16 juillet 2012

Les Tilleuls de Matisse

« Je me souviens de deux tilleuls qui étaient de chaque côté de la porte de ma propriété » d’Issy et qu’on avait laisser pousser depuis cinquante ans, leur naissance, sans les élaguer ». Henri Matisse dans une lettre non datée à son ami André Rouveyre (in Peter Kropmanns, Matisse à Issy. L’atelier dans la verdure. L’Arche, 2010 ou Vincent Van Gogh, Lettres à Théo, textes +dossier, Folioplus classiques, 2005).

Juin 2012, les tilleuls continuent de fleurir à l'entrée de la maison.
Ils n'ont toujours pas été élagués.

En 1909, Matisse dont l’atelier est installé boulevard des Invalides à Paris, est contraint de quitter les lieux qui devaient être vendus. Il recherche alors une maison et un jardin qu’il loue à Issy-les-Moulineaux, route de Clamart (92 avenue du général de Gaulle). L’artiste est séduit par la taille de la maison bourgeoise pour l’abriter ainsi que sa famille, la possibilité de louer un terrain attenant avec une entrée rue Baudin. En outre, la proximité de la gare de Clamart sur une ligne desservie par la gare Montparnasse est un élément essentiel car amis et clients peuvent ainsi venir aisément. (Voir l'article sur Matisse à Issy dans la rubrique Histoire-personnages).

L’été même, il se fait construire un atelier de 100 mètres carrés car il est en pleine création de La Danse pour un riche amateur russe. Par la suite, Matisse s’inspire du cadre bucolique pour peindre par exemple L’Atelier rose, en 1911, ou Le Jardin à Issy, en 1917.
Dès 1912, Matisse achète les deux parcelles puis revient à Paris en 1914 lorsque la maison est réquisitionnée par l’armée. Il la récupère assez vite mais passe de moins en moins les hivers dans sa demeure isséenne. Il n’ y revient qu’épisodiquement à la belle saison jusqu’à ses dernières toiles in situ en 1919. Depuis, la propriété est toujours restée dans la famille Matisse. P. Maestracci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire