26 septembre 2020

Rue du Chevalier de La Barre à Issy

Cette petite rue située dans le quartier des Hauts d’Issy, longue de 240 mètres, évoque la mémoire d’une célèbre victime de l’absolutisme sous Louis XV. Jean-François Le Febvre, chevalier de La Barre, né à Abbeville en 1747, est exécuté dans sa ville natale à l’âge de 19 ans en 1766. Il est accusé d’avoir mutilé un crucifix, de ne pas avoir salué lors d’une procession religieuse et d’avoir lu Le dictionnaire philosophique de Voltaire !

© XDR
Le Parlement de Paris prononce sa condamnation à mort. Le chevalier de La Barre doit faire amende honorable avant d’avoir la main et la langue coupées avant sa décapitation par le bourreau, privilège réservé aux nobles (au lieu d’être brûlé vif). Son corps est ensuite incinéré. Une statue du jeune homme se dresse Square Nadar à Montmartre portant ses quelques mots (ci-contre).
Si Voltaire n’arrive pas à obtenir une réhabilitation posthume du chevalier de La Barre, la Convention en prend la décision le 25 brumaire an II (15 novembre 1793) date également de la suppression des loteries dans le pays…

Résidence de l'abbé Derry.
Du côté pair de la rue, il y a une succession de logements sociaux dont la Résidence de l'abbé Derry (ci-contre) numéros 4 à 12. Le nom correspond à l’entrée principale de cet ensemble sur la rue éponyme parallèle à la rue du Chevalier de La Barre.
On trouve aussi la vaste cour à l’arrière des écoles  La Fontaine, un bâtiment municipal avec un seul rez-de-chaussée partagé entre l’atelier Janusz Korczak et la Croix-Rouge et enfin, le côté latéral du gymnase Jules Guesde (ci-dessous).

Gymnase Jules Guesde.
De l’autre côté de la rue, aux numéros impairs, des maisons individuelles de styles variés alternent avec quelques immeubles peu élevés. Texte et Photographies : P. Maestracci.

Aucun commentaire: