12 mars 2012

Le général Glavany, un retraité bien actif !

Lors d'une cérémonie officielle, en 2011. ©XDR, Coll. privée.
Roland Glavany est né à Nantes en 1922. Après des études au lycée Clemenceau et le baccalauréat passé à Toulouse en 1939, il est reçu à l’École de l’Armée de l’Air avec la promotion 40. En 1943, il passe par l’Espagne pour rejoindre la France combattante du général de Gaulle. Volontaire pour le 1er bataillon de choc, il participe au débarquement de Corse en 1943, et en 1944, à ceux de l’Île d’Elbe et de Provence. Trois fois blessé au combat, il reçoit la Légion d’honneur … à 22 ans. En 1945, il retrouve l’Armée de l’Air comme pilote. Diplômé de Sup Aéro, il est ingénieur et pilote d’essais. Détaché durant cinq ans aux « Avions Marcel Dassault », il effectue les premiers essais des Mirages I, III et IV. C’est ainsi qu’il est le premier en Europe à voler à la vitesse de Mach 2. En 1959-1960, Roland Glavany sert en Algérie. Son témoignage intitulé Ma Guerre d’Algérie (1re partie) vient de paraître dans la revue trimestrielle n°484, octobre 2011 du Souvenir Français dont il est aussi président d’honneur. (Pour en savoir plus : http://www.souvenirfrancais-issy.com/article-13739962.html). 
Par la suite, le général Glavany commande les bases militaires d’Istres et de Mont-de-Marsan. Il est élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur. comme deux autres Isséens. Ce qui constitue un record prestigieux pour la commune ! D’autant que s’y ajoutait, il y a quelques années encore, le général de Galbert.

Sa famille 

Avec son épouse Monique rencontrée en Corse en 1943 , il a 4 enfants dont il parle avec grande affection. Les trois fils ont fait leurs études au lycée Michelet (Vanves). L’aîné Alain fut un médecin reconnu et apprécié à Issy-les-Moulineaux (son cabinet était boulevard du Lycée, Vanves. Sa disparition en 2003 reste cruelle pour ses parents. Les cadets, Michel et Jean ont pour leur part, fait des études de Droit et de Sciences économiques. Jean Glavany fut ministre de l’Agriculture du gouvernement Jospin jusqu’en 2002. La seule fille de la fratrie, Hélène, a suivi sa scolarité à l’École Normale Catholique rue Blomet (Paris XVe). Outre leurs quatre enfants, Roland et Monique Glavany ont accueilli successivement deux garçons dans leur foyer. De nos jours, ils ont sept « sympathiques » petits-enfants et quatre « adorables » arrière-petites-filles dont le général parle avec beaucoup de tendresse.

Pourquoi est-il devenu et reste t-il résolument Isséen ? 

Le général chez lui. Ph.P. Maestracci.
« Par hasard » affirme-t-il. En fait, cette famille nombreuse avait besoin d’un domicile assez vaste. Après avoir été hébergée par une grand-tante à Sceaux (Hauts-de-Seine) puis grâce à un cousin, rue Olivier de Serres (Paris XVe), la famille s’installe en 1955 dans l’ensemble résidentiel des rues Claude Matrat et Voisembert, un ensemble construit en 1931.  Roland Glavany est très attaché à la vie sociale de sa commune et à sa paroisse Saint-Benoît. Il souligne « le dynamisme des femmes qui s’y impliquent ». 
Président de la Conférence Saint-Vincent de Paul de la paroisse, puis président départemental, il a été vice-président d’Aide d’Urgence 92 (AU 92). Cette association, fondée en 1980 par le Secours Catholique, la Croix-Rouge et la Société de Saint-Vincent de Paul, gère des « logements-passerelles » pour des « gens en difficulté ». C’est à ce titre qu’il dirige de 1990 à 1997 le « Centre des Moulineaux » dans les anciens locaux de la Croix-Rouge, 133 avenue de Verdun. Il est président de la première et vice-président de la seconde association. Il garde le contact avec les familles qui ont pu ensuite être relogées ; il suit même certains de leurs enfants en assurant des cours de français, mathématiques et anglais !
Il s’est également beaucoup occupé du Café 115 qui se trouvait dans la rotonde maintenant démolie de l’ancienne Poste, rue Parmentier. Ce lieu d’accueil pour les SDF était ouvert toute la journée et tous les jours de la semaine. Les paroissiens de Saint-Benoît s’y impliquaient régulièrement. Le café 115 a été déplacé depuis quelques années avenue de Verdun mais sans retrouver une telle amplitude d’ouverture.
Carnet de marche
du Bataillon de Choc
(1947). Coll. Bétry
L’année 2012 est celle du quatre-vingt dixième anniversaire du général Glavany. Recueillir son témoignage précis, plein d’humanisme et d’humour, a été un honneur et une grande joie ; je l’en remercie avec gratitude. Pascale Maestracci.

5 commentaires:

  1. Bonjour Général

    Souvent je pense à vous et de votre passage à la base aérienne de Mont de Marsan.Adjt Chef à la STB.En se souvenir je vous présente pour vos 90ans un joyeux anniversaire Yves Viollet

    RépondreSupprimer
  2. Merci mon Général pour avoir cru en moi et m'avoir donné la chance de faire un métier que j'ai aimé au sein de l'armée de l'air....alors que vous étiez Général au Commandement des écoles de l'armée de l'air : celui d'être contrôleur aérien
    Bon anniversaire mon Général, longue vie à vous

    RépondreSupprimer
  3. Mon Général, je garde le souvenir des vols avec vous à Tours, des dîners familiaux à Issy, et de vos visites quand je fus gravement malade.
    Je vous embrasse.
    Philippe

    RépondreSupprimer
  4. Mon général,vous avoir rencontré à été un honneur et une chance, vous m'avez à un moment de ma vie redonné éspoire, aidé et permis de construire ( AU92, 1996-1998). Aujourd'hui je suis l'heureux père de deux enfants et je travail pour une collectivité territoriale.
    En espérant que ce message vous parvienne.
    soyez assuré de mon profond respect.

    Pascal Robinet
    prob17@orange.fr

    RépondreSupprimer
  5. Heureux ,êtes-vous ,en effet ,d'avoir eu sur votre route cet homme d'exception et d'une grande humanité -Un oncle de coeur depuis mon enfance ,précieux ,précieux -Plus que jamais ,pensons à lui ....Pascale M.

    RépondreSupprimer