27 décembre 2013

Les mariés de la Belle Époque

Marie-Joseph et Jeanne M., les mariés de l'an 1907




Un samedi matin, le 10 avril 1907, Marie Joseph Georges M*,  « employé de chemin de fer », épouse Jeanne Andrée Désirée L* « sans profession ». 

La famille du marié
La mère du marié, Marie Marguerite, est l’une des rares survivantes de l’incendie du Bazar de la Charité à Paris, le 4 mai 1897. Elle tenait le stand 10, non loin de Sophie de Bavière, princesse d’Orléans ; cette sœur de Sissi périt dans l’infernal brasier. Madame M*, devenue veuve, travaille comme employée et héberge son fils à son domicile, 16 rue de la Plaine à Boulogne [-Billancourt].

Marie-Joseph M* est né en « Alsace-Lorraine », territoire de l’Empire allemand depuis 1871, ce qui explique que son acte de naissance ait dû être traduit en français. Il travaille au Chemin de fer. Rappelons à cette occasion que la première ligne électrifiée en France est la
Ligne Paris-Invalides/ gare des Moulineaux depuis 1900 !

La famille de la mariée
Jeanne L*, née vingt ans ans auparavant dans le Cher, est « sans profession » ; elle habite chez ses parents 4 rue Jeanne d’Arc. Son père Hippolyte a le même métier que son gendre et sa mère Marie-Joséphine est couturière.

Le mariage
Il est célébré à la mairie d’Issy-les-Moulineaux par Jean Freyre, adjoint au maire.
Les témoins du marié sont : l’un, chef de bureau à la mairie de Nevers ; l’autre, patron pilote à Toulon. Les témoins de la mariée sont deux employés  habitant le Cher et Paris. Le registre d’état-civil, conservé aux archives municipales, met en évidence la large signature de l’époux contrastant avec la modeste signature de sa femme.


Après le mariage civil se déroule le mariage religieux à l’église Saint-Étienne. 

Leur descendante, Mme Marie-Thérèse M*, que je remercie chaleureusement pour les documents et l’histoire de sa famille, a identifié une aquarelle de Jongkind datée de 1861 (voir sur le site http://www.historim.fr/2013/05/jongkind-peint-issy-les-moulineaux.html). Elle représente l’église où ses grands-parents se sont mariés avant de se déplacer fréquemment selon les contraintes professionnelles d’un  « employé de chemin de fer ». 

Une bien belle histoire à raconter dans notre rubrique Témoignages. P. Maestracci

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire