3 juin 2011

Roland Garros, un homme, un tournoi de tennis

Dimanche 5 juin, c'est la finale au stade Roland-Garros, porte d'Auteuil. Quel rapport avec Issy-les-Moulineaux, me direz-vous ? C'est sur le champ de manœuvre, dans la plaine de Vaugirard, à l'emplacement du quartier Val de Seine et de l'héliport, que le jeune Roland Garros découvre l'aviation. Il participe à la tragique course Paris-Madrid, en 1911 (voir Aviation, le décès de Maurice Berteaux), atteignant les deux premières étapes : Angoulême et Saint-Sébastien, mais abandonnant au cours de la troisième étape, ayant chuté dans une rivière.

Timbre émis pour le centenaire
de la naissance de Roland Garros.
 Mais, surtout, Roland, né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de la Réunion, est le premier à avoir traversé la Méditerranée le 23 septembre 1913, entre Fréjus et Bizerte. Un exploit sans précédent et risqué - il ne lui restait que 5 litres d'essence à son arrivée en Tunisie. Engagé comme pilote de guerre en 1914, il met au point un dispositif de tir à travers le champ de l'hélice, ce qui permettait de piloter et de tirer en même temps ! Le 2 octobre, il remporte sa dernière victoire. Quelques jours plus tard, il trouve la mort à bord de son SPAD. Il allait avoir 30 ans. Dix ans plus tard, en 1938, un de ses plus proches amis, Émile Lesieur, alors président du Stade français, exige que le stade de tennis construit porte d'Auteuil pour la coupe Davis porte le nom de son compagnon disparu. Depuis, le tournoi de Roland-Garros est connu du monde entier. PCB





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire