22 octobre 2018

Issy-les-Moulineaux : vernissage de l'exposition Jean-Baptiste Merlino

Jeudi 18 octobre 2018, 18 h… à l'Espace Icare, à Issy-les-Moulineaux

Le public se presse devant les aquarelles de Jean-Baptiste Merlino. © Michel Julien.

Les aquarelles de Jean-Baptiste Merlino ornent les murs du hall d’entrée de l’Espace Icare, boulevard Gambetta jusqu’au 26 octobre (http://espace-icare.net).

Le vernissage jeudi 18 octobre se fit en présence de M. André Santini, maire d’Issy-les-Moulineaux, de Mme Liadzé adjointe à la Culture mais aussi d’autres personnalités sans compter la famille de M. Merlino, les amis et les nombreux amateurs venus admirer les dizaines d’œuvres.
L’exposition, sous l’égide d’Historim, n’aurait pu se faire sans l’accueil chaleureux de M. Jean-Philippe Brun, directeur de l’Espace Icare, et celui de ses collaboratrices. L’idée en revient à l’Historimien Jacques, commissaire et installateur de l’exposition pour l’occasion. La préparation fut assurée par M. Merlino et son épouse pour nombre d’aspects pratiques.

Pascale au centre ; M. et Mme Merlino à gauche ;
M. le Maire André Santini à droite. © Michel Julien.
Les aquarelles de formats très variés ont été regroupées en quatre thèmes selon la volonté de l’artiste.
Les portraits sont dans leur grande majorité ceux de célébrités comme Jean Gabin que M. Merlino vit s’entraîner au tir dans son quartier, mais aussi un guitariste ou un beau modèle.
Les voyages intérieurs sont aquarellés sur des formats variés. Des miniatures font rêver de Paris, Rome, Venise etc. D’autres représentent des villages, des bords de mer…

Aquarelles sur la Rue de la Dé. © Michel Julien.
Le troisième thème a particulièrement ému certains visiteurs qui retrouvaient leur enfance ou celle de leur famille soit dans les vues de la rue de la Dé (ci-contre) soit dans les jeux d’enfants dans la rue . La pente et les escaliers entre autres favorisaient les glissades en tout genre. Cette rue de la Dé (Défense) entre le boulevard Rodin et la rue de l’Égalité jouit d’une atmosphère conviviale qui marque ceux qui y ont vécu, ceux qui vivent toujours dans le quartier ou ceux qui en gardent un souvenir ému. Le soir du vernissage, ceux de la Dé, regardaient les aquarelles, les commentaient avec animation…

Le dernier thème est celui de la Guerre d’Algérie ( 1954-1962 ) avec des personnages imposants tant civils que militaires. Ce dépaysement a marqué ce jeune appelé du contingent qui se retrouve dans un univers hostile mais avec aussi des camarades.

Rappelons que Jean-Baptiste Merlino est également l’auteur de deux livres portant sur deux périodes essentielles de sa vie présentes dans l’exposition. Le premier, Rue d’la Dé…illustré (2007, Éditions SIGEST  rend hommage à la rue de son enfance sur les hauteurs de la commune. Le second, J’ai besoin de vous dire, (plus récent) évoque son service militaire lors de la Guerre d’Algérie. Il a témoigné sur le site d’Historim en mars 2015. P. Maestracci

[Un grand, grand merci à nos Historimiens Pascale (la "responsable d'Historim pour cette soirée") Jacques (le "commissaire de l'exposition") et Michel (le "reporter-photographe"). PCB]


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire