16 juin 2011

L'Union Nationale des Combattants d'Issy

Le Père Brottier. Ph. XDR.
En novembre 1917, quelques anciens ou blessés du front, désireux de tisser un lien entre eux, créent  la revue La Nouvelle France. M. Mayet s’occupe du bulletin ; le Père Brottier, ancien aumônier brancardier au front, en alimente les colonnes. Une structure nationale, dont le général Durand prend la direction, voit le jour. La devise en est “Unis comme au front”.  Le père Brottier, personnage déjà très connu, qui apportera à l’œuvre des Orphelins d’Auteuil sa notoriété actuelle, puis sera béatifié par le pape Jean-Paul II le 25 novembre 1984, parle de l’Association à Georges Clemenceau, chef du gouvernement de l'époque. Adhésion totale de celui qui deviendra « le père la Victoire » en 1918. Pour l'heure, son programme est très simple : « la guerre, la guerre et la guerre », ce qui, probablement, lui vaut le surnom de « Tigre ». Il participe même à la première mise de fonds de fonctionnement.  
Ainsi naît l’Union Nationale des Combattants dont la vocation consiste à accueillir les anciens combattants mais, aussi, les veuves et orphelins de guerre. Les statuts officiels de l’association sont déposés le 26 novembre 1918 et, le 11 décembre 1918, ils sont publiés au Journal Officiel. La revue s’étoffe et devient La Voix du Combattant, en juillet 1919. 

Devise de l'UNC. Ph XDR
L'UNC est reconnue d'utilité publique le 20 juin 1920, et fonde la Retraite Mutualiste du Combattant qui sera officiellement créée par la loi du 4 avril 1923.
Depuis 1962, les anciens des « OPEX » (opérations extérieures), rejoignent l’
UNC, une des rares grandes associations nationales ouvertes à toutes les générations du feu. Aujourd’hui, on constate que l’UNC est à l’origine de toutes les grandes avancées obtenues en matière de législation combattante, notamment : la création du Titre de Reconnaissance de la Nation (TRN) et l’accès à la retraite mutualiste ;  la Carte du Combattant (et  la Croix correspondante), octroyée également aux anciens combattants d’AFN, dont les rappelés.



 Sur Issy-les-Moulineaux, M. Christian Poujols est président de la 46e section de l’Union nationale des Combattants dont le siège se situe à la Maison du Combattant, rue du général Leclerc. A. B.


André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux, salue le porte-drapeau de l'UNC,
à l'occasion de l'hommage aux combattants d'Indochine, le 8 juin 2011. © A. Bétry

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire