26 mai 2013

Jongkind peint Issy (suite)

Nous avons reçu un mail très intéressant concernant l'article sur Jongkind et Issy. Nous le reproduisons presque in-extenso pour en faire profiter tous les Historimiens. Merci à M. Auffret pour toutes ces informations. PCB.


Madame la présidente,
Google m’alerte de l’arrivée dans le site de votre association de la référence que vous faites à Johan Barthold Jongkind (voir http://www.historim.fr/2013/05/jongkind-peint-issy-les-moulineaux.html).
Je vous remercie – Je vous écris en tant que président de la « Société des Amis de Jongkind » - de faire ainsi connaître Jongkind.
Il est écrit sous la signature de P. Maestracci :
"La toile (hauteur : 22,7 cm; largeur : 18,5 cm) représente l’église Saint-Étienne vue de la rue de l’Abbé Grégoire. Au premier plan, quelques silhouettes et un cheval attelé à une charrette pour le pittoresque. Sur la gauche, la devanture d’une boutique dont la raison sociale est peinte sur la façade. Au fond de la perspective, le clocher de l'église du XVIIe siècle ». P. Maestracci
Il ne s’agit pas d’une « toile », mais d’une aquarelle.

Ce site m’informe et me confirme sur la localisation de l’œuvre. Existe-t-il des documents (photos, cartes postales ou gravures) représentant le même site de l’église Saint-Étienne pris dans une perspective proche ? Quelle est donc aujourd’hui le nom de la rue représentée, si elle existe encore ?
La raison sociale de la boutique ne manque pas d’intérêt tant pour la vie de Jongkind que pour l’œuvre de Jongkind. Cette raison sociale se retrouve très – trop ! pourraient dire certains – souvent dans les œuvres, principalement dans les aquarelles de Jongkind et ce jusqu’à ses dernières années.

Enfin, il est intéressant de noter que les deux esquisses au pinceau qui se trouvent dans la « marge » à droite sont repris dans l’aquarelle elle-même. C’est une habitude de dessin de Jongkind que l’on retrouve souvent au fil des années.

Référence d'inventaire de la République française : RF11018V.
Enfin, de ce vendredi 24 mai 1861, grâce à donation d’Etienne Moreau-Nélaton (1927), le département des dessins du Louvre conserve aussi deux autres aquarelles dont l’une est aussi reproduite dans l’ouvrage que vous mentionnez (Jongkind Aquarelles (Bibliothèque de l’Image, 2002)) p. 55. Sous l’aquarelle l’annotation de la main de Jongkind mentionne Issy aussi (ci-dessous)

Référence d'inventaire de la République française : RF11018R.
On lit :
« Souvenir d’une promenade à Clamart du Bois – déjeuner de fleu (coupé) de retour par Issy à Paris la 24 mai 1861 Jongkind »
De la gauche à la droite les trois personnages sont : Jules Fesser (tout juste 10 ans à cette date (né le 26 mai 1851 à Nevers)), fils de Mme Joséphine Fesser, Mme Fesser elle-même, et Jongkind (il était de grande taille). Dans l’ouvrage cité (Jongkind Aquarelles (Bibliothèque de l’Image, 2002), le détail des personnages est repris… en coupant le papillon que cherche à attraper Jules ! Erreur regrettable de mise en page !

La troisième aquarelle de ce 24 mai 1861 est une vue de Clamart (ci-dessous) avec deux autres esquisses dont une des bords de Seine.

Référence d'inventaire de la République française : RF 10983R.
« D’amitiés » ainsi que Jongkind a dédicacé une aquarelle à Émile Zola. F. Auffret.

Pour se rendre sur le site des Amis de Jongkind, fondé en 1970, à Paris :
www.JB-Jongkind.org



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire