22 novembre 2017

Conférence de Guy de Rochambeau

Guy de Rochambeau juste avant la conférence.. © P. Maestracci

Quelle belle conférence hier soir au Musée français de la carte à jouer. Dans le public nombreux, M. André Santini, au premier rang. L'Isséen Guy de Rochambeau, descendant d'un des héros de la Révolution américaine nous a fait remonter le temps, dans ces années 1773-83 lorsque l'Amérique s'enflamma. 



Donatien Rochambeau.
©XDR
Ceux que l'on appelle les "Insurgents" ont déclaré leur indépendance  en 1776… le 4 juillet, devenu jour de la fête nationale. 13 colonies se regroupent pour forme les États-Unis (carte ci-contre). Mais les Anglais ne l'entendent pas ainsi et se mobilisent.  Les Américains et leur président George Washington sont en difficulté.

C'est alors que le 6 février 1778, un traité d'alliance est signé à Paris, entre Benjamin Franklin, représentant des 13 colonies, et le comte de Vergennes, ministre des Affaires étrangères de Louis XVI - un traité toujours en vigueur aujourd'hui !

Jean Baptiste Rochambeau
© XDR
Les comte et vicomte de Rochambeau (père et fils, à gauche), d'autres encore viennent soutenir les Américains, à commencer par La Fayette qui débarque de son navire l'Hermione en 1880. Une aide militaire, terrestre et navale, qui aboutit à la bataille de Yorktown le 19 octobre 1781 et la victoire des Américains.
Les traités de Paris et de Versailles, signés en septembre 1783, mettent un terme à cette guerre. L'Angleterre reconnaît officiellement l'indépendance des États-Unis.


Bataille de Yorktown. La flotte française assiège les Anglais. ©XDR


L'Alliance de 1778,
de Jean-Pierre Renard. © XDR
Le traité d'alliance de 1778 inspirera l'artiste Jean-Pierre Renard, réalisateur de cette sculpture l'Alliance de 1778, (ci-contre) installée au Mémorial Rochambeau-Washington, rond-point de Varennes à Naveil (Loir-et-Cher). La sculpture  en acier mesure 2 mètres de hauteur environ. Les deux proues de bateaux chahutées par les flots symbolisent les flottes des deux alliés. Les deux mains représentent l’Amitié entre les deux peuples et la colombe est le symbole de la paix. Un bateau à voile évoque les traversées transatlantiques qui duraient de 6 à 8 semaines sous Louis XVI.

L’œuvre souhaitée par l’association Les Amis de Rochambeau (http://lesamisderochambeau.org) fut dévoilée en septembre 2017 en présence d’une représentante de l’ambassade des États-Unis, du président du Conseil départemental du Loir-et-Cher et des autorités civiles et militaires.

Guy de Rochambeau, descendant d'un de ces héros français engagés au côté de George Washington, nous fait revivre ces événements, s'appuyant sur des documents historiques. Et il nous explique pourquoi il était "normal" pour les Américains de répondre par deux fois à l'appel des Français. C'est ainsi qu'en 1917, puis en 1941, les Américains viennent apporter à leur tour une aide indispensable pour remporter la victoire.  Une aide en hommes, mais aussi en matériels… En souvenir.

Le 13 juin 1917, le général Pershing débarque à Boulogne-sur-Mer, suivi le 23 juin, par les premiers soldats américains, les "Sammies", qui, eux arrivent dans le port de Saint-Nazaire. Entraînés dans le camp de Gièvres (Loir-et-Cher), les hommes participent à leur premier combat à Saint-Mihiel du 12 au 19 septembre 1918. Guy de Rochambeau nous raconte que le 4 juillet 1918, jour de la fête nationale, le général américain Taylor se rend dans la propriété des Rochambeau, à Thoré-la-Rochette,  (Loir-et-Cher) et dépose une gerbe sur la tombe du marquis (ci-dessous).

Les Américains à Thoré-la-Rochette, 4 juillet 1918.
© Edouard Brissi/ECPDA
Novembre 1942, les Américains entrés dans la Deuxième guerre mondiale en 1941, débarquent avec les Alliés en Afrique du Nord ; en juillet 1943, ils sont en Sicile et participent à la campagne d'Italie. Et, bien sûr, le 6 juin 1944, ils prennent pied en Normandie, : c'est l'opération Overlord. Puis, le 15 août 1944, ils sont en Provence et remontent la vallée de la Durance.
Et savez-vous comment furent surnommées les conductrices ambulancières de l'unité Rochambeau qui faisait partie de la 2e DB du général Leclerc ? Guy de Rochambeau nous le rappelle : les Rochambelles, en hommage à ses célèbres ancêtres.
Et c'est ainsi que se termine cette bien intéressante conférence. Un grand merci à Guy de Rochambeau !
 PCB  [À suivre]


À SIGNALER
le colloque international organisé par la Société des Cincinnati de France et l'Université Paris-Sorbonne pour célébrer l'entrée en guerre des Américains, les 24 et 25 novembre.
https://www.acoram.fr/wp-content/uploads/2017/03/CP_Cincinnati_annonce_colloque_29032017_Vd.pdf
Inscriptions obligatoires, en ligne : www.lafayettenousvoila.fr ; 01 46 61 45 40

À SIGNALER ÉGALEMENT :
En 2006, une belle place (ci-dessous), la Place du Maréchal de Rochambeau, fut inaugurée à Issy-les-Moulineaux en présence de la famille Rochambeau par le Maire André Santini. Elle se trouve le long du siège de Microsoft Europe, pas loin d’ailleurs du quai du Président-Roosevelt.

La Place du Maréchal de Rochambeau, à Issy-les-Moulineaux. XDR
   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire