24 novembre 2013

De la synagogue d'Issy à Nahariya


© Alain Bétry
24 novembre 2013. Jubilé du rabbin Albert Abraham Nakache (au centre) à la synagogue d'Issy-les-Moulineaux. Les trois vitraux de gauche viennent d'être dévoilés. © A. Bétry

Un certain nombre d'entre nous ont eu la chance de pouvoir assister ce 24 novembre 2013 au jubilé du rabbin Albert Abraham Nakache, à l'inauguration de trois nouveaux vitraux de la synagogue d'Issy-les-Moulineaux et à un concert de musique juive. Un moment fort et une découverte pour qui n'est pas au fait des cérémonies juives.


© Alain Bétry
M. André Santini remettant la médaille
de la ville au rabbin Nakache. © A. Bétry
Le député-maire André Santini, ami de longue date du rabbin, se faisait un plaisir de lui remettre la médaille de la ville (à gauche).
Les trois nouveaux vitraux, offerts par des familles isséennes, étaient tour à tour dévoilés. Réalisés par Elisabeth Brenas-Pech, artiste peintre verrier, ils représentent Pourim (fête commémorant les événements relatés dans le livre d'Esther), Hanouka (la fête des lumières) et Chabbat (le jour du repos).
Au programme du concert, dont il faut saluer la voix exceptionnelle d'Adolphe Attia, des chants liturgiques, de toute beauté.

L'occasion pour Historim de vous faire découvrir notre ville jumelle Nahariya, ravissante station balnéaire en Galilée. Son nom vient du mot Nahar qui signifie rivière en arabe et en hébreu - la rivière Gaaton partage la cité en deux.

Monument aux immigrants, Nahariya. XDR
Elle fut fondée par des émigrants allemands dans les années 1930. Deux familles s'y installèrent définitivement le 10 février 1935, journée dès lors considérée comme la date officielle de la création. Un monument aux immigrants (à droite) se dresse en bordure de mer. Parmi les vestiges historiques proches de la ville, les mosaïques d'une église byzantine du VIe siècle, à Shavei Tsion, sont remarquablement conservées.
C'est en juin 1994, à Nahariya,  que le député-maire André Santini prononce ce discours : "Le jumelage entre la ville de Nahariya et la ville d’Issy-les-Moulineaux est, dans notre esprit, un véritable serment d’amitié, entre nos deux cités fières, de leur passé et confiantes dans leur avenir, entre deux peuples aussi audacieux et courageux, qui ont laissé dans l’histoire de notre civilisation des traces indélébiles". Dorénavant, une rue de la ville israélienne porte le nom d'Issy-les-Moulineaux (ci-dessous). PCB

Notre ville présente à Nahariya. ©XDR


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire