4 avril 2011

Des pompiers d'élite : le GREP d'Issy-les-Moulineaux

Entraînement à la Tour Eiffel.
Le Groupe Recherche Exploration Profonde (GREP) est basé à Issy-les-Moulineaux depuis 1977, date de sa création. Sa mission est d’appuyer l’action des secours sur des sinistres particulièrement dangereux, tels carrières ou galeries souterraines, grands chantiers de construction, puits naturels ou artificiels, immeubles de grande hauteur, monuments et édifices.  Et de les aider par des moyens particuliers grâce à la compétence de ses hommes et à ses matériels : baudriers, mousquetons, cordes, descendeurs… sont, comme pour les troupes de haute montagne, une partie des accessoires utilisés par les sapeurs du GREP. L’évacuation par brancardage en façade constitue l’une des nombreuses spécificités assurées par l’unité. 
Militaires, appartenant à la Brigade des sapeurs pompiers de Paris, ils doivent avoir au moins quatre années d’ancienneté pour prétendre passer les tests d’admission au GREP. D’autres formations, telles que le SD (Sauvetage Déblaiement), le GELD (Groupe Établissement Longue Distance) aérotransportable, sont complémentaires et aptes à intervenir en cas de grande catastrophe.


Photos Alain Bétry
L’année 2011 marque le bicentenaire de  la création de la Brigade des sapeur pompiers de Paris le 18 septembre 1811 par l'empereur Napoléon 1er. Voici pourquoi et comment.
C’est à la suite d’un grave incendie survenu le 1er juillet 1810 à l’ambassade d’Autriche, rue du Mont-Blanc, à Paris, que la décision va être prise. Une soirée y était organisée pour célébrer le mariage de Napoléon avec sa seconde épouse, l’archiduchesse Marie-Louise, fille de l’empereur d’Autriche. Le prince de Schwarzenberg, ambassadeur d’Autriche, recevait 1 500 invités. Et pour augmenter la capacité d’accueil, des constructions en bois, décorées de tentures, transformées en salons et salle de bal, sont adjointes à la bâtisse principale.
A l’arrivée du couple impérial à 22h 15 s’ouvre le bal.
Un feu d’artifice, tiré des jardins de l’ambassade, provoque un début d’incendie. Vers 23 heures un fort vent met le feu aux draperies proches des bougies. L’incendie gagne le bâtiment principal, les planchers s’effondrent, tout s’embrase. C’est la panique générale et, parmi les invités de nombreuses victimes, sont à déplorer. Pourtant, le rapport officiel ne mentionnera qu’une victime, Pauline de Schwarzenberg, belle-sœur de l’ambassadeur. La paix consécutive à la défaite autrichienne de Wagram explique peut-être la censure sur l’événement ! Léonce Grasilier, auteur d’un livre sur le sujet estime, d’après les convois funèbres, que quatre-vingt-dix personnes au moins périrent dans le drame. A. B.



Pour en savoir plus :
Sapeurs-pompiers de Paris, Didier Rolland (Atlante éditions)

4 commentaires:

  1. je suis fier d avoir mon neveu dans les pompiers d elite ils en faut

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces renseignements, je suis très intéressé par le GREP. Je suis JSP et c'est un rêve pour moi de rentrer à la Brigade de Paris pour ensuite intégrer le GREP. Beau travail :)

    RépondreSupprimer
  3. et avant le GREP de 1977 il y avait quoi à la Brigade, dans ce genre de spécialité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. "Avant le "GREP", c'était le "Commando Héliporté" qui intervenait sur les situations délicates, IGH (immeuble de grande hauteur), carrières, longues reconnaissances en sous-sols, notamment dans le cadre d'opérations de désincarcération automobile. Avec l'hélico, nous descendions en rappel de 50 m, puis le temps de faire un bilan, l'équipage nous treuillait la caisse de désincarcération. C'est avec ce matériel que je suis intervenu "hors secteur Brigade", lors de la catastrophe ferroviaire du tunnel de Vierzy, dans l'Aisne, le 16 juin 1972. Nous étions également équipé d'appareils respiratoires à circuit fermé de Type "FENZY" qui nous permettaient d'effectuer des reconnaissance d'environ 1h30 à 2h00 dans les feux de sous-sols. Ces appareils avaient l'inconvénient de posséder un carénage métallique qui absorbait la chaleur, rendant l'air très chaud et presque irrespirable. Actuellement les nouveaux appareils possèdent un système de refroidissement avec de la glace à l'intérieur." Merci à notre ami pompier.

      Supprimer