anniversaire de la création du GC III (groupe de chasse Normandie), devenu Normandie-Niémen. En effet, il fut créé en 1942, à Londres par le général de Gaulle, pour venir en aide aux Soviétiques. Le 12 février 2017 le dernier pilote survivant du célèbre groupe de chasse  : Gaël Taburet, né à Messac en Ile-et-Vilaine, est décédé.


Insigne du régiment, 1944.
La flèche blanche indique
que le régiment appartenait
à la 303e division aérienne
de l'Armée rouge.
Rappel des faits
Le 17 juin 1940, un accord d’armistice est proposé à l’ocupant par le maréchal Pétain. Le lendemain le 18 juin, depuis Londres, le général de Gaulle lance l’Appel qui demeura historique. Tout Français, renonçant au pacte avec les nazis est invité à rejoindre Londres pour créer ce qui deviendra la Résistance.
L’histoire du Groupe Normandie Niemen démarre dès 1941 à Londres où les FAFL (Forces aériennes françaises libres) proposent à la Russie leur aide pour combattre l’ennemi sur le front de l’Est.
Des volontaires, pilotes et mécaniciens, rejoignent Rayak au Liban en 1942. Le transfert s’effectue par la route et avec le soutien de la Russie par avion. En janvier 1943 le premier avion Yak-1 est confié aux pilotes du GC 3 à Ivanovo. Les missions se succèdent. Le 17 juillet, une grande figure du GC 3, le commandant Tuslane est porté disparu en combat aérien. Après 50 victoires homologuées, le groupe est fait Compagnon de la Libération. Devenu régiment « Normandie » le 7 février 1944, un record de 29 avions abattus dans la même journée, est établi le 16 octobre. Le général de Gaulle décore le fanion et les pilotes à l’ambassade de France à Moscou le 9 décembre.

Célébrée le 9 mai en Prusse-Orientale, 1945 marque la victoire. Le 1er juin, le maréchal Staline offre à la France les 40 Yak-3 du régiment. Après des escales à Elbing, Prague, Stuttgart et Saint-Dizier, le 20 juin 1945, le régiment avec 273 victoires homologuées se pose au Bourget (ci-dessous).


Ce régiment est le plus titré de France. Ses 96 pilotes volontaires, dont 42 ne sont pas rentrés, ont inscrit une page glorieuse de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale. Deux d’entre-eux sont enterrés au cimetière d’Issy-les-Moulineaux : Yves Mahé et Albert Mirlesse.


Yves Mahé
Refusant les accords d’armistice avec l’envahisseur, le jeune Yves Mahé (ci-dessous) décide de rejoindre les FFL du général de Gaulle à Londres où il retrouve son frère aîné, lui aussi dans l’aviation. En tant qu'aspirant, Yves Mahé, rejoint Rayack au Liban le 15 août 1942. Il est parmi les 14 premiers engagés au "Normandie".


La Russie accueille ses alliés le 29 novembre et rapidement débutent les missions de chasse contre les Nazis. Contraint de se poser le 7 mai 1943 en zone ennemie, il est fait prisonnier, s’échappe le 28 mai mais repris le 10 juin, et malgré quatre autres tentatives il est interné en Pologne dans un immense camp où sont parqués de nombreux condamnés à mort. Il réussit cependant à survivre clandestinement jusqu’au 25 avril 1945, date de la libération par les Soviétiques.
Sur les quatre frères Mahé, l’un est mort en déportation, les trois autres retrouvent leur mère veuve depuis 1937 et leur passion pour l’aviation dans laquelle ils s’engagent à vie, les conduira à leur perte. Sur un vol d’entraînement,  Yves s’écrase le 29 mars 1962 dans les Ardennes.
Le lieutenant-colonel Yves Mahé est titulaire d’un nombre impressionnant de décorations françaises et étrangères. Il est Compagnon de la Libération.

Albert Mirlesse
Albert Mirlesse est natif de Suresnes. En 1936, il est conseiller des services techniques de l’Aérotechnique au CNRS. En juin 1940, il rejoint les Forces Aériennes de la France Libre en Angleterre. Il devient la cheville ouvrière de toutes les négociations et à la formation du GC 3 Normandie (Groupe de Chasse n°3).

Albert Mirlesse, (2e en partant de la gauche) et le général Zakharov
(1er en partant de la gauche), à Khationki (URSS), juillet 1943.
De 1942 à 1944, Albert Mirlesse est adjoint au chef de la Mission militaire française à Moscou.
Après l’armistice de 1945, le lieutenant-colonel Albert Mirlesse occupe de nombreuses responsabilités auprès d’organismes internationaux comme l’ONU, l’UNESCO, et bien d’autres. Il décède à Genève en 1999. 
A.B



1 juin 2017

Rue Michelet, Issy - Lycée Michelet, Vanves

Cette rue Michelet longue de 200 mètres environ, située dans le Quartier Centre-Ville/Corentin Celton/Les Varennes, relie par une légère montée la rue Renan à Vanves. 


Monument funéraire de
Jules Michelet, Père-La Chaise, Paris.

Elle rend hommage au grand historien du XIXe siècle, Jules Michelet (1798-1874), enterré au cimetière du Père-Lachaise, dans un monument funéraire offert par une souscription nationale (photo ci-contre). La rue Michelet est prolongée à Vanves par la rue Jullien, du nom du premier proviseur de 1864 à 1870.



Portail désaffecté du lycée Michelet.
Quelque temps plus tard, le lycée dont le domaine jouxte en partie cette rue, nommé Lycée du Prince impérial, créé par la volonté de Napoléon III, puis Lycée de Vanves en 1870 à la chute du Second Empire, prend le nom de lycée Michelet avec l'accord de la veuve de Jules, en 1888. En effet, Jules Michelet fut un des grands opposants au régime instauré par Napoléon III. Ce portail (photo ci-contre) est l’ancienne entrée par laquelle les familles venaient, au XIXe siècle et début du XXe siècle, en calèche puis en voiture visiter leurs jeunes fils qui étaient internes. 

Cette rue sur le côté gauche (numéros impairs) en montant, est longée par les bâtiments de l’ancienne Manufacture des Tabacs fondée en 1904 et, depuis 1984, reconvertie en immeubles résidentiels. Les trois bâtiments sur la gauche sont ceux de l’ancienne Manufacture des Tabacs. Tout au fond, on distingue l’ancienne entrée officielle du lycée Michelet et l’amorce de la rue Jullien (photo ci-dessous).

Vue de la rue Michelet, en contre-plongée.
Quelques bâtiments caractéristiques s’échelonnent du côté des numéros pairs. 
Tout d’abord à l’angle des rues Renan et Michelet un immeuble construit par Émile Delaire en 1903. Cet immeuble est de style post-haussmannien. Les balcons filants des deuxième et cinquième étages sont soutenus par de nombreuses consoles. Les garde-corps sont élégants tout comme les sculptures sur les deux façades et l’angle (photo ci-dessous).

Angle des rues Renan et Michelet
Carte postale ancienne.

Un peu plus loin, le pavillon au numéro 4 est celui de l’ancienne crèche de la Manufacture des Tabacs qui en arbore le monogramme MT sur la façade. 

Au  numéro 10, un immeuble résidentiel de style composite, avec deux avant-corps encadrant la partie centrale en retrait, offre un décor polychrome superbement restauré (photo ci-dessous). Son style est composite : l’encadrement des portes et fenêtres est en pierre. Les murs sont en briques polychromes dont le décor est de plus en plus diversifié aux deux premiers étages. En revanche, le troisième en briques rouges semble constituer une simple surélévation. P. Maestracci (texte et photographies).


Immeuble du début de siècle, au n°10.



26 mai 2017

De Gaulle décolle de l'héliport - 29 mai 1968

L’amiral Flohic, aide de camp du président de la République Charles de Gaulle, évoque dans ses souvenirs la disparition spectaculaire de celui-ci lors des événements de mai 68.

Héliport de Paris-Issy, 29 mai 1968. © XDR.
Curieusement, l’amiral Flohic parle du départ en hélicoptère de M. et Mme de Gaulle à l'« aéroport d'Issy » le 29 mai 1968. Il s’agit de l’Héliport de Paris installé sur le champ de manœuvres réquisitionné par l’armée aux dépens du territoire isséen en 1893. Par la suite, ce terrain servit aux expérimentations de l’aviation naissante avant d’être transformé en héliport toujours en activité. 

Le secret du départ du chef de l’État est favorisé par un vol en rase-mottes et le silence radio. Le plein de kérosène est fait à Saint-Dizier en Haute-Marne. L’arrivée à Baden-Baden auprès du général Massu et des troupes françaises d’occupation en Allemagne a lieu vers 12h50/13h10. Le général de Gaulle repart à 16h30 pour Colombey-les-deux-Églises d’où il téléphone à son Premier ministre Georges Pompidou pour réunir un Conseil des ministres le lendemain.

Charles de Gaulle à la télévision, le 30 mai 1968. © XDR.
Après une disparition mystérieuse, le retour suivi, le lendemain 30 mai, d’un discours solennel à la télévision marque les esprits. P. Maestracci

20 mai 2017

Mai 1871 - Issy et la Commune de Paris

Nous avons consacré un certain nombre d'articles à la Commune de Paris et les dégâts occasionnés  dans la commune d'Issy en mai 1871 : combats du Fort, destruction du château des Conti et du Séminaire, etc. Nous voici plongés au sein même d'une réunion, organisée le 6 mai 1871 en Comité secret, des membres du Conseil de la Commune. Il est question d'Issy et de ce Comité de Salut public mis en place le 1er mai 1871, non sans une forte opposition des membres du Conseil de la Commune. Ses attributions ne sont pas précisées et provoquent alors des discussions et une remise en cause du premier comité. Un second comité sera élu le 8 mai. Mais sans grande réussite. En voici quelques extraits.

Félix Pyat, [avocat, journaliste, élu le 26 mars au Conseil de la Commune, fait partie du Comité de Salut public du 1er au 8 mai] prend la parole.

Félix Pyat
Ce n’est pas comme membre du Comité de salut public que je demande la parole. Je ne la demande que pour m’expliquer sur le fait d’avoir donné l’ordre de déplacer des généraux. Là-dessus, j’ai déclaré que je n’avais pas signé d’ordre de cette nature et que j’ignorais absolument qu’on en eût donné ; on m’a produit alors une pièce au bas de laquelle se trouve ma signature : tous ceux qui ont fait partie d’une commission exécutive savent que l’on a tant de signatures à donner qu’il est absolument impossible de lire toutes les pièces que l’on a à signer. Je ne dis pas cela pour m’excuser, remarquez bien ; pour moi, le point capital est ceci : Même en supposant que j’eusse eu, malgré la fatigue, pleine connaissance de la pièce, cette pièce est en complète conformité avec la déclaration que j’ai faite, attendu que Wroblewski [Walery Wroblewski, nommé par le conseil de la Commune commandant des fortifications entre Ivry et Arcueil] était chargé de la défense d’Issy ; donc il n’y a pas eu de déplacement. 
Gustave Paul Cluseret
Maintenant je déclare que la Commission exécutive, que nous avons eu l’honneur de remplacer, a fait arrêter Cluseret [Gustave Paul Cluseret, délégué à la Guerre de la Commune de Paris] à la suite des événements d’Issy. Vous-même, Commune, tout à l’heure, vous étiez sur le point de faire déposer dix canons sur les remparts…

Un membre : Elle en a le droit.

Félix Pyat : Oui, vous en avez le droit, mais, quand j’ai demandé qu’on délimitât mes pouvoirs, pourquoi m’a-t-on répondu que nous avions des pouvoirs illimités ? Nous n’avons pas, du reste, usé de ces pouvoirs, je le répète, puisque nous n’avons pas déplacé un général ; nous avons dit simplement: «Veillez à votre poste. »

Dominique Régère [élu membre au Conseil de la Commune le 26 mars, vote pour la création du Comité de Salut public, est arrêté après la Semaine sanglante] répond :

Dominique Régère.
J’entends défendre le Comité de salut public d’une manière absolue. Je ne m’occupe pas des personnalités ; je ne parlerai qu’au point de vue des principes. Je dois dire que mes amitiés personnelles sont surtout du côté des hommes que je combats. Un vote a eu lieu, l’on a constitué un Comité .de salut public et l’on a nommé le personnel de ce Comité, et, avant que ce Comité se soit assis, avant qu’il ait fait un seul de ces actes de salut qu’on lui demande, on l’attaque; c’est d’une suprême injustice. L’on a parlé de délimitation de pouvoirs ; or, j’ai été d’accord avec ceux qui veulent que ces pouvoirs soient illimités parce que la position est suprême ! Ce Comité a donc tout pouvoir. 

Walery Wroblewski.
Que lui reproche-t-on? D’avoir fait déplacer un général; rappelez-vous la situation. Quand nous avons appris les événements dont Issy avait été le théâtre, est-ce que nous n’avons pas tous dit qu’il fallait agir énergiquement? N’étions-nous pas disposés à y aller tous ? L’on a dit à Wroblewski qui commandait la rive gauche de la Seine : «Allez, allez à Issy!» Et vous venez incriminer, mettre en cause, pour avoir donné cet ordre, le personnel tout entier du Comité de salut public. C’est de toute injustice. Le reproche n’émane du reste que des hommes qui ont combattu en principe la constitution du Comité et qui se sont abstenus quand il a été question d’en nommer le personnel.

(Aux voix. Aux voix!)

Régère : Une autre objection… (Interruptions.) Je sais bien qu’on voudra me couper la parole; je sais qu’on voudra m’empêcher de parler; mais je ne m’en étonne pas, j’y suis même habitué; de même que l’on a supprimé dernièrement mon discours au sujet des finances, alors que ceux de mon adversaire y étaient tout au long, de même ce que je dis ici sera sans doute supprimé, mais cela m’importe peu.

(Interruptions.)

Le Fort d'Issy, mars 1871. Walery Wroblewski, commandant
des fortifications,était chargé de sa défense. Mais le 8 mai, à onze heures,
le dernier défenseur quitte le fort bombardé par les Versaillais.
Les débats vont continuer sans résultat. Pendant ce temps-là les combats s'accélèrent. Le 21 mai 1871, les Versaillais entrent dan Paris par la porte du Point du Jour à Boulogne. C'est le début de la Semaine sanglante.



17 mai 2017

Conférence : Issy, 9000 ans d'histoire

Quel succès ! Une bonne soixantaine de personnes était venue écouter notre Historimienne Pascale raconter les grands moments de notre commune, des temps préhistoriques à aujourd'hui. Il faisait beau, les documents projetés étaient fort intéressants et les questions posées à la fin de la conférence fort pertinentes.

Conférence du 16 mai 2017, Résidence du Parc, Issy. © XDR

Parmi les faits marquants évoqués :

- Une voie romaine traversait la commune. Il s'agit de l'axe Renan-Général Leclerc-Victor Cresson-Verdun… situé à la limite des crues de la Seine. Les Romains avaient vu juste. En 1910, toutes les rues et tous les bâtiments situés ente la Seine et cet axe furent noyés sous les eaux.

- Au temps des Mérovingiens, un village de 300 à 400 habitants s'installe autour de l'actuelle église Saint-Etienne. Dans la crypte, que les Historimiens ont eu la chance de visiter, deux chapiteaux du VIIe siècle rappellent cette présence.

- Les siècles passent et voici que s'installe, au XVIIe siècle, à Issy la célèbre Marguerite de Valois, la première épouse du roi Henri IV, celle que l'on connaît sous le nom de "reine Margot". Elle possède une superbe résidence, agrémentée d'un vaste parc, à l'emplacement des actuels Séminaire Saint-Sulpice et Parc Jean-Paul II. L'école Ferrandi, école française de gastronomie, et un hôtel 5 étoiles doivent s'installer dans une partie de la propriété - une ensemble qui portera le nom de… "Domaine de la reine Margot".

- Le XIXe siècle voit se succéder : de grands noms - trois généraux d'Empire… Mortier, Menou et Berthier ; des combats meurtriers : les derniers jours de la bataille napoléonienne, après Waterloo ; la chute du Fort d'Issy tenu par les Communards, en 1871 ; et l'implantation d'industries dans notre commune.

- Aujourd'hui, la ville hyperconnectée est en pleine métamorphose : les usines ont fermé, les quartiers se transforment, des architectes stars ont pris possession de l'espace urbain ; les grandes écoles s'implantent. Mais il reste, heureusement, beaucoup de verdure et des coins reculés où l'on se croit encore à la campagne… comme lorsque dans les année 1930 un chevrier passait régulièrement rue Hoche avec son troupeau !

Encore un grand merci à Pascale pour cette remontée du temps…Et à Bérengère, la directrice de la Résidence du Parc. PCB

12 mai 2017

Conférence - 16 mai 2017 - 9000 ans d'histoire d'Issy


Conférence 
Issy-les-Moulineaux, 9000 ans d’histoire 

Mardi 16 mai 2017, à 18 heures 

Résidence du Parc 
20 rue de l’Abbé Derry, Issy-les-Moulineaux 
Entrée libre 


Voici une nouvelle conférence organisée par Historim. Notre Historimienne Pascale va vous faire remonter le temps… pour un long voyage dans les siècles. 

Tout commence avec des hommes préhistoriques, des Gaulois, des Romains puis les Mérovingiens. Au cours des siècles suivants, des personnages célèbres y sont passés sans jamais se rencontrer : Marguerite de Valois et Louise Michel, Louis XIII et Farman, la princesse de Conti et Matisse.
Le village sur les hauteurs a dominé de riches propriétés. Il s’est transformé en ville industrielle avec Gévelot ou les Blanchisseries de Grenelle puis s’est métamorphosé en ville ultra-contemporaine, connectée, à l’aise dans le XXIe siècle. Des quartiers nouveaux ont surgi, de grands architectes, des étudiants sont venus ainsi que des entreprises grandes ou petites.

C’est aussi le lieu des premières fois : premier opéra en français, premier vol en circuit fermé, premiers réseaux intelligents conçus au CNET (du Minitel au GSM). 

Alors venez nombreux. On vous attend.