19 décembre 2015

Réponse - Un bien bel olivier


L'olivier du Square Macerata.
Alors, vous avez trouvé… 

Cet olivier majestueux est planté avec ses compagnons dans le square de Macerata. Celui-ci jouxte les terrains de sport du stade Charpentier du côté de la rue du Gouverneur Général Éboué face à la Médiathèque du Centre Ville. Il a été planté sur environ 600 mètres carrés et inauguré en 2007 pour les 25 ans de jumelage de la commune avec la ville italienne de Macerata (dans les Marches), hommage à la flore méditerranéenne. Buissons de lavande, cyprès élancés et vénérables oliviers qui proviennent d’oliveraies ibériques, qui auraient pu disparaître car trop vieux pour produire des fruits, s’ils n’avaient été achetés pour embellir ce square et des ronds-points isséens. Les arbres du square sont liés à la mythologie grecque. 

Les cyprès du Square.

L’olivier est l’arbre de la déesse Athéna. Les Athéniens sommés de choisir leur divinité tutélaire ont préféré celle qui leur offrit cet arbre très utile plutôt que Poséidon/Neptune qui, de son trident, fit jaillir une source d’eau salée sur l’Acropole d’Athènes. Le cyprès a également une origine mythique. Cyparissos était un jeune homme désespéré d’avoir tué son cerf et recherchant le trépas. Le dieu Apollon le transforma en arbre « pleurant »éternellement. Le cyprès dont le bois est incorruptible est souvent planté dans les cimetières.
Plaque à l'entrée du Square, ornée de dessins
représentant la flore méditerranéenne. Photos P. Maestracci.

La ville de Macearata peut s’enorgueillir d’un enfant célèbre, révéré tout particulièrement en Chine à l’égal de Marco Polo. Il s’agit du missionnaire jésuite et savant, Matteo Ricci (né en 1552 à Macerata-mort en 1610 à Pékin), ci-dessous. Il est envoyé par ses supérieurs aux Indes puis à Macao avant d’arriver en Chine en 1598. Ses connaissances scientifiques en chimie et astronomie le font apprécier des mandarins et lui permettent d’approcher l’empereur Wanli de la dynastie Ming à Pékin en 1601. Matteo Ricci parle chinois, s’habille comme un lettré confucéen tout en essayant de faire connaître le catholicisme. Il meurt et est enterré à Pékin en 1610. Depuis 2013, est engagé un procès en béatification au Vatican.

Matteo Ricci. Ph. XDR
Matteo Ricci est l’auteur de la mappemonde Ricci, planisphère sur lequel l’Empire du Milieu est légèrement excentré contrairement aux 5 points cardinaux chinois dont le centre, le 5e, est occupé par la Chine (surnom donné par les découvreurs européens à cause du 1er empereur Qin). À ce titre, un cratère lunaire porte son nom depuis 1935.
Il rédige le premier dictionnaire chinois, traduit en latin quatre livres confucéens sur les mœurs chinoises (Tetrabiblion sinense de moribus). La parution de ses mémoires, De christiana expeditione apud Sinas suscepta (Défense de la campagne chrétienne en Chine) est posthume et assumée, dix ans après la mort de Ricci en 1616, par le père Nicolas Trigault, il y a quatre siècles. P. Maestracci


Pour en savoir plus sur Macerata :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire