7 octobre 2012

Années 1920, Issy à travers le journal Vanves-Malakoff

Le journal Vanves-Malakoff,  créé par M. Valery Liorel, a été édité durant une trentaine d'années, du début des années 1910 jusqu'à la fin des années 1930. Comme son nom ne l'indique pas, il couvrait également les villes d'Issy-les-Moulineaux, de Clamart, de Châtillon et de Montrouge. Ses bureaux étaient installés à Vanves, 8 rue Diderot. Le secrétaire de rédaction était dans les années 1920 Henri Liorel. La ville de Vanves détient une partie des éditions reliées (1921 à 1935), qui constituent une mine exceptionnelle d'informations sur la vie quotidienne à Issy et dont des extraits sont repris dans cette chronique


En 1920, plus de vingt ans après sa création, l'association l'Intime, née en 1899, est toujours un acteur majeur de la vie locale, comme le rapporte le journal dans son édition du samedi 8 janvier 1921 à propos d'un spectacle donné dans « la salle des fêtes de la mairie ». C'est encore la période des Fêtes, et tout est « amusant », « charmant » et « excellent ». Quelle époque !

« Le concert donné par la société lyrique l'Intime le 18 décembre dernier [1920] obtint un succès mérité. Outre les chanteurs habituels, dont M. Cabaret, toujours dévoué à notre société, on eut le plaisir d'entendre Mlle Zimmermann, Mlle Rosette, amusante bambine de 6 ans, et les excellents chanteurs Frioll et Mariaud. N'oublions pas de mentionner les 2 pièces Le cousin riche, charmante comédie et Octavie, spirituel et amusant sketch, qui obtinrent un beau succès. Quant à nos braves “Pompiers de Tagnie” et à leur fidèle bourricot, ils déchaînèrent l'hilarité dans la salle. L'orchestre, toujours excellent, était dirigé par M. Brun.  Une quête faite au profit du Monument aux morts a rapporté la somme de 103 fr. Le prochain bal de l’Intime aura lieu le 22 janvier. » 

Peu de temps après, l’Intime propose dès le 2 mars un grand bal masqué puis les 23 et 24 avril un spectacle intitulé Autant Issy qu’ailleurs. Commentaire du journal : « Cette revue est pleine d’esprit et d’humour, de cet esprit bien parisien qui égratigne sans faire de mal et qui a fait dire à juste titre : Il n’est de bec que Paris. La revue s’annonce comme un gros succès. Il est prudent de retenir dès maintenant ses places. Participation aux frais : 3 fr. On trouve des billets chez M. Chapelle, concierge de la mairie. » 

Les tableaux évoquent des sujets sans doute bien connus des Isséens : les baraques (celles de l’île ?), les pensionnaires des Petits Ménages (Maison qui dépendait de l’hôpital, à droite), la vie trop chère, la crise du logement (déjà !) ou les agents d’Issy (trop de verbalisations ?). A l’acte 2 « Issy rit », le tableau de science-fiction (« Cinq minutes en 1980 ») évoquait-il l’arrivée d’un nouveau maire à Issy ? Nous ne le saurons jamais. A suivre. 

Historim remercie vivement pour son accueil M. Bruno N'Guyen, responsable du service Archives - Documentation de la mairie de Vanves.  J.P.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire