10 novembre 2018

11 novembre 1918 - enfin la victoire !

Pendant que les villes de l'arrière s'organisent pour soigner les blessés, comme à Issy-les-Moulineaux dont vous découvrirez la vie de quatre autres hôpitaux, les combats continuent sur le front. Mais, depuis le mois de juillet 1918,  rien ne va plus pour les Allemands. Les Américains, entrés en guerre en 1917, sont en ordre de marche et viennent épauler les forces alliées.

Le général Foch (1851-1929), commandant en chef (à droite),  peut alors déclarer : "Paris dégagé, Soissons et Château-Thierry reconquis, plus de 200 villages libérés, 35 000 prisonniers allemands… Une manœuvre superbement exécutée par des chefs et des soldats incomparables" ! Le mois suivant, le 8 août, il est nommé maréchal.



L'armistice
L'empereur d'Allemagne Guillaume II abdique le 9 novembre. Les parlementaires allemands demandent la fin des combats.… Le 11 novembre, à 5h15 exactement du matin, l'armistice est signé dans la clairière de Rethondes entre le maréchal Foch et Mathias Erzberger, le représentant de l'Allemagne. Le Service historique de la Défense expose exceptionnellement le précieux document au Pavillon du roi, au cœur du château de Vincennes. (Jusqu'au 22 janvier 2019).
Le 11 novembre, vers 11 heures, les cloches sonnent dans tous les villages français annonçant la fin des combats. Mais les hôpitaux ne désemplissent pas, notamment à Issy-les-Moulineaux comme on l'a vu et comme on le verra.

11 novembre 1918, à  la sortie du train de l'état-major,
à  Rethondes. L'armistice vient d'être signé.
Le maréchal Foch est le 2e à partir de la droite. © XDR

La paix
La paix est signée le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Le bilan humain est lourd.


Monument de Sainte-Lucie, à Issy. © A. Bétry


Dans les années 1920-1925,
36 000 monuments aux morts sont élevés dans les communes à la mémoire des soldats tombés pour la France. Issy-les-Moulineaux en compte plusieurs, Comme celui de l'église Sainte-Lucie (ci-contre), dédié aux "soldats des Moulineaux, morts pour la France" en 14-18. On y découvre une femme en deuil avec deux enfants, devant une croix latine. Aux pieds de la petite fille, un casque…









Monuments aux morts de 14-18, cimetière communal d'Issy.  A. Bétry

Ou celui du cimetière communal, érigé en 1924 : "La ville d'Issy-les-Moulineaux aux victimes de la guerre 1914-18" (ci-contre).





Historim a organisé pour les Journées nationales de l'Archéologie 2018 deux parcours-découvertes des Monuments aux morts de notre commune. A revoir : http://www.historim.fr/2018/06/journees-nationales-de-larcheologie_14.html

Denis Hussenot
A suivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire