12 août 2014

La Libération vue par une Isséenne - Été 1944 - chronique n°6

Les Alliés sont arrivés… Mais les combats n'ont pas encore définitivement cessé. Jeannine continue à prendre des notes dans son journal.

Dimanche 27 août –Matinée calme. La joie est assombrie par les émotions de la veille : traîtrise des miliciens et bombardement….
Aujourd’hui, on n’a plus osé s’aventurer dans Paris
..

Les combats continuent au nord-est de la région parisienne.

Lundi 28 août – L’après-midi, grande promenade dans Paris libéré… spectacle d’un amas carbonisé de débris de camions allemands ; l’École militaire marquée de traces de balles et où nous avons la satisfaction de voir les premiers prisonniers allemands faire des corvées de nettoyage. Nous passons sous la tour Eiffel au pied de laquelle des jeeps et des camions américains s’arrêtent pour l’admirer.
Nous arrivons à l’Arc de Triomphe. Nous allons saluer le soldat Inconnu dont la dalle est couverte de fleurs et, entre autres, d’une grande croix de Lorraine déposée par de Gaulle. Nous nous reposons à la terrasse du Triomphe. Des Américains sont attablés. D’autres montent et descendent l’avenue en camions. Ils sont toujours acclamés, salués. On lève les bras avec les doigts en forme de V. C’est le nouveau salut. L’atmosphère est détendue. La foule est gaie, légère, fait éclater sa joie au moindre détail. Dès qu’une voiture américaine s’arrête, elle est entourée. Ceux qui savent l’anglais parlent. Les autres écoutent et sourient béatement…. 

« Regardez donc s’ils sont bien équipés et quel matériel… les roues de leurs tanks sont caoutchoutées. Ils ont la marche légère et comme leurs vêtements sont confortables »…

Eisenhower est à l’Arc de Triomphe et des soldats américains défilent sur les Champs-Élysées. Le général de Gaulle est ainsi reconnu officiellement par les Alliés à la tête du GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française). Il dissout les FFI dont un tiers rejoint les troupes régulières. La reconnaissance envers les Alliés se double de l’admiration pour leur équipement. Les Français ont souffert de privations de plus en plus lourdes au fil des années. Le rationnement continuera plusieurs années après la fin de la guerre.


Mardi 29 août- Journée calme. Première soirée en lumière depuis bien longtemps. Que cela fait plaisir !

Toujours des combats contre les Allemands dans la même zone.

P. Maestracci

P.S.Allez donc voir sur le site de la ville d'Issy - Historim y est en bonne place : http://www.issy.com/ma-ville/histoire/publications-d-isseens/l-histoire-d-issy-raconte-par-ceux-qui-l-ont-vecu


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire