11 juin 2015

Le Foyer des Jeunes travailleurs de la Plaine (FJT)

Précision 
Le FJT de la Plaine est, juridiquement, une association, qui s'appelle « Association les jeunes de la Plaine/// Résidence FJT. Adresse : 6, rue Charlot, Issy-les-Moulineaux.

L’histoire de la construction du Foyer des Jeunes Travailleurs 
Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, pendant les Trente Glorieuses, la France a devant elle une immense tâche de reconstruction. D'ailleurs, un ministère porte ce nom, montrant ainsi la volonté politique qui prévalait à l'époque : cette reconstruction touche aussi bien les chemins de fer et les routes que les logements, les ports, etc. En même temps, les entreprises ont besoin de main d'oeuvre : une partie est venue de l'étranger - essentiellement des pays du Maghreb - et l'autre des campagnes françaises, ce que l'on a appelé« l'exode rural » à partir des années 50.
La Région parisienne où les entreprises étaient nombreuses avaient besoin de travailleurs mais les logements manquaient, ce qui a favorisé l’apparition de « logements » précaires : les bidonvilles (comme par exemple celui de Nanterre). L'abbé Pierre, en 1954, dénonce les conditions inhumaines de ces logements et lance l'action que tout le monde connaît.

À Issy-les-Moulineaux, proche des usines Renault (Boulogne-Billancourt) et de Citroën (Paris 15ème ), le problème était patent : il y avait besoin de logements pour ces travailleurs.  Il y eut, d'abord, l'initiative de quelques familles qui vont créer une association familiale dont l'une des tâches a été d'organiser un camp de vacances pour les familles et les enfants du quartier de la Plaine, au cap Ferret, le camp de l'Arbousier. Cette initiative, soutenue par le père François du Plessis, est prolongée par la construction, derrière l'église Notre-Dames des Pauvres, d'un bâtiment (29 Boulevard Galliéni) et d'un autre, 6 rue Charlot (ci-dessous) destiné aux locaux paroissiaux et, au-dessus, à des logements pour une quarantaine de jeunes garçons qui venaient trouver à Paris une formation et un emploi.

Entrée de la résidence, 6 rue Charlot. La mosaïque, avec ses traits noirs
et ses a-plats colorés évoquent certains tableaux de Mondrian. Ph. P. Maestracci
Mais ce ne fut pas seulement un immeuble d'habitation : sous l'impulsion de jeunes qui crééent une association (« les Jeunes de la Plaine ») et d'un directeur-animateur (Maurice Humeau), une vie originale s'organise, le projet de vie de chacun s'élabore au contact des adultes du Conseil d'administration de l'association et de celui des autres jeunes du Foyer ainsi que lors des activités culturelles, sportives, sorties, soirées organisées pour eux et avec eux.
Cette « âme » du foyer est toujours là : les responsables actuels du foyer, les permanents et les jeunes eux-mêmes en sont très conscients ; les anciens du FJT se retrouvent dans certaines occasions ; certains sont membres du Conseil d'Administration où ils siègent avec des jeunes résidents (maintenant il n'y a pas que des garçons car la mixité est de règle).


Le FJT en dates
Le FJT qui a fêté ses 50 ans, ce qui est remarquable, a évolué depuis sa création.
En 1963, il comptait 44 lits : des chambres à 3 avec 2 lavabos, 1 salle à manger collective avec une cuisine (il y avait une personne pour cuisiner), 1 salle de séjour avec cheminée et banquettes, 1 salle de travail pour les cours du soir, 1 salle-bibliothèque, 1 bureau. Les jeunes garçons de 1963 ont entre 17 et 20 ans et travaillent 45 heures par semaine (dont près de 64% en usine, 20% dans le bâtiment, etc. ). Ils viennent de la campagne, d'autres des Antilles, d'Algérie et du Portugal (très peu d'Ile-de-France). Les objectifs du Foyer sont d'accueillir, héberger, conseiller et accompagner.

En 2009, les résidents sont informés de la fermeture programmée du foyer qui doit se mettre aux normes en vigueur et se transformer. Il reste fermé pendant plus d'une année à partir de juillet 2010 jusqu’en 2011.

Le nouveau FJT est conçu comme une résidence partagée. Sa capacité est de 24 jeunes en chambres individuelles. Celles sont organisées en « unités » qui, chacune regroupent environ 5 chambres . Chacune de ces unités dispose d'une salle à manger équipée. Chaque chambre comporte une salle de bain avec douche et toilettes.  Le jeune résident doit pouvoir construire les conditions d'accès à son autonomie économique et sociale ; il apprend à habiter , vivre et construire ensemble. C'est un lieu de transition entre la fin de l'adolescence (16/18 ans) et le début de l'âge adulte (18/25ans) qui se fait de façon collective et « intergénérationnelle ».

Des projets pour demain
Plusieurs projets de résidence sont en voie de construction ou d'achèvement et seront gérés par le FJT de la Rue Charlot.
+ La Résidence FJT du 220 avenue de Verdun à Issy-les-Moulineaux : 20 studios essentiellement pour des jeunes majeurs de 18/25 ans et quelques jeunes en couple. Elle a ouvert à l'été 2014.
+ La Résidence FJT du 28 rue de Lorraine ( Paris, XIXe) : une vingtaine de chambre pour jeunes de 18/25 ans engagés dans un projet professionnel. L'ouverture est prévue fin 2015.
+ La Résidence FJT, rue du Dr. Arnaudet, à Meudon : 50 chambres pour des jeunes entrant dans la vie active entre 16 ans (apprentissage) et 25 ans.


Gouvernance
L'association qui gère le FJT a un président (Mr. J.P. Fondère) assisté d'un CA. Mme Bernard est directrice permanente du FJT.
L'activité d'accueil et d'accompagnement des jeunes est soutenue par la CAF du département et le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine.
L'action de l'Association est soutenue par la Ville d'Issy-les-Moulineaux.
Paul Druzet

Pour en savoir plus :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire