5 octobre 2017

Richard Calmel, homme de cœur, homme d'action

Richard Calmel, ancien maire-adjoint aux sports, à la jeunesse, aux associations, aux fêtes et animations et à l’office du tourisme de 1983 à 1995 et médiateur de la ville depuis 2014, est décédé le 26 juillet 2017 à l’âge de 70 ans.
Historim lui rend hommage.

Richard Calmel

Richard Calmel est né en 1947 à Talence en Gironde. Son père, Jean Calmel, était une personnalité : ancien pilote de bombardier lourd Halifax dans la Royal Air Force durant la guerre (Pilotes de nuit , éd. La Table Ronde, 1952) puis ayant mené une carrière brillante dans l’Armée de l’air et à l’OTAN, jusqu’au poste de major général, n°2 de l’Armée de l’air de 1965 à 1967. Grand officier de la Légion d’honneur.



L’aventurier

Richard Calmel suit des études à Paris, notamment au lycée Janson de Sailly, avant de s’orienter en 1965 vers le monde maritime en suivant la formation d’officier de la marine marchande à l’école nationale du Havre (« Hydro »), ce qui lui donne l’occasion de faire trois tours du monde en 1966-67.

« Pilotin pont » (élève officier) sur les cargos des Chargeurs Réunis , il traverse les océans, passe le canal de Panama et découvre les ports des USA, d’Asie et d’Europe du nord. Son ami René confirme qu’il se signale déjà comme un camarade enjoué et plein d’entrain (ci-contre).

En 1968, il effectue logiquement son service militaire dans la Marine, comme quartier-maître chef (ci-contre), participant à la « protection » de la rade de Saint Tropez sur le lance-torpille l'Intrépide. Consigné à bord, il ne « fait » pas mai 68 à Paris.

Le militant 

Richard Calmel entre en 1969 chez IBM comme cadre commercial et manager. Mais, en parallèle à son activité professionnelle déjà très intense et à des postes importants, il est attiré par la vie politique et rejoint les Républicains Indépendants. Il découvre l’action militante en participant activement à la campagne d’Alain Madelin à Issy pour les législatives de mars 1973 puis à la campagne présidentielle de 1974. Il ne cessera plus de militer pour ses idées et ses valeurs (ci-dessous). 

Il se signale vite par une capacité à mener de front sa vie familiale et ses multiples activités, professionnelles, militantes et sportives. Homme de contact et de convivialité, il participe aussi bien à l’élaboration des programmes électoraux qu’à la campagne sur le terrain. Pour lui le militantisme, c’est aussi l’amitié et les rencontres, le casse-croûte amical après les distributions de tracts sur les marchés ou les collages nocturnes d’affiches.


L’élu local
Richard Calmel  participe à la campagne des municipales de 1977 et intègre l’équipe municipale comme conseiller délégué aux sports. L’expérience s’avère très concluante et, à la suite des municipales de 1983, élu cette fois sous l’étiquette du Parti Républicain, il se voit proposer un poste de maire-adjoint, avec une très importante délégation aux sports, à la jeunesse, aux associations, aux fêtes et animations et à l’office du tourisme (à noter que sa délégation sera scindée entre 3 maires adjoints à son départ en 1995 !). Il a à cœur de développer le CLAVIM, tout juste créé en 1982, et notamment son volet prévention jeunesse.

Années 1980. Jumelage sportif avec Weiden

Le challenge est d’importance et il se donne à fond, comme dans tout ce qu’il entreprend. Toujours actif, positif, diplomate, il fait face aux multiples obligations quotidiennes de sa délégation, week-ends compris avec les continuelles réunions, rencontres sportives ou fêtes d’associations. Il organise bien sûr les grandes « parades » traditionnelles, mais surtout créé de nouvelles fêtes sur l’île Saint Germain, notamment les Jeux sans frontières, les Intervilles d’Issy-les-Moulineaux et les fêtes de l’été. 

1986. La fête de l'été.

Il fait venir à Issy les championnats du monde de natation synchronisée ainsi que les prologues de grandes courses cyclistes (Paris-Nice, tour de France). Il fait évoluer le « cross de Noël » en « corrida de Noël », qui va devenir peu à peu la course internationale renommée que l’on connaît aujourd’hui. Il développe dans les années 1980 le volet sportif du jumelage créé en 1954 avec la ville de Weiden. Et tout cela, avec le soutien constant de son épouse Betty qui, sans compter, travaille dans l’ombre, essentielle dans la réussite de tout ce que Richard Calmel entreprend.

L’entrepreneur 

En 1989, il entame son troisième mandat au sein du conseil municipal. Son activité professionnelle évolue en 1991, lorsque IBM se sépare de sa division Impression au profit de Lexmark, dont Richard Calmel va diriger désormais la division grand public France. 

En 1995, à la fin de son troisième mandat, il souhaite passer la main à d’autres Isséens membres du Parti Républicain, d’autant qu’un nouveau projet se profile pour lui : créer son entreprise.
L’opportunité se présente en 1999, lorsque Lexmark décide de sous-traiter son activité merchandising en France. Richard Calmel se lance dans l’aventure avec sa société Avantage France, devenue ensuite Alinéa Europe, spécialisée dans la formation et l’encadrement de forces de vente d’appoint au profit des entreprises.


En 2010, il est fait chevalier de l’Ordre national du mérite (ci-dessus). Cette même année, il vend sa société, mais le mot « retraite » n’étant pas dans son vocabulaire, il accepte en 2014 la mission de médiateur de la ville, où il met son réseau et son professionnalisme une nouvelle fois au service des Isséens.

Il décède brutalement le 26 juillet 2017, à l’âge de 70 ans

Remerciements à Mmes Suzanne Calmel et Betty Calmel, MM René Brillet, Guy Duval, Gérard Martin, Jacques Primault et Jean-Marc Szmaragd, 

A noter que la plaquette « Enfance et jeunesse » 2017-2018, du CLAVIM, lui est dédiée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire