4 juin 2021

Il y a 60 ans, la catastrophe de Clamart et… d'Issy

Après Fréjus en 1959, Agadir en 1960, Issy et Clamart vécurent leurs heures sombres ce 1er juin 1961 , une catastrophe que nous avons déjà évoquée : 
http://www.historim.fr/2011/05/1er-juin-1961-catastrophe-de-clamart-et.html

Retour sur les événements

De l’autre côté du Tir au pigeon, sous le stade se produisit un fontis qui provoqua un affaissement brutal et soudain de celui-ci comme une explosion souterraine. Un pilier de soutènement miné par les intempéries venait de lâcher. Il était 10 h 45. La secousse fut ressentie aux alentours. 20 minutes plus tard, une deuxième explosion suivie d’une troisième ouvrirent des lézardes où des pavillons furent ou engloutis ou éventrés. 
Ce fut les dernières explosions les plus meurtrières. Celles-ci étaient dues au gaz qui s’était répandu dans les carrières après la rupture de leurs canalisations suite au premier séisme.


Des photos témoignages

Sur Clamart, les rues du Général-de-Négrier, Georges-Leblanc et  Antoine-Courbarien (partie haute) furent les plus touchées. La fabrique de carrelage « Bacle et Moulin » avait cessé d’exister. Ce fut dans ce quadrilatère que l’on releva les 21 victimes.
Sur Issy, la partie sud de la rue Honoré-Fragonard avait été touchée. Par précaution, on avait fait évacuer des immeubles du boulevard Rodin.

Rue Antoine-Courbarien, juin 1961, © Paris-Match

Par la suite, toutes les maisons furent rasées et les rues remises en état. Jusqu’en 1974, le quartier n’était qu’un désert. N’émergeait qu’une partie de l’enceinte de ce qui fut les carrelages Bacle et Moulin, puis tout le lieu du drame disparut dans la construction de la ZAC Rodin. Il ne reste, maintenant, pour se rappeler, que l’amorce de la rue du Général-de-Négrier, avec sa plaque (ci-dessous à droite).

Rue Antoine-Courbarien, juin 2021. © M. Julien

Issy n’eut pas à déplorer de victimes mais des habitations furent rasées et les stades (foot et tennis) impraticables (photo ci-dessous). Toute la zone fut interdite, avant d'être reconstruite. Michel Julien

Juillet 1961, l'emplacement du stade. © J. Cauchois
coll. personnelle

Aucun commentaire: