15 juin 2015

Maximilien Luce peint Issy

La Seine au pont d'Issy, Maximilien Luce (1920). œil. Château de Sceaux, Ph. Pascal Lemaître
Maximilien Luce (1858-1941), peintre et graveur, pointilliste à ses débuts, expose dès 1889.
Militant libertaire, ayant assisté au drame de la Commune en 1871, ses activités politiques lui valent d'être incarcéré à la prison Mazas à Paris quelques mois en 1894. Il en profite pour faire toute une série de tableaux sur la vie carcérale. De 1890 à 1914, il écrit dans des journaux anarchistes, comme le Père Peinard. Il disait : "Qu'il vienne donc une révolution, j'espère, si je ne suis pas un lâche, que j'en serais, et ma foi, je crois que j'aurais du bonheur à me faire casser la gueule pour cette idée à laquelle je crois".
Il aime peindre des des scènes ouvrières ; pendant la Grande Guerre, il s'exprime contre les horreurs des combats.
Élu président de la Société des artistes indépendants, en 1935, il milite contre le fascisme et démissionne en 1940 pour protester contre la politique antijuive de Vichy.
Installé dans la petite commune de Rolleboise en Ile de France depuis 1917, c'est là qu'il s'éteint en 1941 et repose avec son épouse.  PCB.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire