19 avril 2012

La Galerie d'histoire de la ville d'Issy-les-Moulineaux


Nous savons tous la réputation du Musée de la carte à jouer, unique en France. Mais combien d'Isséens connaissent l'existence de la Galerie d'histoire de la ville, installée dans ce qui reste de l'ancien château des Conti (voir Patrimoine) ! C'est pourquoi Historim a décidé de régulièrement vous faire découvrir les richesses que recèle ce musée d'histoire : expositions temporaires, archives, pièces de collection.


Nous commencerons par l'exposition présentée du 18 avril au 22 juillet 2012 :  « Les nouvelles couleurs de l’industrie », qui conjugue plusieurs thèmes voisins à travers les trois parties qui la composent.

1. des photographies de sites industriels repérés à travers le monde (ports des Pays-Bas et de Lituanie, chemins de fer de Bosnie et des États-Unis, usine de construction mécanique chinoise, etc.), dont l’auteur, Alain Pras, s’applique par son regard à faire ressortir toute l’esthétique fonctionnelle.

2. un reportage photographique (par un photographe isséen, Thierry Dehesdin) sur « l’un des derniers lieux témoignant du passé industriel d’Issy-les-Moulineaux » : l’usine de la TIRU (Traitement Industriel des Résidus Urbains) implantée depuis plus d’un siècle sur les bords de la Seine, 

Salle d'exposition des photos d'Alain Pras.

3. une évocation de l’ère industrielle à Issy-les-Moulineaux qui prend naissance dès 1820-30. Issy-les-Moulineaux, en effet, favorisée par sa situation géographique à proximité de Paris et en bordure d’un fleuve, a longtemps été le centre d’un pôle industriel qui s’étendait jusqu’au Bas-Meudon et Billancourt (voir Industries). 

Pointeuse de la Société française de Munitions (ex Gévelot) , milieu XXe siècle.


Edmond Foucher-Lepelletier
(1809-1899), industriel,
propriétaire de la
Manufacture de Javel.
Le long de la Seine, les usines formaient un ruban dense et ininterrompu qui, après l’implantation des avionneurs au début du XXe siècle, se prolongea tout autour du nouveau terrain d’aviation. Des activités traditionnelles, comme les blanchisseries et les carrières, y côtoyaient des établissements de construction électrique et de métallurgie très caractéristiques du secteur secondaire, mais aussi des entreprises plus atypiques à l’exemple de la Manufacture de Tabacs. Dans les années 1950, on a pu compter jusqu’à une cinquantaine de cheminées d’usine dans la plaine d’Issy ! 
Remise de la Légion d'honneur à Foucher-Lepelletier, le 15 avril 1851 (L. Tabar, huile sur toile, 1852).
Texte de Florian Goutagneux, conservateur de la Galerie d'histoire de la ville. Photos A. Bétry, Collection Musée français de la Carte à jouer et Galerie d'histoire de la ville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire