11 avril 2015

La Pastorale - un essai transformé !

Benjamin Attahir, compositeur. ©A. Bétry
Au terme de deux années de reconstruction, l’opéra de MM. Cambert et Perrin a été rejoué le 9 avril dernier dans notre ville, à Issy, sur les lieux même de sa première représentation en 1659.
Grâce à la rencontre et à l’enthousiasme de Benjamin Attahir (à droite) l’association Historim s’est lancée dans une aventure, avec le cap unique de rejouer cet opéra, alors qu’il n’en n’existait aucune trace musicale, sauf les annotations sur le livret.
Le quotidien Le Parisien, en nous suivant depuis le début et insistant sur le côté "loufoque" de l’entreprise, a provoqué l'intérêt de la municipalité qui nous a dès lors soutenu sans retenue. Une date de représentation a ainsi pu, avec le service culturel de la mairie, être établi.

La Journée du Patrimoine de septembre 2014, au Musée français de la Carte à jouer nous a montré le professionnalisme de Benjamin Attahir, qui s'est entouré de musiciens professionnels, et celui de Satoshi Kubo, chef de chant, qui a choisi d'excellents chanteurs venus de tous les continents. 
L’œuvre existe à nouveau, dans une écriture musicale différente de l’originale. Si M. Cambert avait mieux rangé ses partitions, le jeune compositeur Benjamin n’aurait pu s’éclater comme il l’a fait… Bravo à lui pour cette création qui lui appartient. Un grand merci aux personnes présentes ce 9 avril 2015 ; elles ont assisté à un moment historique. La ville d’Issy- les-Moulineaux est à nouveau devenue marraine de la Pastorale. Merci à notre maire d’avoir osé faire confiance à une poignée de fantaisistes.

Pour les passionnés, voici un petit résumé de la Pastorale d'Issy.

Acte 1. Deux couples de bergers, Philandre et Diane, Sylvie et Alcidor ont des peines de cœur. Le satyre, lui, est jaloux car en raison de sa différence personne ne l’aime.
Acte 2. Entre en scène le troisième couple, Tyrsis et Philis. Le satyre essaie d’approcher Diane qui le repousse.
Acte 3. Les trois bergères Diane, Sylvie et Philis se posent bien des questions sur l’amour.
Acte 4. Enfin chacun des couples se reforment, transportés par l’amour qu’il croit immortel. Le satyre est de plus en plus malheureux.
Acte 5. Les couples se jurent fidélité. En l’honneur du roi Louis XIV qui vit l’opéra, il fut rajouter un chœur en son honneur qui clôt la Pastorale.
PCB

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire