31 janvier 2014

L’église Saint Benoît d’Issy… et le cimetière mérovingien

En 1645, les bénédictines de Magny-en-Vexin fondent l’abbaye royale de Sainte-Anne sur un terrain du village d’Issy, correspondant aujourd’hui au secteur compris entre la rue Ernest Renan (ancien chemin antique), la rue Séverine, la rue Parmentier et la rue Foucher Pelletier. En 1753, l’abbaye est occupée par une communauté de prêtres âgés qui seront, en 1792, emmenées aux Carmes et massacrés.
Au cours de ce  XVIIIe siècle, sur ce même site, est déjà découvert un sarcophage comme l’écrit, en 1754, l’abbée Lebeuf (1687-1760) : « … il y a environ dix ans l’on trouva dans un champ, à la sortie du village d’Issy, à main gauche en allant vers Vaugirard, à 3 ou 4 pieds dans terre, un cercueil de pierre, d’une grosseur prodigieuse, dans lequel était un squelette dont la tête seule paraissait plus consommée que le reste ».

Coll. privée
Institution Sainte-Philomène, Issy. 1902
En 1821, les Sœurs de la Doctrine chrétienne font des bâtiments de l’abbaye un pensionnat pour jeunes filles : l'institution Sainte-Philomène (à droite). Elles y font construire en 1859 une chapelle qui, agrandie au fil des années, existera jusqu’en 1967 (ci-dessous). A la suite du départ des religieuses, la chapelle sera fermée, en 1903… puis réouverte au culte en 1921 come chapelle complémentaire de la paroisse Saint-Étienne. Elle prend alors le nom de chapelle Saint-Benoit. En 1958, elle est érigée en « paroisse » Saint-Benoit.
Ph. XDR
Porche de la paroisse Saint-Benoît. Années 1960. Ph. XDR
En 1965-66, la construction d’immeubles et d’une nouvelle église Saint-Benoit est décidée… et débute, le 14 décembre 1966, par l’abattage des acacias centenaires, qui seront brûlés sur place. C’est lors des travaux de terrassement que vont être découverts des vestiges d’un cimetière gallo-romain du Ve siècle. 

Ph. XDR
L'ancienne église Saint-Benoît vue de dos (à droite). En cours de destruction (à gauche).
L’archéologue Bernard Madelenat, chargé de procéder à une « fouille sauvetage » du site, va constater l’existence de 38 sépultures dont 7  feront l’objet d’une fouille complète et d’une description.
Ph. XDR
Squelette mérovingien, retrouvé sur le site.
Ph. XDR
Ph. XDR
Objets dans une sépulture.
Ph. XDR.
 « Exceptés un sarcophage d’enfant, un fragment d’un autre sarcophage et une urne funéraire carrée, les sépultures sont constituées essentiellement par des cercueils de bois reposant à une profondeur variable de 1,50 m à 3 m. Les squelettes sont couchés sur le dos, les bras en position variable (à gauche). Dans ces sépultures est découvert un ensemble mobilier (ci-dessus) constitué d’un bracelet, d’un bol en verre, d’une fibule en bronze, d’écuelles en céramique, de monnaies, d’une poignée en bronze et de quelques poteries ».

Malheureusement l’avancement des travaux sur le site empêchera de déterminer les limites de ce cimetière… mais le nombre de sépultures détruites fut estimé à une centaine, dont on ne connaît pas le devenir.
La nouvelle église Saint-Benoît est inaugurée en 1970. Denis Hussenot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire