6 mai 2012

8 mai 1945. La victoire - Célébration à Issy

Le RMT dans les rues d'Issy, chaque 8 mai. © A. Bétry


Cette date marque la capitulation allemande après six années de guerre. C’est à Reims que l’acte est signé, les combats devant cesser le 8 mai à 23h 01. La nouvelle est officiellement communiquée le 8 mai à 15 h. Les journaux français, britanniques (à droite) et soviétique (ci-dessous) annoncent la nouvelle. A 0h 16 le lendemain, à Berlin, les Soviétiques maîtres de la ville depuis le 2 mai, en la présence 
du général de Lattre de Tassigny, enregistrent et signent l’acte de capitulation sans condition de l’ennemi. Des poches de résistance subsistent encore après cette reddition à Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire.

Jusqu’en 1958, le 8 mai est jour férié, mais afin d’alléger le nombre de jours fériés il est décidé que la célébration se ferait le deuxième dimanche du mois de mai.
En 1965, 20e anniversaire de la victoire, le 8 mai est exceptionnellement déclaré férié.
Jusqu’en 1981, une célébration en fin de journée fait office de commémoration.
Par la loi du 23 septembre 1981, François Mitterrand rétablit et le jour férié et la commémoration. Depuis, le 8 mai est jour férié et reconnu comme fête nationale.

A Issy-les-Moulineaux, la journée est marquée par la présence du RMT, Régiment de Marche du Tchad, unité filleule de notre cité (voir rubrique Actualités). La présence du drapeau et sa garde signifie que le colonel commandant l’unité est présent. Un détachement du 2e Régiment d’infanterie de la Garde républicaine (également unité filleule) défile ce même jour. Illustre unité au passé glorieux, elle appartient à la 2e D.B. du général Leclerc durant la Deuxième Guerre mondiale.

8 mai 2011, André Santini, la Générale Valérie André, le général Glavany, M. Gouzel.
 © A.Bétry.

Le RMT est depuis juillet 2010 installé à Meyenheim (68) en Alsace. Il a participé en 2009 à l'évaluation technique du système FÉLIN (fantassin à équipement et liaisons intégrées) ci-dessous, et depuis 2011 il est doté du nouveau véhicule blindé de combat de l'infanterie (VBCI). 


© A. Bétry
Pour en savoir plus :

Ce même 8 mai 1945, une sévère répression sévit en Algérie à Sétif, Guelma, Kherrata et dans tout le Constantinois. Pour la première fois un drapeau vert et blanc est sorti au cours de la célébration de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le 1er novembre 1954, jour de la Toussaint, avec l’assassinat d’un couple d’enseignants, la rébellion reprend ; ce qui deviendra la Guerre d’Algérie et l’accession à l’indépendance du pays durera jusqu’en mars 1962. A. Bétry




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire