3 octobre 2012

Le château des Conti au Musée d'Issy

Les archives du Centre de documentation de la Galerie d'histoire de la ville, au Musée de la Carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux, permettent de retracer l’histoire du château des Conti depuis le XVIIe siècle. Une maquette du domaine (ci-dessous) permet de se rendre compte de l'étendue de la propriété.

Des jardins dessinés par Le Nôtre qui s'étendaient jusqu'à l'actuel parc Henri Barbusse,
inauguré le dimanche 5 juillet 1936. © A. Bétry

A la mort de la reine Margot (voir Histoire-Personnage), en 1615, le domaine qu’elle s’est créée fut divisé en deux. Une partie, acquise ultérieurement par les prêtres de Saint-Sulpice deviendra le séminaire, et l’autre (le petit Olympe) sera réunie en 1660 par le financier Bertrand de la Bazinière, à la propriété voisine (la Chatellenie de Villepreux) pour constituer un nouveau domaine.
En 1681, le nouveau propriétaire des lieux, Denis Talon, conseiller du roi et premier avocat général au Parlement, fait construire un nouveau château dont les plans sont confiés à l’architecte Pierre Bullet (auteur de la Porte Saint Martin à Paris), et l’aménagement des jardins à André Le Nostre.
Après la mort de Denis Tallon (2 mars 1698), François-Louis de Bourbon prince de Conti rachète le domaine le 20 janvier 1699, qu’il agrandit et embellit jusqu’à sa mort en 1709. Il dote en particulier le château d’une façade à péristyle composé de colonnes doriques et fait construire pour son fils Louis Armand II un bâtiment séparé qu’on appela le petit château ou pavillon des bains. C’est dans ce domaine qu’en 1716 sa veuve, Marie-Thérèse, donna une très brillante fête en l’honneur de la duchesse de Berry.

L'entrée. La Galerie d'histoire de la Ville est aujourd'hui
installée dans la partie gauche, avec la tourelle. © A. Bétry.
Le château resta dans la famille des Bourbon-Conti jusqu’en 1776, date à laquelle le dernier descendant Louis François Joseph de Bourbon-Conti décide de vendre tous les biens qu’il possède à Issy. Le château devient la propriété d’Adrien Jules Gaultier Designy, président de la seconde chambre des requêtes du Palais. Ce dernier n’en profita que peu de temps et cède en 1782 la propriété à la princesse de Chimay. Celle-ci est arrêtée le 3 brumaire An II (24 octobre 1793) par les sans culottes parisiens et guillotinée le 8 thermidor (veille de la chute de Robespierre). C'est le début de la déchéance de l’ancien domaine des Conti, qui se poursuivra durant tout le XIXe siècle.
La tourmente révolutionnaire passée, l’ensemble est acquis en mars 1809 par la famille du comte de l’Espine puis, en 1857, par le Comptoir central de Crédit qui entreprend une opération de lotissement sur une grande partie de la propriété.
Pendant la guerre de 1870 (voir la Commune de Paris), ce qui reste du domaine est occupé par les troupes françaises défendant Paris. Le lieutenant-colonel commandant le régiment, le futur général Boulanger, s’installe dans le château. Mais ce sont, en fait, les canonniers de la Commune qui, le 4 mai 1871, y mettent le feu. Rien ne pourra être sauvé de l’incendie ! 

Parc Henri Barbusse.  © A. Bétry.
Les ruines du château vont rester longtemps à l’abandon avant d’être livrées aux démolisseurs en 1910. C’est alors que Auguste Rodin (voir Patrimoine) rachète certains fragments architecturaux (fronton et colonnes) qu’il fait remonter dans sa villa des Brillants à Meudon. C’est dans les communs, édifiés à la fin du XVIIIe siècle, derniers vestiges survivants du château - avec le magnifique bassin (ci-contre) dans le parc Henri Barbusse -, qu'est créé le musée de la Ville d’Issy. Denis Hussenot

Pour en savoir plus :
http://www.dailymotion.com/video/xet8d6_patrimoine-d-issy-zoom-sur-le-chate_lifestyle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire