3 février 2018

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris… et Issy

Dans Notre-Dame de Paris, publié en 1831, Victor Hugo qui connaît bien Issy puisqu’il s’y rendait pour conter fleurette à la belle Adèle, dans une maison située au 15 bis rue Auguste Gervais, évoque deux fois Issy dans son ouvrage.

L'écrivain, à l'entrée du collège Victor-Hugo
d'Issy-les-Moulineaux. © A. Bétry

La première fois dans son livre Troisième, 
chapitre « Paris à vol d’oiseau », Victor Hugo décrit le Paris du XVe siècle.

« Au centre, l’île de la Cité, ressemblant par sa forme à une énorme tortue… A gauche, le trapèze monolithe, ferme, dense, serré hérissé, de l’Université. A droite, le vaste demi-cercle de la Ville… Tout au travers, la Seine, "la nourricière Seine", obstruée d’îles, de ponts et de bateaux. Tout autour, une plaine immense, rapiécée de mille sortes de cultures, semée de beaux villages ; à gauche, Issy, Vanves, Vaugirard, Montrouge… Voilà le Paris que voyaient du haut des tours de Notre-Dame les corbeaux qui vivaient en 1482 ».


Puis au livre Neuvième, dans le chapitre « Fièvre ».

« Sur le pont Saint-Michel, il y avait une lumière à une fenêtre d’un rez-de-chaussée… Près de la lampe, il y avait une vieille femme qui filait et qui chantait d’une voix chevrotante :

Grève, aboye, Grève, grouille !
File, file ma quenouille,
File sa corde au bourreau
Qui siffle dans le préau.
Grève, aboye, Grève, grouille !

Le belle corde de chanvre !
Semez d’Issy jusqu’à Vanvre
Du chanvre et non pas du blé.
Le voleur n’a pas volé
La belle corde de chanvre ».


Le chanvre…  une des premières plantes domestiquées par l'homme, venue tout droit d'Asie, qui servait à confectionner, mélangée à du lin, les vêtements des grands de la Cour, poussait donc dans les champs d'Issy ! PCB


Retrouvez Victor Hugo sur le site d'Historim :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire