26 janvier 2013

Janvier 1910, l'inondation du siècle touche Issy

Le 26 janvier 1910, l'eau monte toujours à Paris et dans sa proche banlieue… Les progrès de la technologie ont permis de conserver de nombreux témoignages cinématographiques et photographiques de cette catastrophe. Les quelques photos utilisées ici sont à retrouver sur le site "le fil du temps", mis en place depuis quelques années par des collectionneurs passionnés : http://lefildutemps.free.fr/crue_1910/banlieue_92.htm#moulineaux


On rame Boulevard du Point du Jour (actuel boulevard Galliéni)

Cette crue exceptionnelle ne fut pas la première, loin de là. Tout au long du Moyen Âge, la Seine se montre capricieuse, noyant les champs, emportant les ponts. En voici quelques récits livrés par des chroniqueurs de l'époque.
1119 - "Les Parisiens virent des gouffres énormes que les fureurs de la Seine débordée creusèrent dans les demeures et leurs maisons".
1196 - "Il y eut des débordements de la Seine qui submergèrent, dans plusieurs endroits, des villages entiers avec leurs habitants, et rompirent les ponts de la Seine".
1296 - "C'était un spectacle navrant de voir à l'approche des tempêtes et débâcles mille à douze cents familles se sauver  emportant leurs meubles les plus précieux dans la crainte de voir s'effondrer leurs cases dans la rivière courroucée".

Les siècles passent et rien ne change. La Seine franchit le niveau des 8,81 mètres au pont de la Tournelle, en 1658 ; 7,91 mètres, toujours au pont de la Tournelle, en 1740… pour atteindre le 28 janvier 1910 au pont d'Austerlitz la cote jamais atteinte de 8,62 mètres.

Maison de Retraite des Petits Ménages.
Les eaux recouvrent les quartiers de Bercy et d'Austerlitz, tout le quartier de l'Alma, s'étendent de la Bastille aux Champs-Elysées et, sur la rive gauche, engloutissent le Quartier latin jusqu'au champ de Mars, envahissent totalement la plaine de Grenelle et une partie d'Issy. Il faudra attendre le 16 mars pour que la Seine retourne dans son lit, et le 4 avril pour que le métro refonctionne.
L'usine Gévelot dont on distingue le porche (à droite)
A Issy, l'eau submerge totalement l'île Saint-Germain et le magasin des Subsistances militaires,  la Blanchisserie de Grenelle et l'usine Gévelot, l'avenue de la République, le boulevard du Point du Jour (boulevard Galliéni), les Petits Ménages à Corentin Celton…
La vie est totalement désorganisée. Les cultures maraîchères sont noyées, l'aérodrome et le champ de Manœuvre inutilisables. Les sans-abris nombreux.
C'est alors que s'organisent les Camelots du Roi, une association royaliste créée deux ans plus tôt. Dans toute la région parisienne, ils apportent aide et soutien à la population. Dans notre commune, par exemple, ils mettent en place une soupe populaire et servent 1000 repas par jour pendant 15 jours, apportant une aide régulière à 172 familles dans le besoin (soit 822 personnes). Les Restos du Cœur avant l'heure ! PCB

Voici aujourd'hui ce qui se passerait dans les Hauts de Seine si une telle inondation venait à se produire : http://video.cityvox.fr/video/iLyROoafIiVB.html



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire