16 mai 2016

Réponse - un drôle de losange

Alors ? Vous avez trouvé où se trouve de drôle de losange.

Le bec du Merle Moqueur.

Ce losange est le bec doré d’un merle géant, sculpture superbe de Christian Renonciat qui a associé des tiges de métal à des boulets de canon. L’oiseau chante, toutes ailes et queue déployées, sur un rond-point de la Promenade du Verger, dans la partie sud du Fort d’Issy-les-Moulineaux.


Le Merle Moqueur de Christian Renonciat, Promenade du Verger, Fort d'Issy.

C’est une référence explicite à la chanson de Jean-Baptiste Clément (1837-1903) dont il écrivit les paroles en 1866 :

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur.
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur. 

Cette chanson est devenue emblématique de la Commune de 1871 car Jean-Baptiste Clément en fut l’un des membres. Or le Fort d’Issy-les-Moulineaux tenu par les Fédérés fut le siège de violents bombardements et fut évacué le 8 mai 1871 en raison de l’avancée des troupes versaillaises.

Le Fort, mars 1871. Les canons des Fédérés sont alignés, mais ces derniers
doivent évacuer le fort sous les bombardements intenses des Versaillais.

Le nom de la médiathèque du Fort, Le Temps des Cerises, renforce l’allusion à cette tragique guerre civile.

En ce qui concerne le talentueux artiste Christian Renonciat, ce Merle moqueur est sa troisième sculpture que l’on peut admirer dans la commune. Les deux autres se trouvent dans l’Hôtel de Ville et datent de 1994, année de sa rénovation. Dans le hall d’entrée, Les trois Gardiens accueillent le public. Il s’agit de trois colonnes en fonte d’acier. La Marseillaise est un panneau de grandes dimensions en bois de peuplier gravé et peint. Il orne le mur du fond de la salle multimédia sur la hauteur de deux niveaux. Notons qu’il s’agit là aussi d’un hommage à une chanson qui est notre hymne national mais aussi à la sculpture de Rude sur l’Arc de Triomphe. P. Maestracci, texte et photographies


Le Merle Moqueur, entouré de boulets de canon, témoins des combats de la Commune de 1871.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire