28 juin 2013

Issy - Petite étude toponymique des rues et places

Les noms donnés aux rues ou aux places d’un village ou d’une ville reflètent le plus souvent l’histoire locale ou nationale, les références à des personnages que l’on souhaite honorer, des lieux-dits, des métiers, des particularités géographiques ou économiques. L’éventail est large mais significatif d’un moment particulier, d’un contexte spécifique.

Les anciens plans d’Issy-les-Moulineaux (à gauche) depuis le XVIIIe siècle permettent d’étudier avec intérêt, ou parfois avec amusement, l’évolution toponymique. Le village d’Issy au XVIIIe siècle n’a qu’une Grande rue entre le village de Vaugirard et les Moulineaux menant, au-delà, à Meudon et à Versailles par la route du Pavé des Gardes. Au XIXe siècle, apparaissent les premiers noms souvent liés à des références campagnardes naturelles pour un village devenant ville.

Voir légende 1. Ci-dessous.
Au siècle dernier, après chaque guerre mondiale on honore des personnages et des événements importants. Le quartier autour de l’Hôtel de Ville rend hommage aux philosophes des Lumières (Diderot, d’Alembert), et aux révolutionnaires  (Hoche, abbé Grégoire, Danton et Robespierre ). S’y ajoutent plusieurs noms de maires (tels Minard, Naud, Gervais ou Cresson), des bienfaiteurs de la commune (Lasserre, Henri Tariel - dont les rues sont proches), des pionniers de l’aviation (Farman, frères Voisin), des artistes (Matisse, Rodin mais pas Dubuffet), des militaires (Gallieni, Leclerc), des hommes politiques illustres  (Jaurès, Éboué et, bien sûr, le général de Gaulle ) ou un visiteur amoureux comme Victor Hugo courtisant Adèle Foucher.

Les restructurations de quartiers ou d’îlots industriels ont permis de donner le nom de maires plus proches de nous (Leca, Madaule, Menand), de photographes, tel Atget, ou de femmes (Éliane Jeannin-Garreau). Les noms de rues les plus récents vont se lire à l’intérieur du Fort en cours d’aménagement. Remarquons au passage si les anciens seigneurs Vaudétard ont leur rue, il n’y rien ni pour la reine Margot ni pour les princes de Conti.
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les noms, il est indispensable de lire l’article écrit par le CCA(voir rubrique Associations) chaque mois dans le journal Point d’Appui.

Voir légende 2.
Pour suivre l’évolution toponymique, quelques exemples sont donnés avec les noms anciens écrits en italiques et ceux qui les remplacent. Les maisons d’Issy sont à l’origine essentiellement réparties le long de la Grande-Rue dont des portions successives deviennent la rue Renan (le philosophe a étudié au Séminaire en 1895), la rue du Général Leclerc et l’avenue Victor Cresson après 1945.

Il y a quelques petites rues transversales. En allant de l’est vers l’ouest, la rue de Javelle est devenue rue Foucher-Lepelletier, la rue des Treilles rue Michelet, la rue de Vanvres simplement rue de Vanves ; la rue de la Glaisière, rue Minard, la rue de la Reine (Margot) rue Victor Hugo, la rue du Château rue Auguste Gervais, la rue des Prés rue Diderot, la rue des Noyers la rue Dolet, la rue des Entrepreneurs la rue Danton, la rue de Chevreuse la rue Jules Guesde.

Voir légende 3.
Par contre l’impasse Cloquet, au flanc sud de l’église Saint-Étienne, existe toujours sans changer de nom. D’autres rues longent plus ou moins l'artère principale. La rue des Sablons est devenue la rue Hoche, l’avenue de l’Hôtel de Ville l’avenue Jean Jaurès depuis 1920 et la route de Clamart où Matisse possédait une propriété et un atelier est de nos jours l’avenue du Général de Gaulle.
La route du Pavé des Gardes près du hameau des Moulineaux correspond en partie à l’avenue de Verdun. La rue Gévelot devient la rue Jean-Pierre Timbaud.

Voir légende 4.
Les boulevards furent également renommés : le boulevard de la Défense en boulevard Rodin, celui du Point du Jour en boulevard Gallieni - depuis la Première Guerre mondiale - et le boulevard du Lycée en boulevard Voltaire également route départementale succédant à un Chemin de Grande Communication.
Les places changent de nom : la place des Marronniers est devenue celle du 11-Novembre, la place de la Gare est la place Gévelot et la place de la Source a perdu son nom au profit du président Kennedy assassiné en 1963.



Légendes des illustrations.
1. La rue des Prés évoquant le caractère rural d’Issy est remplacée par la rue Diderot, le directeur et l’âme de l’Encyclopédie.
2. Rue des Entrepreneurs sur la partie supérieure arrondie et rue Danton avec une caractéristique et les dates biographiques sur le rectangle. La référence aux hommes qui ont transformé la ville par leurs activités économiques est remplacée par le célèbre révolutionnaire exécuté sur ordre de Robespierre.
3. La rue des Sablons évoque le sous-sol sédimentaire de la vallée de la Seine. Il est facile d’observer encore lorsqu’une tranchée est creusée dans une rue isséenne le sable couleur d’or qui en est extrait. Le général Hoche, mort prématurément de maladie, aurait pu être un sérieux rival pour un certain Bonaparte qui l’a avoué, une fois devenu maître de la France ! 
4. Le boulevard du Lycée (Michelet) continue à Vanves mais la limite entre les deux communes est matérialisée par la nouvelle référence à Voltaire, plus célèbre et ironique philosophe des Lumières, commensal de Frédéric II avant de devenir le seigneur de Ferney (Voltaire aujourd’hui) dans l’Ain.
5. Rue Marceau (photo ci-dessous). Encore un général révolutionnaire mort de ses blessures infligées par les Autrichiens. Deux plaques superposées l’une ancienne sur fond bleu et l’autre actuelle avec une calligraphie noire sur fond blanc et surtout des indications ( noms de la commune et du quartier et logo de la ville dans l’angle droit supérieur). Ces plaques sont menacées par la destruction programmée du bâtiment.

Voir légende 5.
Merci à l’Isséen qui souhaite rester anonyme qui m’a la première fois signalé quelques plaques anciennes, ce qui m’a inspiré cet article. P. Maestracci

A signaler un site mis en ligne par la ville pour suivre l'évolution topographique de notre cité :
http://cartographie.issy.com/cartes/2D/AUDD_histoire.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire