4 janvier 2017

Réponse - À qui appartient ce soulier ?



Vous avez trouvé ! Ce soulier est celui du roi de cœur, une peinture murale (ci-dessous) située sur  l’immeuble du 59 de la rue du Général Leclerc. Cette peinture date de 1986, il y a donc trente ans que ce roi de jeu de cartes attire l’attention sur le tout proche Musée Français de la Carte à Jouer, rue Auguste Gervais. 

Mur peint, 59 rue du Général Leclerc, Issy-les-Moulineaux. © P. Maestracci.

Description : La figure est découpée en neuf morceaux présentant un personnage les bras levés. Son costume en forme de tabard (cotte des hérauts d’armes) est orné du côté droit par des cœurs et du côté gauche par les armoiries de la commune (un avion et des moulins à vent). La couronne en revanche fort discrète se fait bandeau.

L'artiste : Cette peinture murale est la reproduction de la peinture de Jacques Auriac, surtout connu pour ses affiches. Né à Paris en 1922, il meurt en 2003 dans la Manche où il résidait depuis plusieurs années. Cet artiste sortit de l’école des Beaux-Arts de Paris en 1943. Son premier projet d’affiche date de 1950 pour une exposition des Chambres de Métier à Paris. Il travaille ensuite pour la SNCF, certains ministères, en particulier pour la lutte contre le tabagisme. Il symbolise pour Larousse les pages d’un livre disposées en demi-cercle. Pour Bally, il superpose des lignes colorées suggérant une chaussure en mouvement, donc en marche.
En 1986, Jacques Auriac est Isséen ; il habite sur la même avenue que Matisse en son temps. Il peint ce roi de cœur pour le Musée Français de la Carte à Jouer ainsi qu’un jeu de cartes et une affiche. Le musée lui consacra une belle exposition en 2000 et une autre en 2007.
Jacques Auriac reçut de nombreux hommages : deux fois la médaille d’or de la Meilleure affiche, le Grand Prix national de l’Affiche. Ses œuvres ont été exposées à Paris (Musée des Arts Décoratifs) ainsi qu’à l’étranger.
Un grand merci à Lydia qui a eu la gentillesse de me prêter sa précieuse documentation pour ce Nez en l’air. P. Maestracci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire