11 juillet 2012

Arméniens et Justes à la fois

Le 5 juillet dernier, au Mémorial de la Shoah à Paris, en présence d’une nombreuse assemblée civile militaire et religieuse, s’est déroulée une émouvante cérémonie à la mémoire des Arméniens Justes parmi les Nations qui pendant la Seconde guerre mondiale ont sauvé des familles juives, leur évitant ainsi la déportation et la mort.

L'allocution d'Antoine Bagdikian. Au premier rang,
Arsène Tchakarian au côté d'Alfred-François Beurkdjian, décoré de la médaille des Justes parmi les Nations pour son héroïsme, alors qu'il n'était âgé que de 10 ans, et pour ses parents aujourd'hui décédés. © A. Bétry

Antoine Bagdikian, président de l’ANACRA (Association Nationale des Anciens Combattants et Résistants arméniens), souligne la mémoire des génocides subis par les deux communautés : le premier perpétré en 1915 par les Turcs, qui fit 1 500 000 victimes (voir Histoire-dates), et le second qui a coûté la vie à 6 000 000 de juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Arsène Tchakarian, le dernier survivant du Groupe Manouchian, (leur chef Missak Manouchian est fusillé le 21 février 1944 au Mont Valérien avec 22 de ses compagnons dont 10 étaient juifs) est présent. Rappelons que l'avant-dernier survivant, Henri Karayan, a été enterré le 8 novembre 2011 au cimetière d'Issy-les-Moulineaux, siège d'une grosse communauté arménienne. Texte A. Bétry


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire