13 mai 2013

Tsai Tao : un Chinois à Issy-les-Moulineaux - 16 mai 1910

Tsai Tao en visite officielle, à Issy.

Grande effervescence sur le terrain d'aviation d'Issy en ce lundi 16 mai 1910 : Tsai Tao, l'oncle de l'empereur de Chine Puyi (1906-1967), est en visite officielle. Le petit empereur n'a que trois ans lorsqu'il est placé sur le trône par la redoutable impératrice douairière Cixi. En 1912, la République de Chine est proclamée, l'empereur est déchu, mettant fin à la dynastie des Qing. Il est passé à la postérité grâce au film de Bernardo Bertolucci, le Dernier empereur, sorti en 1987. Ce que n'a pas réussi à faire Tsai Tao, personnage inconnu mais qui pourtant tenta de moderniser l'empire, de l'internationaliser, de l'ouvrir au monde en se rendant en France, en Angleterre (où il assiste à l'enterrement d'Edouard VII, le fils de la reine Victoria, le 6 mai 1910), et aux États-Unis.

Tsai Tao et Louis Blériot (à gauche).
Les Chinois sont accompagnés, dans leur visite parisienne, par Arnold Vissière (1858-1930), premier interprète de la légation française à Pékin pendant vingt ans. Fin connaisseur de la langue et des traditions, il est à la fois interprète et conseiller des ministres chinois. Un rôle sans équivalent.
Parmi les personnalités du monde de l'aviation que rencontre Tsai Tao, Louis Blériot, le premier à avoir traversé la Manche le 25 juillet 1909, titulaire du brevet de pilote n°1, attribué le 1er janvier 1910. Mais aussi un grand habitué du terrain d'aviation d'Issy puisqu'il y fait ses début en 1907.

Fin de la visite.

Le séjour parisien de Tsai Tao est concluant. Dans les années suivantes, la Chine est touchée à son tour par la folie de l'avion. Le 17 octobre 1911, Zee Yee Lee devient le premier pilote chinois à obtenir un diplome de l'AéroClub Royal britannique. Il vole sur un Bristol Boxkite dans la plaine de Salisbury. En 1912, les frères Caudron vendent à la toute récente République de Chine (instituée le 1er janvier 1912) une escadrille de 12 avions biplaces que René, l'année suivante, va réceptionner. Il en profite pour créer la première école de pilotage de Chine. Et survole la Cité interdite au cours d'une démonstration et en prend les premières photos aériennes jamais réalisées.
Ce fut un beau voyage pour Tsai Tao, qui disparut dans les méandres de la révolution chinoise. On n'en entendit plus parler.  PCB.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire