8 décembre 2015

Association Juste pour son sourire

Isabelle Debliqui dirige l'association.

Cette association a été créée en 2006 par une Isséenne Isabelle Debliqui (ci-contre) avec deux amies. Elle en fut l’inspiratrice en témoignage d’amour maternel pour sa fille. Le but est d’apporter du bonheur et du soutien aux handicapés moteur grâce à des activités originales. C’est pour afficher cette ambition que fut choisi le nom de l’association. La présidente de l’association est Dominique Van der Waren dont le témoignage est paru en octobre dernier sur notre site (http://www.historim.fr/2015/10/dominique-van-der-waren-cinq.html).


Le contexte
Le point de départ fut inspiré par la loi sur le handicap en 2005 complétant celle de 1975 sur l’invalidité. Deux points sont essentiels. Il s’agit de regrouper dans les Maisons Départementales du Handicap deux structures : la Cotorep pour les adultes et la CDES (Commission Départementale de l’Education Spécialisée) pour les enfants. La volonté était d’accorder aux enfants et adultes les mêmes droits et allocations Handicap. Malgré la parution des décrets d ‘application au Journal Officiel, il fallut attendre trois ans pour la concrétisation des projets pour les enfants et l’adaptation des logiciels spécifiques.

La création
Juste Pour Son Sourire naît en 2006 pour « faire avancer les droits des personnes handicapées ». Il faut savoir que les frais à engager sont fort lourds, des milliers d’euros pour un fauteuil électrique, l’adaptation d’un véhicule contenant un fauteuil roulant et nettement plus pour l’adaptation du logement. Or, il faut « prévoir en amont » lors de la constitution du dossier intitulé Projet de vie. Ce titre  semble inadapté aux familles concernées. En effet, celles-ci « doivent surmonter le choc » du terrible diagnostic. De plus, l’aide de l’association pour remplir les innombrables cases de ce dossier est fondamentale pour les personnes confrontées au handicap. Des réponses découle la décision pour établir un niveau de 1 à 6 proportionnel à l’aide financière. Ce dossier doit être renouvelé tous les 2-3 ans en anticipant les délais de l’administration réduits à 6/8 mois depuis 2008.
Isabelle Debliqui qui a dû renoncer à travailler pour s’occuper de sa fille a eu « une formation sur le tas ». L’association (cotisation de 40 euros / an) ne comptait que deux familles à l’origine et maintenant une cinquantaine. D’abord consacrée aux enfants, elle s’est ouverte aux adultes.

C’est un travail énorme accompli dans un local exigu de deux pièces où sont casés les bureaux mais aussi les armoires contenant les dossiers confidentiels qui permettent d’épauler les familles dans les multiples démarches dans des domaines variés. Le public y est reçu au 8 rue de l’Est à Boulogne-Billancourt. Ce travail intense est également rendu possible grâce à des bénévoles accompagnant les enfants pendant les animations ou se consacrant chaque semaine aux ingrates tâches administratives.



Sabrina Leprohon. En arrière-plan, photo du premier voyage au parc animalier
de Planète sauvage, à Port-Saint-Pères, en 2010.

Les actions
En 2008, l’association a reçu l’Isséen d’Or pour son action. À la suite de cette reconnaissance officielle, l’association bénéficia d’un don conséquent d’un élu et décida d’organiser un voyage l’année suivante. C’est toujours une lourde tâche car le voyage doit « être ludique et culturel » et ne doit pas dépasser 4 à 5 heures pour des enfants en fauteuil roulant. Le choix se porta sur le Parc animalier Planète sauvage à Port Saint-Père [où le futur général Kléber fut victorieux en septembre 1793] près de Nantes. Le voyage dura 3 jours et le groupe fut logé sous des tentes au sein du parc près de l’abreuvoir des animaux.

D’autres voyages ont suivi à Bruxelles, au Puy-du-Fou en Vendée, à Handiski dans les Vosges, au Parc des Félins à Nesle (Seine-et-Marne) etc. Pour la fin d’année 2015, des courses sont prévues avec des « joelettes » (traîneaux sur roues pour les enfants) tant à Boulogne-Billancourt que pour la célèbre Corrida de Noël isséenne. Au programme une sortie au Repaire des Pirates à Villecresnes dans le Val-de-Marne ainsi qu’un spectacle. Deux sorties culturelles sont également prévues en décembre.

Sabrina prépare la prochaine visite.
Pour toutes ces activités, la recherche de financement est primordiale Des actions de collecte de fonds sont organisées grâce à l’appui de grandes surfaces en décembre mais aussi à l’argent donné par d’autres associations isséennes comme ALC, CIB, ALIM, OMS ou des particuliers généreux. Tout aussi déterminantes sont les subventions des communes d’Issy-les-Moulineaux et de Boulogne-Billancourt, ainsi que celles du Conseil Départemental et de la région Île de France. En outre, Juste Pour Son Sourire reçoit l’aide efficace des Missions Handicap isséenne et boulonnaise.

Pour 2016, des projets nouveaux comme l’aide à la recherche sont en cours de réflexion sans jamais négliger pour autant les aspirations d’enfants devenant majeurs… P. Maestracci.


Pour se renseigner :
01 45 29 24 41 ou contact@justepoursonsourire.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire