1 novembre 2020

Issy fait son cinéma

 Nous allons consacrer tout le mois de novembre au cinéma. Grâce à notre Historimien Michel Julien, nous partirons à la découverte des films tournés dans notre commune, dans ses rues, ses jardins… et même ses églises. De quoi s'évader en ces temps tourmentés. La conférence, puis la visite prévues ont été annulées… mais vous pourrez voir ou revoir ces films avec un autre regard ! 

Silence, ça tourne ! 

Issy ne peut pas rivaliser avec sa voisine Boulogne Billancourt, célèbre pour ses studios dont l’un des plus emblématiques, les studios de Billancourt ou studios du Point du Jour (Paris Studio Cinéma), étaient limitrophes de la ville. Ils se situaient de l’autre côté de la Seine, à l’amorce du pont d’Issy (ex-Peupliers), démolis dans les années quatre-vingt-dix et remplacé par Canal+. 

Mais elle n’était pas en reste avec, sur son territoire, les laboratoires cinématographiques Vitfer  installés depuis 1965 au 20 bis, avenue Bourgain et 45 bis, avenue Victor-Cresson,  aujourd'hui disparus, mais salués dans le Point d'Appui de l'époque (ci-dessous).

Point d'Appui. © M. Julien

Il existait aussi une société d’éclairage qui se trouvait au début de la rue de Vanves et qui a, maintenant, déménagé. Issy a abrité, aussi, dans ce qui est maintenant  le campus de la faculté de Droit (rue Gabriel Péri), la société Duran Dubois spécialisée dans les trucages numériques (les Guignols de l'infoAstérixles Visiteurs) jusqu'à sa liquidation judiciaire en 2011.

Marco Perrin, l'Armée des ombres. © M. Julien
La ville a hébergé deux chefs opérateurs (directeur de la photographie), Roger Fellous [1919-2006] (Le Passage du Rhin…) et Guy Delattre [1931-2015] (L’Année dernière à Marienbad). Sans oublier un comédien de second rôle qui a beaucoup tourné, dans les années soixante-dix, Marco Perrin (1927-2014), que l'on peut voir (ci-dessus à gauche) dans l'Armée des ombres.

L’on ne peut pas dire qu’Issy soit une ville cinégénique. Malgré cela, quelques scènes de films y ont été tournées, malheureusement, très courtes. Quelques images d’endroits qui passent inaperçus sauf pour un œil exercé ou pour une personne du quartier concerné qui réagit à la vision fugitive d’un endroit qu’il reconnaît. Ces scènes auraient pu être filmées en studio ou dans une autre ville sans que l’on puisse faire référence à un lieu quelconque.

Aquarelle de René-Georges Gautier. © XDR

La palme de la séquence la plus longue (4’41) concernant un lieu emblématique de la ville a été tournée à l’hôpital Corentin-Celton dans Autour de minuit de Bertrand Tavernier. Le plus ancien film, réalisé en 1933, est La tête d'un homme de Julien Duvivier avec Harry Baur (commissaire Maigret), Valéry Inkijinoff et Alexandre Rignault, dont certaines scènes se passent sur les quais Roosevelt et Bataille de Stalingrad. 

Notre ville sera divisée en plusieurs secteurs géographiques, dans lesquels vous pourrez découvrir les films qui y ont été tournés. Rendez-vous le 7 novembre, 18h,  direction le Centre-Ville avec Gibier de potence, Didier, Un Drôle de paroissien et bien d'autres encore.                           

Michel Julien.


Aucun commentaire: