21 août 2012

Paris-Madrid, le tournant de l'histoire de l'aviation

Il y a un avant et un après la course Paris-Madrid de 1911.
Avant, ce sont les balbutiements.

En 1906, un planeur à flotteurs construit sur les plans de Archdeacon et Louis Blériot, remorqué par un canot automobile, s’élève de la Seine et parcourt plus d’un kilomètre, avec Gabriel Voisin aux commandes. Il deviendra le premier constructeur français d’aéroplanes.

Santos-Dumont, à bord de l'Antoinette, 13 septembre 1906
Photo L'Illustration.
Un richissime Brésilien s’impose très rapidement dans l’aventure aéronautique française, Santos-Dumont. Évoluant jusqu’en 1906 à bord de dirigeables, il crée une espèce d’insecte qu’il équipe d’un moteur, l’Antoinette, et le 13 septembre 1906, il parcourt à Bagatelle sept mètres à soixante-dix centimètres du sol. Deux mois plus tard, le 12 novembre, toujours à Bagatelle, l’intrépide parcourt 220 mètres en 21 secondes à plus de six mètres du sol. Le premier prix de l’Aéro-club de France, nouvellement créé lui est attribué. C’est la première fois en Europe qu’un appareil mécanique portant son pilote vole librement.

Le 5 avril 1907, sur le champ d’aviation d’Issy-les-Moulineaux, Charles Voisin exécute un vol très prometteur de huit mètres. L’ingénieur vole sur un monoplan et découvre à cette occasion les améliorations significatives à apporter à son engin. Le 17 septembre, toujours à Issy-les-Moulineaux, la libellule Blériot parcourt 184 mètres, mais s’écrase au sol.

Premier kilomètre en circuit fermé effectué par Henri Farman le 13 janvier 1908,
à Issy-les-Moulineaux. Coll. Musée de la carte à jouer.

Enfin, c'est le vol record du premier kilomètre en circuit fermé d’Henri Farman exécuté le 13 janvier 1908 à Issy-les-Moulineaux, sur un biplan Voisin (ci-dessus). Les grands de l’époque sont tous présents : Blériot, Pischof, Esnault-Pelterie venu de son atelier de Buc, Maurice Farman le frère avec qui il court en tandem au Vélodrome d’Hiver. Le prix de 50 000 francs offert par Mrs Deutsch de la Meurthe et Archdeacon, les mécène de l’époque, lui est attribué.

Blériot, à bord du Blériot XI bis. XDR
L’aviation avance à pas de géants. Trois concurrents rêvent de traverser la Manche : Latham, Blériot et le comte de Lambert. Santos-Dumont est également tenté par l’aventure. La tentative de Latham a failli réussir, mais son engin, à la vue des falaises blanches d’Angleterre, baisse de régime et se brise en mer.
Le 25 juillet 1909, c’est l’ingénieur Louis Blériot qui accomplit l’exploit à bord de son monoplan Blériot XI bis qui, depuis cet exploit, est exposé au Conservatoire National des Arts et Métiers.

Le Paris-Madrid de 1911 et le triomphe de Védrines, première épreuve internationale de capitale à capitale, reste dans l’histoire de l’aviation comme une date mémorable. Mais déjà sa prouesse est éclipsée par les exploits de Beaumont, de Garros et des autres qui par-dessus la mer ont relié l’Italie à la France. L'année 1912 est forte de nombreux records (voir article dans rubrique Aviation). De nouveaux noms émergent, des femmes aussi. Les tentatives furent hardies et ceux qui les entreprirent, comme ceux qui en avaient eu l’idée, ont montré une audace, une confiance dans la nouvelle locomotion, confiance qui ne fut pas exagérée. Cent ans plus tard, les chiffres sont là pour le démontrer.  En 2011, quelque 2,7 milliards de personnes ont pris l'avionA.B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire