5 mai 2011

8 mai, honneur au Régiment de Marche du Tchad

Chaque année, pour le 8 mai 1945, la France célèbre la fin de la 2e Guerre mondiale. La ville d’Issy-les-Moulineaux, marraine d’une des plus prestigieuses unités de nos armées, le RMT, donne à cette journée un faste tout particulier. 

La cravate du drapeau du RMT porte la Croix de la Libération, attribuée le 12 juin 1945,
et la Croix de Guerre 1939-1945 avec 4 palmes. Photo prise à Issy en 2009.
 Petit historique de ce régiment légendaire.
Le 26 août 1940, le Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad (RTST) est la seule unité à rejoindre au complet la France Libre. Le 1er mars 1941, sous les ordres du colonel Leclerc, le RTST s’empare, en Libye, de l’oasis de Koufra tenue par les Italiens. C'est là qu'il fait son célèbre serment de Koufra : il s'engage à ne jamais déposer les armes avant que le drapeau français ne flotte sur Strasbourg. Héritier du RTST, le RMT créé en 1943 intègre la 2e DB (Division blindée) commandée par le légendaire Philippe de Hauteclocque, devenu général Leclerc. Comme le montre son drapeau (ci-dessus), le RMT a participé à toutes les campagnes et les combats conduits par son général, « cet homme qui peut être souvent si tyrannique est d’une bonté, d’une humanité, d’une élévation d’esprit qui dépasse toutes limites », témoigne son aide de camp le capitaine Christian Girard (in Leclerc, de Guy Perrier). A propos de sa 2e DB, le général dit : « Si certains de ceux qui m’ont connu me voyaient, moi un calotin, à la tête de ces rouges ! » Car la 2e DB est composée d’hommes d’horizons plus que divers. La 7e compagnie commandée par Dronne est presque totalement espagnole « la nueve ». L’objectif : assurer l’amalgame de ces diversités malgré les frictions entre gaullistes et légalistes.

La libération de la France
Les marsouins de Leclerc débarquent à Utah-Beach en Normandie, le 1er août 1944. Le RMT joue un rôle primordial dans les libérations d’Alençon, le 10 août. Le 24 août, vers 19h 30, au carrefour d’Antony, à 11 km de Paris, Leclerc, pressé d’atteindre Paris donne l’ordre au capitaine Dronne : « Filez immédiatement sur Paris, ne vous laissez pas arrêter, allez vite, arrivez ce soir. Prenez ce que vous voudrez, passez où vous voudrez. » A la tête de 130 hommes de la « nueve », Dronne arrive place de l’Hôtel de Ville à 21h 22. Le 25 août, place de l’Hôtel de Ville, c’est le fameux : « Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré… ! » de De Gaulle.


Libération de Strasbourg.
Monument Leclerc, à Strasbourg.
Le 23 novembre 1944, place Kléber, à Strasbourg, Leclerc proclame la victoire : « Habitants de Strasbourg, pendant cette lutte gigantesque de quatre années menée derrière le général de Gaulle, la flèche de votre cathédrale a été notre obsession. Nous avons juré d’y arborer à nouveau les couleurs nationales. C’est chose faite ».


 Fin novembre, la 2e DB de Leclerc et la 5e DB de Vernejoul cernent Colmar et attendent l’ordre du général de Lattre, devenu patron de la 1re Armée, de s'emparer de Colmar. Mais il leur faudra attendre  le 2 février 1945 seulement, après la dure bataille d’Alsace, au cours de laquelle les villes sont prises, perdues puis reprises, au prix de nombreuses victimes dans la population et dans les deux camps, que Colmar est enfin libérée. Puis c’est, enfin, sur la côte Ouest la réduction de la poche de Royan, du 15 au 17 avril. La division de Leclerc peut dès lors foncer en Allemagne, sur Salzbourg car le général  veut être le premier - avant les Américains - à Berchtesgaden. Le 5 mai 1945 le drapeau tricolore flotte sur le Berghof, le nid d’aigle d’Hitler.

Michel de Hauteclocque,
fils du général Leclerc,
le 8 mai 2008 à Issy.
Issy-les-Moulineaux et ses unités filleules.
Notre ville est la marraine de plusieurs unités militaires. Les voici présentées.
- Le régiment de Marche du Tchad, depuis 1995, basé à Colmar-Meyenheim, unité ayant été projetée par le passé dans les Balkans, au Tchad, en république de Côte d’Ivoire, en Afghanistan, au Liban - et dont on vient de rappeler les heures de gloire pendant la Deuxième Guerre mondiale ; 
- Le chasseur de mines tripartite « Andromède », depuis 1985, basé à Brest (voir rubrique Actualités) ;
- L’escadron d’hélicoptères 03.067 « Parisis », depuis 1990, stationné sur la base aérienne de Vélizy-Villacoublay ;
- Le 2e Régiment d’Infanterie de la Garde Républicaine, depuis 2000, ayant ses quartiers à Paris.

Texte et photos A. Bétry

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire